L’année de grâce, de Kim Liggett (Casterman, 2020 pour la traduction française)

Les citations de Margaret Atwood et de William Golding en exergue du roman donnent le ton : celui des dystopies, avec en l’occurrence de forts accents féministes. Antoine est bien de sa génération, il a une vraie prédilection pour ces textes qui sondent les aspects les plus sombres de l’humanité et nous questionnent sur le mode de la fable politique. Il a résolument choisi ce roman parmi toutes les parutions de la fin de l’année 2020 et n’en a effectivement fait qu’une bouchée, avant de me presser de le lire aussi (ainsi que ses deux grand-mères toujours très volontaires pour suivre ses conseils !).

Tout ce petit monde s’est donc retrouvé captivé par le sort de Tierney, livrée comme toutes les jeunes filles de son comté aux épreuves terribles de l’année de grâce. Personne ne se risque à parler de ce rite de passage mal nommé (« C’est interdit »). Mais d’aucuns savent que cet exil en forêt doit permettre à la magie envoutante de ces femmes en devenir de se dissiper dans la nature… et dans la douleur.

Si ce roman est glaçant, c’est parce qu’il a beau représenter une société inhumaine, il n’en fait pas moins écho à des formes d’oppression non seulement réelles, mais encore tout à fait d’actualité aujourd’hui dans certains contextes : les superstitions relatives au péché originel ou aux pouvoirs de certaines femmes – ne sommes-nous pas toutes un peu sorcières ? –, instrumentalisés pour légitimer l’assujettissement du « sexe faible », les obstacles à l’instruction des filles, la culpabilisation des femmes pour l’attrait qu’elles peuvent exercer et l’idée que ce serait à elles de cacher leur corps, leur asservissement sous l’autorité d’un père, puis d’un mari, ou encore les mariages forcés. Et, plus largement, le pouvoir tiré des croyances et des traditions que plus personne ne questionne, de la terreur fondée sur la loi du secret et de l’obscurantisme.

Kim Liggett rythme parfaitement les péripéties, les révélations et les étapes du cheminement intérieur de Tierney pour nous tenir en haleine. L’héroïne est attachante, on la suit avec angoisse et désarroi, parmi ces jeunes filles qui semblent à la merci d’impitoyables traditions. J’ai pensé que l’autrice forçait le trait, surenchérissant dans la violence et nous présentant des personnages qui pouvaient sembler très monolithiques. Puis les choses ne se passent pas comme prévu, l’héroïne révèle des ressources surprenantes, noue des alliances ; nous apprenons avec elle à reconsidérer certains préjugés et les ressorts de cet ordre social terrible s’éclairent. Cette initiation est bien amenée, montrant avec finesse l’évolution des rapports de force au sein du groupe de filles (et au-delà !) et plaçant le récit sous tension jusqu’au final subtil et inattendu.

Ce roman très remarqué semble bien parti pour se faire une place dans la droite lignée du carton de la série Hunger Games (une adaptation cinématographique est d’ailleurs déjà en cours). Une lecture féroce et galvanisante qui porte haut des valeurs de courage, de solidarité et d’émancipation !

L’avis de Sophie

Extrait

« À Garner County, toutes les femmes sont coiffées de la même manière : les cheveux rassemblés en une longue tresse et le visage dégagé. Les hommes considèrent qu’ainsi, elles ne pourront rien leur cacher : ni rictus narquois, ni coup d’œil furtif ou étincelle de magie. Les rubans sont blancs pour les fillettes, rouges pour les adolescentes en année de grâce et noirs pour les épouses. L’innocence. Le sang. La mort. »

Lecture commune avec Antoine en février 2021 – Casterman, traduction de Nathalie Peronny, 19,90€

Autour de Jupiter, de Gary Schmidt (Bayard, 2019)

Autour de Jupiter_couv

Je ne pense pas avoir déjà lu un roman qui parvienne à insuffler autant de douceur à des thématiques aussi dures. À 14 ans, Joseph a déjà connu la prison, le deuil, la violence et… il est le père d’une petite fille. L’adolescent est confié aux Hurd, famille d’agriculteurs du Maine dont le fils, Jack, nous raconte cette histoire. Joseph parviendra-t-il à surmonter les traumatismes, les préjugés et la solitude pour renouer avec une existence de collégien ? Pour l’heure, ses préoccupations semblent graviter exclusivement autour d’un point focal : le besoin irrépressible de voir sa fille.

L’intrigue est bien construite, jouant sur notre curiosité quant à l’avenir et au passé de Joseph, avec un rythme qui s’accélère dans le dernier tiers du roman. Autour de Jupiter n’est pas de ces lectures qui s’éternisent sur votre table de chevet !

Mais la magie de ce roman réside avant tout dans ses personnages. Joseph, d’abord, personnalité hors-norme, cabossée par la vie qui l’a forcé à grandir trop vite, mais qui ne demande qu’à se révéler. Jack ensuite, si ouvert, attentif et plein de jugement du haut de ses douze ans, dont l’amitié naissante pour Joseph semble capable de surmonter tous les fossés. Son point de vue donne envie d’aller vers les autres, tant il met en relief les surprises que la vie peut réserver à celles et ceux qui parviennent à passer outre leurs préjugés. En miroir, on perçoit de façon très juste l’importance vitale du regard bienveillant et optimiste que posent sur Joseph la famille Hurd ainsi que certains de ses professeurs – de très belles personnes, là-encore. La nature et les animaux (presque des personnages à part entière !) jouent, eux aussi, un rôle de repère essentiel pour la tentative de Joseph de se reconstruire.

Il n’en reste pas moins que le propos est dur, et même terrible. Un roman oxymorique et marquant, en somme, dont je comprends très bien qu’il figure dans les sélections les plus prestigieuses, dont les pépites de Montreuil et le prix Sorcières. Gary Schmidt est un auteur américain dont j’entends de plus en plus parler, cette première découverte me donne pleinement envie de continuer à le lire.

Ne manquez pas la très belle critique de Pépita !

Extraits

« Il ne parle jamais de ce qu’on lui a fait là-bas.
Mais depuis qu’il a quitté cette prison, il ne porte plus jamais de vêtement orange.
Il ne laisse jamais quelqu’un rester derrière lui.
Il ne veut jamais qu’on le touche.
Il n’entre jamais dans des pièces exiguës.
Et il ne mange jamais de pêches au sirop.
– Il n’aime pas tellement le pain de viande, non plus, a dit Mme Stroud en refermant le dossier du Département de la santé et des services sociaux de l’État du Maine.
– Je suis sûre qu’il va adorer les pêches au sirop que fait ma mère, ai-je commenté. »

« – Tu n’es pas seul.
Il a hoché la tête de haut en bas.
– Non, tu n’es pas seul.
– Si.
– Tu m’as, moi.
Il a eu un petit rire triste, avant de répondre :
– Jackie, j’ai toute une vie d’avance sur toi. »

Lu en mars 2020 – Bayard, 13,90€

Naissance, de Hélène Druvert (avec la collaboration de Jean-Claude Druvert, De La Martinière Jeunesse, 2019)

Naissance_couv

Quoi de plus intrigant qu’une naissance ? Très tôt, les enfants sont curieux de tout comprendre et le thème de la fabrication des bébés fait partie des questions incontournables qui peuvent rapidement devenir techniques ! Hélène Druvert s’attaque avec brio à ce vaste sujet, avec un album qui ravit aussi bien les yeux que l’esprit.

Les yeux d’abord, grâce à ce grand format illustré avec classe et sobriété qui fait un usage à la fois pertinent et esthétique des rabats, des découpes et des animations pour révéler ce qui se passe « à l’intérieur ». Un objet-livre sans doute un peu fragile, mais somptueux et très agréable à lire. Je suis de plus en plus époustouflée par le soin apporté par les auteurs et leurs maisons d’édition à l’embellissement des publications, on se demande comment ils parviennent à se surpasser encore !

Naissance_fécondation

Naissance_2ème mois

L’esprit n’est pas en reste. Les petits curieux (je m’y connais) en auront leur content d’explications : de la fécondation à l’allaitement en passant par l’accouchement, tous les sujets sont abordés de façon à la fois complète, concise et factuelle, avec de magnifiques schémas à l’appui. Aucun tabou dans cet album qui appréhende la naissance dans une multiplicité de configurations possibles, permettant à chacun de s’y reconnaître. Le livre revient par exemple en détail sur les PMA, en précisant que cette possibilité s’offre notamment aux couples de femmes ou aux femmes seules. Avec quelques mots simples et justes, il évoque également des réalités dont il reste difficile de parler, comme les règles, les fausses couches ou la prématurité. Antoine et Hugo ont été particulièrement captivés par les pages sur la division cellulaire et la génétique qui leur ont permis de découvrir pour la première fois un sujet fascinant.

Naissance_ADN

Une lecture incontournable, donc, à offrir en particulier aux futurs grands frères et grandes sœurs qui pourront suivre le petit miracle que représente le développement du bébé mois par mois.

Naissance_9 mois

L’avis de Sophie

Extraits

« Les jumeaux monozygotes possèdent le même ADN mais ils ne partagent pas les mêmes empreintes digitales. Ces dernières sont uniques car elles dépendent aussi d’autres facteurs environnementaux (la position dans l’utérus, la façon de sucer son pouce, de toucher les objets…). »
« Avoir un bébé par PMA n’est pas simple, c’est un parcours qui demande de l’investissement et beaucoup d’amour. En fonction des pays et des lois, cela n’est plus réservé aux couples hétérosexuels (un homme et une femme). Une femme seule ou un couple de femmes peuvent aussi avoir recours au don de sperme, à l’insémination artificielle et à la FIV. En revanche, la gestation pour autrui (GPA) étant interdite en France, un couple d’hommes ne peut faire appel à une mère porteuse. »
« Les premières semaines, l’embryon ne ressemble pas encore à un être humain, plutôt à un minuscule hippocampe enroulé sur lui-même.
Malgré son apparence, le développement de l’embryon a commencé. Le système nerveux et le cerveau s’ébauchent, la colonne vertébrale se construit. La vésicule vitelline, reliée à l’embryon tel un ballon, est une réserve nutritive, elle forme également les premiers vaisseaux sanguins. Son rôle est temporaire, elle disparaîtra dans les semaines à venir, quand les organes et le placenta prendront le relais.
À trois semaines, un petit cœur commence à battre, c’est le premier organe de l’embryon. Ce cœur bat à un rythme très rapide, entre 130 et 160 battements par minute contre 60 et 100 pulsations pour un adulte. Il occupe la majorité du corps constitué d’une tête et d’une queue. Très vite, des petits bourgeons apparaissent sur les côtés, ils deviendront les bras et les jambes. »

Lu en février 2020 – De la Martinière Jeunesse, 23€

Soixante-douze heures, de Marie-Sophie Vermot (2018)

Lu en septembre 2018

Une vraie claque ! Voici un roman dense et bouleversant, qui nous ébranle dans ce que nous avons de plus profond et universel : l’expérience de la maternité, du passage à l’âge adulte, mais aussi celle de la filiation de l’inscription parfois difficile dans une histoire familiale, sa trajectoire singulière et ses secrets.

Irène, petite lycéenne sans histoires de 17 ans, vient de donner naissance à un enfant. Un enfant qu’elle a décidé de mettre au monde, mais qu’elle n’élèvera pas. Soixante-douze heures, c’est le délai de réflexion dont elle dispose avant que son bébé ne soit enregistré sous X à l’état civil. Soixante-douze heures pendant lesquelles Irène ne cesse de penser au nouveau-né, à la fois portée par une force qui l’étonne elle-même, fermement résolue à aller au bout d’une démarche qu’elle a mûrement réfléchie, mais prise de court par les émotions puissantes que ce petit être lui inspire et qui lui font craindre de changer d’avis.

Restitué à la première personne, sans pathos ni jugement, le tourbillon d’émotions, d’impressions, de dilemmes et de souvenirs qui agite Irène m’a immédiatement et complètement aspirée. Avec une lucidité désarçonnante, Irène pense à son histoire de petite fille discrète un peu écrasée par le fardeau des attentes parentales, au bouleversement de sa découverte récente de sa propre sensualité, à l’expérience intime de sa grossesse et sur les dilemmes terribles qui en découlent. On ne peut s’empêcher de comprendre Irène à chaque page et parfois même, quand on a été soi-même une petite fille, de s’identifier. Irène évoque aussi le vernis familial qui se fissure sous l’effet du coup de tonnerre de l’annonce de sa grossesse, chaque membre de la famille se retrouvant confronté à ses propres choix de vie, libres ou contraintes, heureux ou pas…

La solitude d’Irène, à la charnière entre plusieurs âges, transparaît à chaque page, alourdie par les jugements de ses camarades, ses proches, la boulangère – jugements dont Irène a une conscience aiguë. Si le roman est aussi bouleversant, c’est qu’il restitue la spirale de pensées d’Irène comme elles viennent, avec ses dilemmes et ses incertitudes, et sans jugement aucun.

Dans ce livre, Marie-Sophie Vermot parle, plus largement, de l’importance et de la difficulté de faire ses choix de vie. De la difficulté pour les parents de faire confiance à leurs enfants et de les laisser cheminer vers ce qu’ils ont choisi.

Un vrai coup de cœur à recommander aux lecteurs à partir du lycée. Mais pas seulement. Cette lecture a fait vibrer mon cœur de maman, laissez-vous donc tenter aussi et vous serez peut-être aussi surpris que moi !

Un grand merci aux arbronautes du blog À l’ombre du grand arbre de m’avoir donné envie de découvrir ce livre et à l’éditeur de m’avoir permis de le lire.

Éditions Thierry Magnier, 13€

Extraits

« Je suis devenue mère, mais Max grandira sans moi, en dépit de cette tendresse qui m’envahit et enfle à vue d’œil.
Cette tendresse qui est peut-être une forme d’amour contre laquelle je dois me défendre pour ne pas être tentée de revenir sur ma décision. Parce qu’il y a ces choses que je n’avais pas prévues, ces choses qui me troublent : la sensation animale de son corps grenouille sur le mien. Son souffle tiède, aussi léger qu’un duvet d’oie.
Son pleur de nouveau-né qui vibre au creux de moi et qui arrache. »

« Mina D. et d’autres, ici, savent que durant ces soixante-douze heures, je n’ai pas cessé de penser à toi, à ton bonheur futur, à l’élan que je veux te donner.
J’emporte avec moi ton beau regard, tes mimiques, les mouvements de ton cœur.
J’emporte le souvenir de nos neufs mois.
Va, petit Max, je t’aime.
Va, mon amour, la vie est belle, tu verras.
La vie t’attend. »

soixante-douze heures photo