Nico et Ouistiti explorent les fonds marins, de Nadine Brun-Cosme et Anna Aparicio Català (ABC Melody, 2019)

Nico et Ouistiti_couv

Quoi de plus de grisant en ce moment que d’imaginer pouvoir ouvrir une trappe et se laisser glisser vers un univers infini ? Ce premier tome des aventures de Nico et de Ouistiti, son ami singe, prend une dimension particulière dans la période d’enfermement que nous vivons…

Hugo et moi n’avons pas résisté au charme enfantin des illustrations d’Anna Aparicio Català dont je continuerai à suivre les publications avec beaucoup de curiosité. À l’évidence, l’illustratrice espagnole s’amuse à imaginer un univers steampunk de machines toutes plus intrigantes les unes que les autres.

Nico et Ouistiti_extrait 1

Puis à déployer sous nos yeux émerveillés tout un monde marin, lorsque Nico et Ouistiti partent en exploration. Il y a de quoi se sentir impressionné face à l’immensité de cette fresque ondulante de créatures aquatiques multicolores ! Pourtant, nos deux aventuriers, s’ils osent se jeter à l’eau, pourraient bien, si minuscules soient-ils, avoir un rôle à jouer…

Nico et Ouistiti_extrait 2

Nico et Ouistiti_extrait 3

Cet album a de quoi faire rêver les enfants. Qui n’adorerait pas avoir un singe pour compagnon, passer ses journées à bricoler des engins géniaux et partir en expédition dans les contrées les plus reculées de notre planète ? La destinée de Nico et Ouistiti invite à se lancer vers l’inconnu et la promesse de mille splendeurs inattendues. Cela dit, l’intrigue nous a laissés un peu sur notre faim. J’apprécie ce que propose Nadine Brun-Cosme dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici, mais j’ai trouvé que cette histoire-ci était racontée en naviguant à vue (sans mauvais jeu de mot !) et qu’un peu de tension narrative aurait été bienvenue.

Un très joli album tout de même, à proposer à toutes celles et ceux qui aiment s’imaginer d’incroyables univers marin sous la surface de l’eau…

Lu en mars 2019 – ABC Melody, 16€

Eli & Gaston. L’esprit de l’automne, de Ludovic Villain et Céline Deregnaucourt (Ankama Éditions, 2019)

Eli & Gaston_couv

Aussi curieux que cela puisse paraître, lorsque Éli apprend que ses parents ne peuvent pas prendre de vacances et qu’elle passera l’été avec son chat (Gaston) chez sa grand-mère, elle ne se félicite pas de cette opportunité de se confiner au vert à l’abri des gouttelettes du coronavirus… La maison, à mille lieux de la civilisation et du moindre écran, n’est-elle pas excessivement isolée ? Quels sont ces bruits et ces ombres nocturnes qui réveillent Éli et Gaston ? Pourraient-ils venir de la forêt voisine, sur laquelle courent de curieuses légendes ? Un immense lieu luxuriant, mais où le silence est assourdissant…

Éli & Gaston_1

Éli & Gaston_2

Toute la famille a pris beaucoup de plaisir à faire la connaissance de ce jeune duo auteur-illustratrice avec cette BD. La composition dynamique, les couleurs vives et le trait rond de Céline Deregnaucourt sont très attrayants. Elle représente, avec un plaisir communicatif, la forêt dans ce qu’elle a de plus merveilleux et inquiétant – univers improbable, évoquant à la fois les bergères guerrières et Mon voisin Totoro. Les deux protagonistes sont campés à merveille : Éli, pleine de vie et de caractère, et Gaston, boule de poils dont la gloutonnerie et la froussardise n’ont d’égale que sa drôlerie…

Éli & Gaston_3

Éli & Gaston_4Nous avons été séduits par ces personnages, ainsi que celui de la grand-mère un peu sorcière… L’amorce de l’intrigue, construite comme un thriller, est particulièrement réussie, avec un dosage parfait entre frisson et humour. Les rencontres d’Éli et Gaston réservent de multiples surprises qui piquent notre curiosité. J’ai trouvé que la suite et le dénouement n’étaient pas tout à fait à la hauteur. J’aurais notamment aimé en savoir plus sur cet esprit de l’automne qui rôde et qui, en l’état, reste un peu insondable. Cela dit, Antoine et Hugo n’ont fait qu’une bouchée de cette BD et je suis très admirative que les auteurs parviennent à proposer une telle qualité sur 136 pages. Je suis certaine que les petits lecteurs dès l’école primaire seront ravis de découvrir un tome de cette envergure, mais dans un registre très enfantin.

Une belle aventure initiatique, vitaminée par toute une palette de belles couleurs !

Lu en mars 2020 – Ankama Éditions, 19,90€

L’émouvantail (tomes 1 et 2), de Renaud Dillies (Éditions de la Gouttière, 2019)

L'émouvantail couvertures

Ce n’est pas parce qu’on est fait de paille, de bois et de haillons qu’on ne ressent rien ! Tous les amateurs de littérature le savent depuis leur rencontre avec Pinocchio, le petit soldat de plomb d’Andersen ou encore la poupée Scoubidou imaginée par Pierre Gripari : les objets fabriqués et entretenus avec suffisamment d’amour peuvent prendre vie. C’est ainsi que l’épouvantail de l’histoire devient un adorable émouvantail qui met tout son cœur à sa mission de repousser les oiseaux. Mais voilà, ces volatiles multicolores ne manquent ni d’aplomb, ni d’arguments, ni de potentiel de sympathie pour plonger notre émouvantail dans le doute : sera-t-il capable d’être à la hauteur de la tâche ? En a-t-il vraiment envie, au fond ? Mais à laisser les oisillons picorer les semis, ne risque-t-il pas de devenir inutile et de finir sa vie dans la cheminée ? Cette vie, d’ailleurs, vaut-elle vraiment d’être vécue dans la solitude de celui qui, ni tout à fait objet, ni tout à fait humain, se sent irrémédiablement différent ?

Émouvantail_oiseaux

À la manière des contes, l’histoire de l’émouvantail cristallise, en quelques pages, les sentiments universels qui font le sel (et le miel) de l’existence. De son pinceau chatoyant, Renaud Dillies compose un petit monde étrange et poétique dans lequel tous les éléments, des animaux aux végétaux en passant par la lune ou le vent semblent animés d’une volonté propre. Surtout la nuit, lorsque le décor est plongé dans un halo bleuté qui crée une ambiance un peu magique.

Émouvantail_doutes

Émouvantail_course poursuite

En quelques traits et avec une énergie portée par la composition très dynamique des cases, son dessin nous emporte dans un tourbillon d’émotions et de mouvements. L’émouvantail, en particulier, est campé à merveille, dans sa sensibilité, sa maladresse et ses pensées tour à tour sombres ou fleuries. Vous lui ferez bien une place dans votre potager ?

Deux albums plein de charme, doux comme un paysage printanier, à mettre sous la dent des enfants à partir du plus jeune âge !

L’avis de Bouma est disponible par ici !

Émouvantail_lune

Lu en février 2020 – Éditions de la Gouttière, 10,70€ par tome

Le grand mouton, d’Andrée Prigent (Kaleidoscope, 2020)

grandmouton_couv

Cet air inspiré, ces bouclettes innocentes et ce sourire tout aussi faussement ingénu qui auraient de quoi déconcerter même le plus terrible des prédateurs… Vous ne trouvez pas qu’il y a un air de famille ? Comment ne pas penser à Shaun le mouton et à ses inénarrables acolytes ? C’est sans doute mon faible pour ces épatants ruminants qui m’a donné envie de découvrir cet album… alors que mes deux agneaux sont plus âgés que la cible !

Le grand mouton_extrait 1

Nous sommes donc partis nous promener dans ce pays verdoyant – enfin, manière de parler, puisque les collines y sont aussi rouges, jaunes, turquoise… – où la saveur de l’herbe n’est altérée que par les rondes du loup à la recherche de son prochain casse-croûte. L’histoire pourrait être effrayante, mais le loup en question est vieux et myope, et notre bande d’ovidés a plus d’un tour dans son sac… Ne dit-on pas que l’union fait la force ?

Le grand mouton_extrait 2

Nous sommes ici dans un cartoon délirant de bout en bout. Cette histoire farfelue a de quoi amuser les enfants qui se réjouissent de voir les moutons exécuter leur plan dans une chorégraphie parfaitement maîtrisée. Les protagonistes sont gaiement outranciers, les décors très stylisés, en mobilisant la technique de la linographie caractéristique du travail d’Andrée Prigent, semblent presque s’animer tant ils sont dynamiques. L’ensemble dégage quelque chose d’absurde et décalé qui nous a bien plu.

Le grand mouton_extrait 3

Nous avons donc passé un bon moment avec cet album, mais l’histoire nous a semblé courte,  le dénouement attendu, la morale un peu facile. Sans doute cherchons-nous le mouton à cinq pattes ? Toujours est-il que notre troupeau s’est mieux délecté des albums précédents de cette autrice. Mais nous ne saurions trop vous engager à ne pas faire comme le mouton de Panurge et à vous faire votre propre opinion !

Lu à voix haute en février 2020 – Kaleidoscope, 13€

 

 

N’oublie pas ton rêve, de Simon Philip & Kate Hindley (Little Urban, 2019)

N'oublie pas ton rêve

Cet album a beau nous entraîner dans un monde de lapins (et pas de moutons), il faut bien admettre que les marges pour se singulariser, sortir du rang et des sentiers battus y sont minimes. Ces lapins-là se ressemblent tous, travaillent, remuent et agitent leurs oreilles de concert, unissant harmonieusement leurs forces autour d’un ambitieux projet de construction…

N'oublie pas ton rêve_extrait 1

N'oublie pas ton rêve_extrait 2

Tous assortis, conformes, orthodoxes. Jusque dans leurs songes, puisque ces mignonnes bestioles rêvent toutes de carottes ! Toutes ? Pas tout à fait. Bernard, lui, se sent décalé, voire franchement minoritaire. Voyez-vous, les carottes, très peu pour lui. Ce qui le fait vraiment vibrer d’enthousiasme, c’est… la disco, les paillettes et les heures à se déhancher sous le feu des projecteurs ! Osera-t-il un jour s’affirmer tel qu’il est et affronter le regard des autres ?

 

Cet album pétillant est raconté et dessiné avec un mélange réjouissant de gaieté, de fantaisie et d’ironie. Et quel plaisir de voir Bernard prendre joyeusement son pied en ondulant, dans son costume bigarré, au rythme de la musique ! Derrière l’humour se découvre une leçon de vie qui invite à rêver et vivre au-delà des conventions. Et une réflexion très juste sur les vertus émancipatrices de ceux qui osent être différents – et qui, d’une certaine manière, rendent service à tous les autres. Le conformisme et la peur d’être rejeté du groupe à cause de ses singularités sont des préoccupations essentielles des enfants (et des plus grands !). N’oublie pas ton rêve ne manquera pas de parler à toutes et tous à partir de trois ans.

N’hésitez pas à lire l’avis de Chlop !

N'oublie pas ton rêve_extrait 3

« Je me suis toujours comporté comme un lapin doit se comporter.
Je faisais ce que je pensais devoir faire.Je remuais le nez.Je dressais les oreilles.Je mangeais de l’herbe et je creusais des trous dans les champs, parce que c’est ce que les lapins font habituellement.Et que je n’étais pas occupé à faire tout cela, j’essayais simplement d’avoir l’air le plus mignon possible. »

« Quand ils dormaient, je dormais aussi.
Et comme eux, je rêvais.
Mais MES rêves n’étaient pas les mêmes que ceux des autres.
Ils étaient moins… lapinesques.
Et plus… insolites. »

Lu en février 2020 – Little Urban, 13,50€

Animains, de Silvia Lopez et Guido Daniele (Éditions du Genévrier, 2019)

Animains

La nature est époustouflante : prenez le prodigieux camouflage du caméléon, le bec flamboyant du toucan, les couleurs du canard mandarin, les motifs fascinants des rayures du zèbre, ou la délicatesse du papillon « monarque » ! Cet album rend hommage à toute cette beauté, sublimée par le format à l’italienne et le pinceau minutieux de Guido Daniele. Le support est pour le moins inhabituel, puisque l’artiste milanais esquisse ces seize splendides animaux non pas sur une toile ou une feuille de papier, mais sur… des mains ! Paume, doigts, plis et ongles permettent à merveille de reproduire becs, écailles, rides, pelage, nervures, oreilles et pupilles… Une manière originale de symboliser la responsabilité des humains qui tiennent pour ainsi dire dans leurs mains le futur du monde animal.

Animains_camaléon

L’album est de ceux qui se prêtent à plusieurs lectures. Chaque double-page présente une espèce, dont on peut admirer les singularités que Guido Daniele jubile manifestement à représenter dans leurs moindres détails. Certaines des peintures sont vraiment stupéfiantes de réalisme ; à première vue, on ne soupçonnerait pas que ces animaux sont peints ! Les textes de Silvia Lopez sont à la fois concis et riches d’anecdotes qui témoignent bien de la diversité des façons dont les espèces s’adaptent à leur environnement. Et bien sûr, une fois le principe compris, Antoine et Hugo ont pris beaucoup de plaisir à repérer les mains humaines (parfois nombreuses) qui se camouflent derrière les illustrations.

Animains_aigle

Animains_panda géant

A mi-chemin entre livre d’art et documentaire, Animains est une lecture à la fois plaisante et instructive. Seules réserves : on ressent bien la tendresse des auteurs pour chacune des espèces présentées, mais on en apprend finalement peu sur ce qui les rendent vulnérables. Les risques d’extinction ne sont évoqués que sur une double-page finale (dont la mise en page me semble assez rébarbative…), ce qui est dommage étant donnée l’ambition affichée par cet album de sensibiliser ses lecteurs à la préservation de la biodiversité. Par ailleurs, à moins de poser l’album sur une table, son format à l’italienne ne facilite pas la consultation des illustrations « verticales » (comme celle du panda ci-contre), heureusement peu nombreuses.

À faire découvrir à celles et ceux qui aiment l’art, la nature et… le camouflage !

Pour en savoir plus sur le handpainting de Guido Daniele, n’hésitez pas à consulter son site.

 

Extraits

« Dans certains pays d’Asie, les canards mandarins sont considérés comme un symbole d’amour et de fidélité, parce que mâle et femelle restent ensemble toute leur vie.
Le mâle est considéré comme l’un des plus beaux canards au monde. Ses plumes sont une explosion de couleurs et de motifs, contrairement à celles de la femme qui n’ont rien de spectaculaire. Mais il y a une bonne raison à cela.
La femme mandarin dépose ses œufs dans des creux d’arbres hauts placés. Ses plumes unies se mêlent aux ombres, dissimulant le nid aux prédateurs tels que les serpents, les chouettes ou les putois. »

« Un pygargue à tête blanche plane au-dessus d’un lac scintillant, ses immenses ailes déployées, à quelques 1000 mètres d’altitude. Même à cette hauteur, l’oiseau peut repérer un poisson nageant au loin. Les paupières de l’aigle produisent des gouttelettes huileuses qui enduisent ses yeux et atténuent le reflet de l’eau. L’expression « œil d’aigle » n’a jamais été plus appropriée. » 

Lu en janvier 2020 – Éditions du Genévrier, 16€

Petits tigres, de Jo Weaver (Kaleidoscope, 2019)

Petits tigres_couv

« Petits tigres » : sur cette splendide couverture brille un titre qui sonne comme un oxymore, tant la réputation du tigre est terrible. Notre imaginaire a tendance à classer cet animal avec les loups et les lions, parmi les prédateurs les plus redoutables. Les tigres sont majestueux, fauves, terrifiants, mais on ne les voit habituellement pas comme petits. Et pourtant, le tigre est une espèce animale vulnérable, poussée dans ses retranchements par les humains…

Jo Weaver a donc mille fois raison de renverser les clichés avec ces petits tigres adorables qu’elle esquisse avec une tendresse communicative. L’intrigue est simple, mais palpitante : deux tigreaux et leur mère doivent fuir la présence des hommes et chercher un nouvel abri dans la jungle – une tanière chaleureuse et abritée de l’humidité et des autres animaux… Parviendront-ils à trouver refuge avant la tombée de la nuit ?

Petits tigres_extrait

Nous avons tourné les pages avec avidité, soucieux du devenir des félins et époustouflés par la beauté du décor digne des meilleures pages de Rudyard Kipling, sublimé par le trait de l’autrice. Ces dessins réalisés au fusain sont une merveille, un véritable hymne à la beauté de la nature sauvage ! Les trois tigres, qui se détachent grâce au jeu sur les couleurs, sont tout simplement irrésistibles et représentés avec beaucoup de sensibilité ; la préoccupation de la mère, la gaieté insouciante et la soif d’exploration des petits sont palpables.

Petits tigres_extrait2

Petits tigres

Un hommage touchant à l’amour maternel et à la chaleur réconfortante des liens familiaux. Qui nous dit aussi, avec une douceur infinie, l’importance essentielle d’avoir un foyer – et la vulnérabilité terrible de ceux qui n’en ont pas.

Un merveilleux condensé de beauté et d’émotions, à partager en famille, en ronronnant de plaisir !

L’avis de Pepita est disponible ici.

Lu à voix haute en janvier 2020 – Kaleidoscope / L’école des loisirs, 13€