La ballade d’Ilyas (d’Alex Cousseau et David Sala, 2018)

Extrait.jpgLa ballade d’Ilyas est un album atypique, inclassable, qui nous entraîne hors des sentiers battus, en compagnie de l’âge Rouge, d’Ilyas et de son rêve d’enfant… Quel est le sens de la lettre mystérieuse qu’Ilyas reçoit mais qu’il ne sait déchiffrer ? Le cheminement amorcé pour résoudre cette énigme se mue en expérience initiatique ponctuée de rencontres, enrichissante en elle-même et source d’inspiration pour les compositions musicales d’Ilyas, qui a décidément des airs de John Lennon…

Cet album onirique et métaphorique a de quoi dérouter son lecteur. Mais nous avons pris le parti de nous laisser entraîner sur les chemins empruntés par Ilyas et avons été époustouflés (le mot est faible !) par la beauté des paysages fleuris et psychédéliques qu’ils traversent. Des décors qui sont de vrais tableaux, fourmillant de détails dans lesquels se plonger pour une inspirante parenthèse contemplative… Une merveille d’album qui séduira à coup sûr rêveurs, poètes, voyageurs, amoureux de la nature et nostalgiques des années 1970 et du mouvement hippie !

Ilias double-page.jpg

Extrait

« On dit que les musiciens ont un pouvoir. C’est peut-être vrai. Quand j’entends la musique d’Ilyas, j’ai l’impression que les arbres s’écartent sur notre passage. Que les chemins s’élargissent. J’ai l’impression que le monde s’agrandit. »

« Le jour tombe doucement. Une lumière vive, celle qui précède le soir, envahit la végétation. On traverse un jardin. Les couleurs et les parfums inspirent Ilyas, il fredonne en grattant sa guitare. Sa chanson est prête. Elle parle du sommeil des forêts et des rivières. Elle parle de la nuit et de l’hiver. »

« La barque file au gré du courant. On entend le clapotis de l’eau, le murmure du vent dans les roseaux. Ilyas prend sa guitare. Sa nouvelle chanson parle des rêves qu’on laisse derrière soi. De ceux qu’on partage, et du bonheur qu’en échange on reçoit. »

Lu à voix haute en décembre 2018 – Éditions Casterman, 15,95 €

La ballade d'Ilyas

Le Petit loup de papier (de Céline Person

IMG_1048.JPGCes créatures, personnages et décors de papier que les enfants, petits ou grands, esquissent avec tant d’implication… Leurs contours sont le plus souvent drôles ou pour le moins singuliers, mais si le dessinateur s’applique vraiment, il arrive que l’être de papier semble vivant, sur le point de s’animer ! Comme cet irrésistible petit loup de papier qui, pour contrer l’ennui et la solitude, se détache du frigo et part à la découverte du vaste monde.

rencontre hérisson.jpg

Il souffle un vent de fantaisie, un soupçon de magie sur cet album qui nous entraîne dans une balade initiatique. Les illustrations semblent un peu estompées et il en émane une grande douceur. Le cheminement du petit loup donne à réfléchir sur la solitude, la valeur de l’amitié et la difficulté de grandir, entre appréhensions et envie de découvrir le monde. Un concentré de rêve et de poésie qui rend joliment grâce à l’esprit de l’enfance.

L’avis de Hugo: Hugo, qui adore rêver en contemplant ses dessins, a eu immédiatement envie de lire cet album aux allures de conte. Son plaisir s’est confirmé au fil des pages et il s’est même lancé en rédigeant son propre avis : « Il s’agit d’un petit loup de papier qui se sent seul et qui part à l’aventure. Il rencontre beaucoup de gens sur son chemin mais le monde pourrait être dangereux pour un petit loup de papier ! Je ne vous en dis pas plus pour ménager le suspense… J’ai adoré ce livre et je lui ai mis cinq étoiles. J’ai aimé les illustrations, l’aventure, la magie de l’histoire et aussi la fin. Je le conseillerais aux enfants qui aiment l’aventure et les animaux ! »

 

Un grand merci aux éditions Circonflexe de nous avoir permis de découvrir cet album !

Lu à voix haute en décembre 2018 – Éditions Circonflexe, 15€

Petit loup de papier

Sublutetia, tome 1: La révolte de Hutan (d’Eric Senabre, 2011)

Sublutetia fait partie de ces romans qui forcent l’admiration ! L’histoire de Nathan et de Keren est des plus improbables – disons qu’elle implique le métro de Paris, un monde souterrain insoupçonné, aussi utopique que vulnérable, une disparition inexplicable, un certain nombre de prouesses technologiques, une horde d’orangs-outans et une course contre la montre effrénée… Et pourtant, aussi incongrue que cette association d’éléments puisse paraître, chaque parcelle du roman d’Eric Senabre est crédible. Ce livre nous a happés et, pendant cette lecture, nous avons vécu au rythme des aventures palpitantes de Nathan et de Keren…

Il faut bien admettre qu’en ce mois de décembre, nous venons de découvrir in extremis ce qui nous restera en mémoire comme l’une de nos lectures les plus marquantes de l’année. Il s’agit-là d’un excellent roman d’aventures dont les rebondissements incroyables nous ont fait tour à tour trembler et vibrer. Mais ce n’est pas que ça. L’univers steampunk de Sublutetia est fascinant et animé de débats politiques passionnants. L’auteur a fait un travail impressionnant (digne du meilleur Jules Verne !) pour le rendre crédible et intelligible. Le résultat a beaucoup inspiré Antoine et Hugo qui ont pris un plaisir fou à imaginer Sublutetia, par exemple en s’efforçant de calculer à quelle distance elle se trouve de la surface de la terre ou en se prenant au jeu de l’inventif Eric Senabre en imaginant des machines à air comprimé. Les protagonistes sont travaillés, aux prises avec de vrais dilemmes, ce qui rend l’intrigue plus intéressante encore… À travers Sublutetia, Eric Senabre évoque avec beaucoup d’intelligence l’histoire de Paris, la modernité, les dérives de la technique et de la consommation, la quête de sens, mais aussi les relations entre humains et animaux. Ce roman nous a beaucoup donné à réfléchir et a suscité de multiples discussions en famille. Que demander de plus ?

Le tome 2 a été réclamé à peine ce premier volet refermé… Comme nous ne l’avons pas sous la main, nous nous sommes jetés sur Le dernier songe de Lord Scriven pour patienter !

Extrait

« Les Sublutetiens étaient habitués à vivre de peu, se consacrant au bien de la communauté plutôt qu’à leur propriété personnelle ; ce qu’ils laissaient derrière eux était, de fait, bien plus précieux que des objets. C’était une certaine idée de l’harmonie, du partage, de la vie en communauté qui, là-haut, n’existait que dans les livres. »
Lu à voix haute en décembre 2018 – Didier Jeunesse, 14,90€ (existe également au format poche, 5,90€)
La-revolte-de-Hutan

Louis Armstrong (de Pierre Ducrozet, Zaü et Jacques Bonnaffé, 2012)

Louis Armstrong portrait.jpgQui aurait cru le petit Louis, cet enfant qui déambulait pieds nus dans les rues de la Nouvelle Orléans à l’aube du XXème siècle deviendrait l’une des figures les plus marquantes de l’histoire du jazz ? Pierre Ducrozet conte avec talent l’histoire extraordinaire de Louis Armstrong. Une histoire qui est aussi celle du jazz, dont on suit les développements à travers le destin et les rencontres de ce trompettiste, cornettiste, chanteur et compositeur de légende. Une histoire qui est, finalement, celle des Etats-Unis. Cette lecture a d’ailleurs fortement résonné chez nous avec celle du Célèbre catalogue Walker & Dawn, dont l’intrigue s’inscrivait dans le même contexte historique. Les deux livres restituent avec finesse les contrastes qui divisent les États-Unis, des rives du Mississippi à l’immensité de Chicago et de New York, et l’irrépressible soif de liberté, d’émancipation face au poids des conventions et de la ségrégation.

Mississipi.JPG

Louis-Armstrong-extraitLes illustrations de Zaü, si vivantes qu’elles semblent animées, et la voix captivante de Jacques Bonnaffé, qui lit l’histoire de Louis sur le CD assorti au livre, portée par de nombreux extraits musicaux, permettent une véritable immersion. Cette lecture, offerte aux garçons par mes parents qui savent si bien dénicher des trésors littéraires qui leur plaisent (et que je remercie affectueusement au passage !), a énormément marqué Antoine et Hugo. Il s’est agi pour eux d’une rencontre avec le jazz – et elle leur a indéniablement fait forte impression. Il faut dire que le cornet et la voix de Louis Armstrong ont de quoi laisser bouche bée ! En témoigne cette interprétation d’une chanson que j’adore, St James Infirmary !

Cet album a aiguisé leur curiosité et leur a vraiment donné envie d’aller plus loin. Après avoir refermé le livre, nous avons découvert de nombreux morceaux de musique de la Nouvelle Orléans, de blues et de swing, et reparlé très souvent de Louis Armstrong. Écouté et réécouté la chanson que Claude Nougaro a écrite en son hommage. J’espère que de nombreux lecteurs et lectrices auront le même plaisir à découvrir Louis Armstrong !

Éditions Bulles de savon, 19€

Louis-Armstrong-couverture

La montagne noire (de Maria Jalibert, 2018)

La montagne noire, récit onirique aux allures de conte, fait résonner des peurs universelles – celles qui nous ont fait frissonner à la lecture du Petit Poucet ou de Hansel et Gretel : la terreur d’être un jour oublié, abandonné seul au cœur d’une forêt sauvage et étrange…

L’histoire est celle de Rémi, dont la vie s’est écroulée suite à la mort brutale de ses parents, quelques mois plus tôt. Le jeune garçon est plongé depuis dans un état second, plongé dans une spirale de rêveries et de souvenirs. En retrait de la réalité, du temps et des autres enfants, qu’il perçoit vaguement mais dont il ne parvient plus à partager l’insouciance. Tellement en retrait que lorsque la colonie où il passe l’été rentre d’une excursion à la montagne noire, Rémi est oublié et reste seul. Seul dans le noir, au creux d’une nature incommensurable et mystérieuse. Seul avec son désarroi, ses souvenirs, mais aussi une détermination à survivre qui s’affirme avec force…

La montagne noire est un bel objet-livre qui attire l’œil avec une intrigante couverture aux couleurs mates signée par Anne Laval. Mes garçons ont apprécié les illustrations esquissées au début de chaque chapitre et les petits marques-pages détachables à l’effigie des protagonistes (caractéristiques de la collection Mon marque-page). Ce roman parvient à évoquer avec justesse et sensibilité la question du deuil, si douloureuse et si préoccupante pour beaucoup d’enfants, en portant un message positif à travers le cheminement d’un garçon qui prend confiance en lui-même. La belle écriture évocatrice de Maria Jalibert va droit au cœur des jeunes lecteurs : l’intrigue a immédiatement intéressé Antoine et Hugo – qui ont terminé seuls cette lecture amorcée ensemble, trop impatients de connaître la fin.

Mais justement la fin… Et bien, sans vouloir en révéler trop, elle nous a malheureusement laissé sur notre faim ! Nous avons tous ressenti un sentiment de frustration en refermant le livre sans apprendre le fin mot de l’histoire sur la déambulation hallucinée (?) de Rémi à travers la montagne noire. Cette issue ne nous a pas semblé à la hauteur d’un roman qui nous avait captivés jusque-là…

Extraits

« Depuis la mort des mes parents, rien ne semblait s’imprimer clairement dans mon cerveau. Je m’étais installé dans une sorte de rêverie mélancolique. C’était comme un voile opaque qui s’était abattu brutalement sur ma vie. Un voile pesant qui avait tout recouvert sans laisser passer le moindre trait de lumière. »

« Je ne vis personne et la nuit, peu à peu, me tomba dessus. Les bois, éclairés par les derniers rayons du soleil quelques minutes auparavant, s’assombrirent et prirent une allure inquiétante. Les massifs de bruyère devinrent des tâches noires, les rochers des silhouettes menaçantes. Je décidai de rester sur le mien, et je m’y raccrochai comme un naufragé à son radeau. »

« Il y avait quelque chose d’étrange dans cette clairière : pas un seul bruit, c’était le silence total. »

 

Lu à voix haute en novembre 2018 – Didier Jeunesse, 12€

la montagne noire

tous les livres sur Babelio.com

L’île aux trésors a un an !

Déjà un an, et seulement un an que je me suis lancée dans l’aventure de « l’île aux trésors » ! Ce mois anniversaire de novembre a été l’occasion de faire un bilan d’un passe-temps qui m’a permis de vivre plus à fond encore ma passion de la littérature, et de la littérature jeunesse en particulier… Avec pour principal résultat que nous lisons encore plus qu’avant !

 

Démarche de départ, bilan et évolution

Ma démarche de départ était triple. Il s’agissait d’abord de documenter nos lectures en famille, de conserver une trace de découvertes toujours plus nombreuses – m’étant rendu compte qu’il n’était pas facile de se souvenir à quel moment nous avions lu quel livre et même ce qui nous avait emballés ou laissés sur la réserve… L’idée du blog a tenu ses promesses en nous permettant d’enrichir considérablement notre expérience de lecture. Et c’est toujours avec plaisir que de temps à autre, nous nous replongeons dans le souvenir d’un livre partagé en relisant l’article qui lui est consacré. Les enfants s’intéressent à ce que j’écris sur nos lectures et me livrent souvent spontanément leur propre analyse !

Ensuite, ayant toujours plus souvent l’occasion de partager nos coups de cœur avec d’autres familles et enfants, j’avais envie avec le blog de les rendre publics afin de contribuer à faire connaître des albums et des romans jeunesse de qualité. Au départ, je me suis beaucoup focalisée sur des traductions de livres, notamment allemands, que j’avais eu l’occasion de découvrir comme des classiques ou des best-sellers à l’étranger et qui pour une raison ou une autre restaient méconnus en France. J’ai néanmoins réalisé qu’il est difficile, dans le cadre d’un blog très jeune, d’attirer l’attention sur des œuvres peu lues par ailleurs… Le bilan est donc en demi-teinte, même si j’ai eu le plaisir de recevoir des retours d’autres lecteurs qui avaient fait des trouvailles grâce à L’île aux trésors !

Enfin, la motivation de se lancer dans un blog découlait d’une aspiration à échanger avec d’autres librovores. Dans notre entourage, nous n’avions pas beaucoup d’occasions de rencontrer des lecteurs aussi « à fond » que nous, avec qui échanger sur nos découvertes respectives. Le blog m’a énormément apporté en la matière puisque j’ai échangé toujours plus avec d’autres blogueurs et blogueuses qui ont beaucoup enrichi nos horizons littéraires. J’ai lu plus systématiquement ce qu’écrivaient les autres et eu le plaisir de recevoir des idées de lectures inattendues qui m’ont réservé de belles surprises (mes sites préférés sont listés ici). Je suis notamment avec intérêt le blog Sir this and lady that qui évoque les lectures de deux lectrices de l’âge d’Antoine et Hugo qui ont des goûts très convergents avec les nôtres. Depuis septembre, j’ai eu l’immense chance de pouvoir rejoindre les passionnées qui bouquinent À l’ombre du grand arbre – l’occasion de partager nos ressentis et nos coups de cœur, de glaner des idées de lectures et de participer à des échanges plus formalisés autour de Lectures communes et de Sélections thématiques. Je suis très reconnaissante aux arbronautes de m’avoir accueillie et intégrée à leur démarche collective.

En cours de route a émergé une motivation supplémentaire qui s’est traduite par la création d’une nouvelle rubrique consacrée à la lecture à haute voix. La réflexion plus systématique à ce que nous apporte chacune de nos lectures m’a fait réaliser l’importance de cette pratique dans notre famille et a éveillé mon intérêt pour les recherches sur la lecture offerte comme pratique sociale. Je suis aujourd’hui convaincue du caractère crucial de l’éveil de la curiosité et du goût pour la lecture chez les enfants à de nombreux égards : plaisir du rêve et de l’imagination, détente, développement cognitif, élargissement de l’horizon, développement de l’empathie… De nombreuses politiques publiques pourraient être créées ou renforcées à cet égard et tout n’est pas du ressort des parents, mais les recherches montrent que les vertus de la lecture à voix haute en la matière. Tout cela m’a donné envie de développer une nouvelle rubrique consacrée aux lectures offertes : les deux articles publiés à ce jour dans cette rubrique sont, de loin, les plus lus du blog, confirmant l’intérêt du sujet ! Au cours de l’année à venir, j’aimerais aborder encore énormément d’aspects, comme par exemple la question du choix des livres ou les apports de la lecture à voix haute pour le développement des enfants au sens large.

Parmi les projets pour le futur figurent aussi plusieurs idées pour ordonner un peu le foisonnement de la bibliothèque de L’île aux trésors. Peut-être sous forme de sélections thématiques, ou d’une page catégorisant nos lectures par tranche d’âge ?

 

Livres marquants au terme d’un an de lectures

Au cours de cette première année, ce ne sont pas moins de 70 albums et romans que j’ai recensés sur L’île aux trésors ! Ces livres sont listés ici par auteur et par titre. Quels sont les lectures qui m’ont le plus marquée au terme de cette première année ? Nous avons surtout vibré pour des romans d’aventures, d’hier et d’aujourd’hui :

51o-jPf6xoL    ile au trésor   affaire caius

 

le_prince_des_voleurs-cornelia_funke---Copie Célèbre catalogue_couverture

Coups de cœur auxquels il faut impérativement ajouter des pépites inclassables qui nous ont pris complètement au dépourvu, parmi lesquelles, s’il faut choisir (mais que c’est difficile parmi les livres de Bertrand Santini que nous avons tous adorés !) :

hugodelanuit     madame pamplemousse

J’ai bien sûr interrogé les garçons et leurs préférences sont assez convergentes… Ce sont les classiques qui le plus séduit Antoine cette année puisqu’il a spontanément cité Tom Sawyer et L’île au trésor. Quant à Hugo, il retient le souvenir de la surprise et de l’humour de Hugo de la nuit et Madame Pamplemousse… Alors que les enfants avaient découvert avec avidité les romans de plus en plus denses au cours des années précédentes et avaient eu tendance à délaisser un peu les albums, nous y sommes revenus cette année avec des livres magnifiquement illustrés, notamment :

Anya  au-delà de la forêt  Robinson cover

Je retiens également un certain nombre de romans méconnus en France, mais qui gagneraient absolument à être découverts !

Ronya-fille-de-brigandjim-bouton-et-lucas-le-chauffeur-de-locomotive

J’ai trouvé intéressant de regarder, enfin, quels articles ont été les plus lus. Outre ceux consacrés à la lecture à voix haute, voici donc le palmarès, du premier au cinquième (avec un biais lié à la date de publication, les plus anciens étant plus lus en moyenne que les post récents…) :

couverture Jack  Le-royaume-de-Kensuke9782700253009

couverture Bascule              zoé et la boule à neige

Alors que Daniel et moi avons pu énormément puiser dans nos lectures d’enfance respectives, ce corpus tend à s’épuiser avec les années et nous nous tournons de plus en plus vers des nouveautés… N’hésitez pas à nous faire part de vos propres pépites, nous sommes très preneurs de suggestions pour contribuer à alimenter cette deuxième année du blog ! Que l’aventure continue !

Brexit romance (de Clémentine Beauvais, 2018)

Ami.e.s britanniques ! La tragédie du Brexit a frappée nos vies, et nous serons bientôt déprivés de nos passeports Européens. Mais dans ce monde qui ne fait pas de sens, nous nous identifions à une jeunesse cosmopolitaine internationale et nous ne voulons pas perdre le privilège de travailler et vivre dans un autre pays Européen. Nous voulons un passeport Européen !

Si on m’avait dit, en juin 2016, alors que le monde apprenait avec stupéfaction qu’une majorité de britanniques venaient de voter pour quitter l’Union européenne, que je rirais à voix haute en lisant un roman sur le sujet ! Pour être franche, je n’y aurais pas cru une seule seconde ! Il faut dire que Clémentine Beauvais fait preuve d’une véritable virtuosité pour imaginer les situations les plus abracadabrantes, la rencontre des personnages les plus improbables et de savoureux dialogues franco-britanniques truffés de quiproquos…

‘C’est quoi comme start-up ?
‘Organisation de mariages.’
‘Ah ? Et t’as un concept ?’
‘Oui, mais le concept est un peu niche’, dit Justine.
‘Un peu niche’, rigola toute seule Cannelle en imaginant des mariages de chiens, jeu de mots inaccessible aux anglophones.

De quoi s’agit-il ? Le devant de la scène est occupé par plusieurs millenials français et britanniques. Féministes, militants ou artistes, étudiants ou fondateurs de start-ups, d’origine modeste ou aisée, végétariens-écolos ou conservateurs, ils sont surtout profondément cosmopolites et attachés à leur liberté de circuler dans l’Union européenne. Et tous impliqués d’une manière ou d’une autre dans le complot farfelu de la jeune et pétillante Justine Dodgson qui cherche à marier ensemble des Français et des Anglais pour permettre à ces derniers de conserver un passeport européen – tout en faisant « un gros fuck you au gouvernement et aux abrutis qui ont voté Brexit » (et au passage à l’institution du mariage !). Mais rien ne se passe comme prévu et tout se complique lorsque l’amour s’en mêle…

J’ai lu avec beaucoup de plaisir ce roman qui ne ressemble à aucun autre. Les mondes de la start-up, des hipsters et des adeptes de UKIP sont si finement restitués – à peine caricaturés ! – qu’on se croirait presque dans une étude sociologique… Le regard de Clémentine Beauvais est à la fois emprunt de lucidité, d’ironie et malgré tout de tendresse. Et les dialogues où le français et l’anglais se mélangent de façon si réjouissante sont géniaux, dévoilant le sens des expressions britanniques les plus énigmatiques :

‘Fair enough’, dit Matt, ce qui en anglais signifie, OK, normal, je comprends, mais quand même, enfin d’accord, peut-être, bon, vu comme ça.

Brexit Romance est un texte profondément moderne. Moderne dans sa forme, hésitant entre le roman, la pièce de théâtre et le film puisqu’il est même assorti d’une bande son (mention spéciale pour Françoise Hardy et Only Friends !). Moderne également par son ancrage dans le monde actuel, celui de l’individualisme et du questionnement des institutions traditionnelles (le mariage, les institutions politiques, la justice), de l’hyper-connexion, du cosmopolitisme et d’une polarisation politique exacerbée. À tel point que je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si Clémentine Beauvais n’avait pas fait un pari risqué, en proposant un roman qui risque de paraître daté lorsque Facebook, Twitter, Uber et le UKIP seront passés de mode et lorsque les innombrables allusions à notre époque seront devenues difficiles à décrypter pour celles et ceux qui ne l’auront pas vécue. Mais en attendant, cela fait sacrément du bien de rire de tout cela. L’occasion également de méditer les belles paroles de Georges Brassens :

« Ma mie, de grâce, ne mettons
Pas sous la gorge à Cupidon
Sa propre flèche. »

Lu en novembre 2018 – Sarbacane, 18€

Brexit Romance