Animains, de Silvia Lopez et Guido Daniele (Éditions du Genévrier, 2019)

Animains

La nature est époustouflante : prenez le prodigieux camouflage du caméléon, le bec flamboyant du toucan, les couleurs du canard mandarin, les motifs fascinants des rayures du zèbre, ou la délicatesse du papillon « monarque » ! Cet album rend hommage à toute cette beauté, sublimée par le format à l’italienne et le pinceau minutieux de Guido Daniele. Le support est pour le moins inhabituel, puisque l’artiste milanais esquisse ces seize splendides animaux non pas sur une toile ou une feuille de papier, mais sur… des mains ! Paume, doigts, plis et ongles permettent à merveille de reproduire becs, écailles, rides, pelage, nervures, oreilles et pupilles… Une manière originale de symboliser la responsabilité des humains qui tiennent pour ainsi dire dans leurs mains le futur du monde animal.

Animains_camaléon

L’album est de ceux qui se prêtent à plusieurs lectures. Chaque double-page présente une espèce, dont on peut admirer les singularités que Guido Daniele jubile manifestement à représenter dans leurs moindres détails. Certaines des peintures sont vraiment stupéfiantes de réalisme ; à première vue, on ne soupçonnerait pas que ces animaux sont peints ! Les textes de Silvia Lopez sont à la fois concis et riches d’anecdotes qui témoignent bien de la diversité des façons dont les espèces s’adaptent à leur environnement. Et bien sûr, une fois le principe compris, Antoine et Hugo ont pris beaucoup de plaisir à repérer les mains humaines (parfois nombreuses) qui se camouflent derrière les illustrations.

Animains_aigle

Animains_panda géant

A mi-chemin entre livre d’art et documentaire, Animains est une lecture à la fois plaisante et instructive. Seules réserves : on ressent bien la tendresse des auteurs pour chacune des espèces présentées, mais on en apprend finalement peu sur ce qui les rendent vulnérables. Les risques d’extinction ne sont évoqués que sur une double-page finale (dont la mise en page me semble assez rébarbative…), ce qui est dommage étant donnée l’ambition affichée par cet album de sensibiliser ses lecteurs à la préservation de la biodiversité. Par ailleurs, à moins de poser l’album sur une table, son format à l’italienne ne facilite pas la consultation des illustrations « verticales » (comme celle du panda ci-contre), heureusement peu nombreuses.

À faire découvrir à celles et ceux qui aiment l’art, la nature et… le camouflage !

Pour en savoir plus sur le handpainting de Guido Daniele, n’hésitez pas à consulter son site.

 

Extraits

« Dans certains pays d’Asie, les canards mandarins sont considérés comme un symbole d’amour et de fidélité, parce que mâle et femelle restent ensemble toute leur vie.
Le mâle est considéré comme l’un des plus beaux canards au monde. Ses plumes sont une explosion de couleurs et de motifs, contrairement à celles de la femme qui n’ont rien de spectaculaire. Mais il y a une bonne raison à cela.
La femme mandarin dépose ses œufs dans des creux d’arbres hauts placés. Ses plumes unies se mêlent aux ombres, dissimulant le nid aux prédateurs tels que les serpents, les chouettes ou les putois. »

« Un pygargue à tête blanche plane au-dessus d’un lac scintillant, ses immenses ailes déployées, à quelques 1000 mètres d’altitude. Même à cette hauteur, l’oiseau peut repérer un poisson nageant au loin. Les paupières de l’aigle produisent des gouttelettes huileuses qui enduisent ses yeux et atténuent le reflet de l’eau. L’expression « œil d’aigle » n’a jamais été plus appropriée. » 

Lu en janvier 2020 – Éditions du Genévrier, 16€

La balade de Koïshi, de Agnès Domergue, illustré par Cécile Hudrisier (Grasset Jeunesse, 2019)

La balade de Koïshi_couv

Voilà un album singulier qui a de quoi fasciner ses lecteurs ! Il tient dans la main, mais ses pages se déplient comme un accordéon, déroulant sous nos yeux le chemin parcouru par Koïshi le long de cette « balade ». Nous voyons, donc, ce petit bonhomme, né d’une rizière, faire de premiers pas hésitants, s’émerveiller de découvrir le monde, gagner en assurance et continuer d’aller de l’avant, traversant les saisons comme autant de métaphores des âges de la vie, évitant les écueils, surmontant les obstacles, savourant les rencontres, prenant des pauses pour mieux repartir, mûrissant, puis s’étiolant à mesure que le temps s’écoule…

Koïshi_extrait 1

Disons-le d’emblée, l’intrigue n’est pas de celles qui vous font frémir d’impatience de connaître le fin mot de l’histoire – ce n’est pas du tout le genre de cet album. Mais il y a quelque chose d’envoutant à regarder cette balade se déplier, grâce au format du leporello qui met en relief l’ampleur du chemin parcouru. Un parcours si long que ma nièce de sept ans et moi nous sommes demandé avec une curiosité joyeuse si le salon allait suffire pour le déployer… Une balade qui peut sembler interminable, mais qui est finalement vite parcourue, ça vous rappelle quelque chose ? Dans le mille, c’est bien de la vie que nous parle cet album. Je le disais récemment à propos d’un autre livre : difficile pour les enfants de prendre conscience de ce qu’est une vie, de saisir qu’elle a un début et une fin, d’appréhender son inscription dans une histoire plus large où rien ne se perd complètement et tout se transforme.

Koïshi_extrait 2

Il me semble que La balade de Koïshi peut apporter une réponse réconfortante à leurs questionnements existentiels. Réconfortante, grâce à la poésie, la douceur et l’expressivité des illustrations de Cécile Hudrisier qui rendent un bel hommage aux saveurs et aux couleurs de la vie. Mais aussi : comme le texte nous le répète à la façon rassurante des petites comptines de l’enfance, Koïshi a dans sa poche un grain de riz et l’histoire ne se termine jamais vraiment… Quel amusement de constater que cette balade ne suit pas nécessairement un trajet linéaire, mais que les extrémités du livre se rejoignent, permettant un éternel recommencement de l’histoire ! C’est ainsi que ce qui aurait pu être triste a finalement suscité des exclamations réjouies.

Un livre à proposer sans hésiter aux amateurs de lectures contemplatives et de promenades…

Koïshi_extrait 3

N’hésitez pas à lire également les avis de Pepita, de Hashtagcéline, de Nadège et de Petite Fleur Loves Book !

Lu en janvier 2020 – Grasset Jeunesse, 20€

Petits tigres, de Jo Weaver (Kaleidoscope, 2019)

Petits tigres_couv

« Petits tigres » : sur cette splendide couverture brille un titre qui sonne comme un oxymore, tant la réputation du tigre est terrible. Notre imaginaire a tendance à classer cet animal avec les loups et les lions, parmi les prédateurs les plus redoutables. Les tigres sont majestueux, fauves, terrifiants, mais on ne les voit habituellement pas comme petits. Et pourtant, le tigre est une espèce animale vulnérable, poussée dans ses retranchements par les humains…

Jo Weaver a donc mille fois raison de renverser les clichés avec ces petits tigres adorables qu’elle esquisse avec une tendresse communicative. L’intrigue est simple, mais palpitante : deux tigreaux et leur mère doivent fuir la présence des hommes et chercher un nouvel abri dans la jungle – une tanière chaleureuse et abritée de l’humidité et des autres animaux… Parviendront-ils à trouver refuge avant la tombée de la nuit ?

Petits tigres_extrait

Nous avons tourné les pages avec avidité, soucieux du devenir des félins et époustouflés par la beauté du décor digne des meilleures pages de Rudyard Kipling, sublimé par le trait de l’autrice. Ces dessins réalisés au fusain sont une merveille, un véritable hymne à la beauté de la nature sauvage ! Les trois tigres, qui se détachent grâce au jeu sur les couleurs, sont tout simplement irrésistibles et représentés avec beaucoup de sensibilité ; la préoccupation de la mère, la gaieté insouciante et la soif d’exploration des petits sont palpables.

Petits tigres_extrait2

Petits tigres

Un hommage touchant à l’amour maternel et à la chaleur réconfortante des liens familiaux. Qui nous dit aussi, avec une douceur infinie, l’importance essentielle d’avoir un foyer – et la vulnérabilité terrible de ceux qui n’en ont pas.

Un merveilleux condensé de beauté et d’émotions, à partager en famille, en ronronnant de plaisir !

L’avis de Pepita est disponible ici.

Lu à voix haute en janvier 2020 – Kaleidoscope / L’école des loisirs, 13€

Le fil d’Ariane, de Jan Bajtlik (La Joie de Lire, 2019)

Le fil d'Ariane_couv

Tonnerre de Zeus ! Nous avons beau réviser régulièrement notre mythologie grecque grâce aux merveilleux feuilletons de Murielle Szac ou aux BD publiées ces dernières années par Casterman, les méandres et les ramifications de ces légendes transmises à travers les siècles sont si touffus qu’on en perdrait presque son latin. Enfin, son grec ! Ce serait presque à devenir fou. Rien que démêler les branches singulièrement entrelacées de l’arbre généalogique des occupants de l’Olympe représente un travail herculéen… Je ne vous parle même pas des innombrables revirements qui ont ponctué la guerre de Troie, ou des intrigues à tiroir déclenchées par les idylles de Zeus !

Typhon

Et pourtant, les mythes grecs sont merveilleux. Ils nous laissent médusés et émus, devant l’imagination débordante que pouvaient avoir nos ancêtres, il y a plus de 2000 ans. Ils sont incontournables, tant ils ont façonné les arts, la littérature, l’imaginaire et les expressions… Si, comme nous, vous souhaitez donc prendre le taureau minotaure par les cornes, ne boudez pas votre chance et précipitez-vous pour suivre Le fil d’Ariane qui vous guidera à travers le dédale ! L’idée de l’auteur-illustrateur polonais Jan Bajtlik est lumineuse : restituer l’essentiel des mythes grecs sous forme de fabuleux labyrinthes, illustrés et légendés, permettant de suivre pas à pas la création du monde et de l’Olympe, les douze travaux d’Hercule ou encore les péripéties de l’Iliade et de l’Odyssée. Ainsi présenté, ce n’est pas sorcier ! Regardez plutôt :

Guerre de Troie

Charybde Scylla

Ile d'AéaCelles et ceux qui sont déjà experts s’amuseront à reconnaître les mille et un protagonistes de leurs épisodes préférés. Les autres apprendront une foule de choses en chemin, notamment grâce aux excellentes explications disponibles dans les dernières pages. Les plus jeunes (mais pas que !) s’abandonneront avec volupté au plaisir ludique de chercher son chemin dans l’enchevêtrement prodigieux de ces labyrinthes qui ont déjà occupé Antoine et Hugo pendant des heures ! Toute la famille est conquise par ces double-pages à la fois titanesques et ciselées de façon presque maniaque, jusque dans les moindres détails, réservant de nouvelles surprises à chaque relecture.

Détail

Vous l’aurez compris, Le fil d’Ariane est un objet-livre hors classe que l’on a un immense plaisir à tenir entre ses mains et que je vais m’empresser d’offrir autour de nous. Si je pouvais m’autoriser à jouer les Cassandre (en espérant tout de même que quelqu’un par ici prenne un peu au sérieux ce que je raconte !), je prédirais que beaucoup céderont pour leur plus grand plaisir au chant des sirènes au charme de ce livre et qu’il sera plébiscité par toutes et tous. Et que nous entendrons reparler de cet auteur !

Découvert en janvier 2020 – La Joie de Lire, 24,90€

Ma vallée, de Claude Ponti (L’école des loisirs, 1998)

Ma vallée_couv

Il y a des livres dont Antoine et Hugo ne se lassent jamais. Ils restent à portée de main sur les étagères de leurs chambres et je les retrouve régulièrement empilés dans tous les coins de la maison… Nous aimons les ré-ouvrir ensemble, parfois après plusieurs années. Certains ont la saveur des madeleines de l’enfance, nous replongeant instantanément dans la période de vie où nous les avons lues et relues. Beaucoup conservent un charme intact, qui opère aussi bien aujourd’hui qu’il y a quelques années. Cette semaine, par exemple, nous avons pris beaucoup de plaisir à relire plusieurs livres de Claude Ponti, dont Ma Vallée, un album grand comme un univers, qui nous fait entrer dans le monde merveilleux des Touims. Depuis tout petits, les garçons aiment beaucoup ce grand-format qui ne manque jamais de les intriguer, de les enthousiasmer et de les toucher.

Ma Vallée, c’est d’abord un objet-livre unique en son genre, fascinant, foisonnant, avec de petites surprises qui se nichent un peu partout (jusqu’au code barre !) et que les enfants n’ont pas leur pareil pour repérer. On découvre l’univers et le quotidien des Touims, grâce à l’alliage improbable d’une bonne dose de fantaisie et de codes quasi-scientifiques, avec force schémas annotés et cartes à la clé !

Ma vallée_carte      Ma vallée_bâtiment

Nous ne résistons pas à la mignonnerie irrésistible des Touims, adorables boules de poil pleines de vie, de créativité et de bonne humeur. Leur gaieté et leur entrain à inventer mille jeux sont communicatifs et amusent beaucoup Antoine et Hugo (il faut ici faire une mention spéciale de leur technique de construction de bonhommes de neige !).

Ma vallée_neige

Ma vallée_flaquesLes Touims donnent aussi envie de savourer la vie qui fourmille dans la nature, de nous laisser bercer par le rythme rassurant des saisons qui passent, de rêver sans limite. Claude Ponti a l’art de restituer les chimères les plus savoureuses des enfants, qu’il s’agisse d’aménager un tronc d’arbre, de voler en se laissant emporter par une bourrasque ou de débarquer sur l’Île molle, entièrement comestible… Son imagination sans bornes nous réjouit en repoussant les frontières de notre horizon, avec des inventions géniales, comme la Balanquette – combinaison de balançoire et de banquette à laquelle il fallait décidément penser !

Chacune de ces gourmandises vaudrait à elle-seule le détour. Mais ce n’est pas tout. Si les livres de Ponti font autant de bien, c’est qu’ils aident à grandir, à la manière des histoires universelles qui nous parlent de la vie – ses joies, ses peurs, ses colères, ses moments de contemplation et d’agitation, ses secrets et ses surprises. La fantaisie n’est-elle pas le meilleur moyen d’appréhender tout cela ?

Cet auteur est aussi le maître des jeux sur les sonorités des mots et des noms – notre palme spéciale, déterminée après de longs débats, revenant à Olie-Boulie et à Fouchtri-Fouchtra, frères du narrateur. Cette histoire pourrait n’avoir aucun sens, elle resterait jubilatoire pour cette drôle de musique qui résonne comme une comptine et qui ravit les enfants !

Extrait :

« Quand le vent moyen souffle, on se disperse un peu partout dans la Vallée. Le premier, celui qui est le plus loin, raconte une histoire. Quand le vent l’apporte au deuxième, l’histoire a déjà changé. Le deuxième la raconte à son tour, et le vent la change encore…
Soyotte a fait un clafoutis aux cerises et l’a caché sous son lit.
Je l’ai goûté, il est fameux. Je l’ai caché ailleurs. Qui en veut ?
Soyotte a fait un chatouillis en crise et a craché sous son lit.
Dégoûtée, elle a fait « Meuh ! » chez le tailleur qui est vieux !
Le coyote a vu un chat rouillé en chemise et l’a couché dans son nid.
Il a fait mieux chez ma sœur qui mange des pneus !
La bouillotte, sur un châle mouillé, s’est mouchée dans les plis
du rapporteur en tranches de tarte aux cheveux !
Blounotte râle, toute mouillée, elle a été douchée par un papoteur
sans manches qui lui a mis une carpe sur les yeux ! »

Ma vallée_Touims

Histoires de fleuves, de Timothy Knapman, illustré par Ashling Lindsay et Irène Montano (Sarbacane, 2019)

Histoires de fleuves_couv.jpg

Les fleuves offrent un fil conducteur prodigieux pour explorer le monde ! À la fois frontière, lieu d’échanges et trait d’union entre des régions parfois distantes de milliers de kilomètres, ils sont aussi des écosystèmes, des lieux chargés d’histoire où résonnent légendes, mémoire des civilisations qui se sont succédé sur leurs rives et écho de mille et une aventures… Tirant partie de cette richesse, Histoires de Fleuves nous invite à une série d’expéditions captivantes dans les méandres de cinq fleuves mythiques.

nil-03-1400x.jpg

amazone-03-1400x

Au fil des pages, le Nil, le Mississippi, le Rhin, le Yangtsé et l’Amazone se déplient (littéralement) sous nos yeux, de la source à l’embouchure, restituant délicieusement les sensations et les couleurs d’un vrai voyage. Les illustrations sont luxuriantes. Non seulement elles rendent hommage à la géographie, l’histoire et la biodiversité de chaque fleuve, mais elles invitent à rêver d’évasion, d’aventures, d’explorations… Au fil de l’eau, on s’arrête à l’envi pour découvrir les anecdotes, les histoires et légendes charriées par chaque fleuve et l’on apprend une foule de choses : le Mississippi, par exemple, nous entraîne des terres gelées du Minnesota au golfe du Mexique, nous murmurant en route la légende d’un monstre mystérieux et l’histoire de peuples amérindiens et de la guerre de Sécession, avant de faire résonner la musique de la Nouvelle-Orléans…

mississippi-03-1400x.jpg

Au passage, cette lecture nous a fait prendre conscience de l’importance des fleuves en littérature, nous donnant le plaisir d’évoquer de belles lectures faites ensemble. Comment sillonner les rives du Mississippi sans penser aux aventures de Tom Sawyer et Huckleberry Finn, ou encore au Célèbre catalogue Walker & Dawn ? Celles de l’Amazone et du Nil sans évoquer L’explorateur et La déesse indomptable ? Le Yangtsé nous était moins familier, mais nous n’avons pris que plus de plaisir à le découvrir.

Un album stimulant qui ravit aussi bien les yeux que l’esprit et l’imaginaire !

Extraits

« Que le spectacle commence ! De 1830 à la fin des années 1930, de véritables théâtres flottants naviguaient sur le Mississippi, vers le sud comme le nord. Ils faisaient escale dans les villes bordant le fleuve et présentaient des spectacles musicaux, des ballets ou du cirque avec de vrais chevaux. Certains pouvaient accueillir jusqu’à 3400 spectateurs ! »

« LORELEI, LE ROCHER CHANTANT. Un jour, un homme prétendit avoir été ensorcelé par une belle jeune fille. Alors qu’on l’emmenait en prison, elle se jeta dans les eaux tumultueuses du Rhin. Depuis, les marins parlent d’une femme assise sur un « rocher chantant ». Envoûtés à leur tour par la beauté du chant, ils perdent le contrôle de leur bateau et chavirent. »

Lu en janvier 2020 – Sarbacane, 18,50€

Le Cirque Amicus, de Éric Sénabre et Christel Espié (Didier Jeunesse, 2019)

Le cirque amicus_couv

Cette couverture attire l’œil comme une affiche de cirque. Approchez donc, faites un bon dans le temps jusqu’à l’année 1912 et suivez le jeune Collins dans les rues de Londres jusqu’au chapiteau du Cirque Amicus !

Extrait 1.jpg

N’hésitez pas, le spectacle vaut assurément le détour… Sous vos yeux ébahis se succèderont tours de force, clowneries et acrobaties. Mais le clou de la représentation est sans doute l’incroyable numéro exécuté par le dompteur Chapman, son lion et son ours. Du moins jusqu’au jour tragique où les deux bêtes se volatilisent inexplicablement, mettant en péril l’avenir du cirque. L’astucieux Collins n’hésite pas un instant et se met en quête d’indices…

Extrait 2.jpg

Antoine et Hugo sont toujours ravis d’avoir l’occasion de lire des albums. Notamment ceux qui, par leur texte plus étoffé, la teneur ou la complexité de leur propos, s’adressent à de « grands » enfants comme eux. Ils ont été captivés par l’enquête de Collins qui leur a donné l’occasion de retrouver un auteur dont nous ne manquons aucune publication depuis Sublutetia et une illustratrice dont nous avions déjà énormément apprécié le coup de pinceau dans Le visiteur de minuit.

Un décor fascinant, quelque part entre la Londres d’Oliver Twist et un univers de cirque fellinien, des personnages troublants, une intrigue menée tambour battant, portée par l’écriture vive d’Éric Sénabre et les illustrations flamboyantes de Christel Espié… Tout cela contribue à faire opérer le charme, de la première à la dernière page. Un album à faire découvrir sans hésiter aux amateurs d’enquêtes et de péripéties !

Cirque Amicus

 

Extraits

« Quand le jeune Collins vit la tente du chapiteau se gonfler au loin, près des docks de Londres, il frotta ses mains sales, ajusta sa casquette et boutonna le col de sa chemise. Il tâta la poche de sa veste élimée ; une seule pièce, même pas une deuxième pour lui tenir compagnie. Pour un gamin des rues comme lui, habitué à vivre de petits boulots, des renseignements qu’il marchandait à la police, l’arrivée d’un cirque était une opportunité à ne pas manquer. ‘Mars 1912 : la chance te sourit peut-être enfin, mon brave Collins !’ pensa-t-il en se mettant en route. »

« Tout le monde finit par s’éloigner, à l’exception de Collins, toujours à l’affût d’un indice. C’est alors qu’il remarqua un petit bout d’étoffe au milieu de la cage. N’ayant pas le bras assez long pour l’atteindre, il se procura une perche pour le faire glisser jusqu’à lui. C’était un bout de toile épaisse, bleu foncé, qui semblait avoir été déchiré. Collins le fourra dans sa poche, et inspecta les environs. »

Lu en décembre 2019 – Didier Jeunesse, 15,90€