King Kong, de Fred Bernard et François Roca (Albin Michel Jeunesse, 2020)

Bête mythique, King Kong exerce une fascination qui ne s’est jamais démentie depuis son apparition initiale, dans le film éponyme de 1933 : les adaptations sont innombrables. Mais en s’emparant de cette icône du cinéma fantastique pour en tirer un album jeunesse, le duo de choc que forment Fred Bernard et François Roca allait forcément se démarquer et livrer une interprétation singulière…

Et effectivement, cela fonctionne à merveille, grâce à la plume vive de l’un et aux effets spéciaux de l’autre qui compose des illustrations sensibles et frémissantes. Des pages sépia qui sont autant de clins d’œil aux films de l’époque du premier King Kong. D’autres tableaux qui subliment la beauté imposante et fragile de la bête sauvage. Soulignant du même coup la frénésie et l’aliénation des humains, dominés par le mépris des autres espèces, la soif de conquêtes et la course au profit. Deux mondes que tout oppose – et pourtant, King Kong semble à la lisière, incarnation puissante de la bestialité, mais au regard grave où perce une triste sagacité. Et la rencontre avec ce colosse change Ann à jamais, nous donnant une lueur d’espoir…

Un album émouvant et de toute beauté.

Extrait du livre, page 27, reproduite sur le site de France Inter

N’hésitez pas à vous plonger dans les autres albums de ces auteurs, notamment Anya et Tigre blanc, Blanche-neige, Dracula et Le secret de Zara.

Lu à voix haute en janvier 2021 – Albin Michel Jeunesse, 18€

L’éléphant de Madame Bibi, de Reza Dalvand (Kaleidoscope, 2021)

Tout un poème cet album venu d’Iran ! Une friandise printanière, avec sa couverture tissée et délicatement fleurie, si agréable à effleurer.

Madame Bibi est une délicieuse vieille dame qui aime le thé servi dans son service orné de roses, les promenades et les histoires – des plaisirs d’autant plus savoureux qu’ils sont partagés avec son… éléphant. Un animal aimable et joueur, dont les dimensions impressionnantes (il rentre à peine dans les pages de cet album) sont à la mesure de l’étroitesse d’esprit des braves gens. Absorbées dans leurs bruyantes et productives activités, elles tolèrent mal les embouteillages provoqués par les deux amis et ne conçoivent pas que Madame Bibi accorde autant de place à un pachyderme qui ne sert pour ainsi dire à rien !

Les illustrations de Reza Dalvand sont exquises. On ne se lasse pas de laisser traîner son œil sur leurs motifs et détails gracieux. Notamment ces fleurs qui font irruption un peu partout viennent enchanter une façade, une chemise ou une étoffe.

À la frénésie hystérique du monde, Madame Bibi oppose tranquillement une poésie et une fantaisie subversives, un art de la lenteur et du partage… et donne envie de cultiver ces fleurs dans notre vie.

Un album dans lequel il fait bon s’attarder, bien à l’abri du tumulte extérieur.

L’avis de Tachan

Lu en mars 2021 – Kaleidoscope, 13€

Je veux un chien et peu importe lequel, de Kitty Crowther (Pastel, 2021)

« Un chien très comique, son nom sera Chique, il sera presque aussi drôle que moi, explique Millie.
Oh non, surtout pas, répond Maman en buvant son café. »

Celles et ceux qui suivent ce blog le savent : dans la famille, nous sommes les amis des bêtes. De TOUTES. Faute de céder aux pressions continuelles des enfants pour prendre un animal domestique, je leur lis de bonne grâce, entre chien et loup, toutes les histoires faisant la part belle aux renards, lapins, souris, écureuils, dindes, chats, hyènes, bref, vous avez saisi. Vous aurez surtout compris que nous ne pouvions pas passer à côté d’un album avec un titre et une couverture pareils !

Son prénom aurait pu prédestiner Kitty Crowther à dessiner des chatons. Mais nom d’un chien, l’artiste jubile, à l’évidence, s’amuse à crayonner ces cabots de tous poils, barbus, chevelus ou tout nus, en forme de grosse peluche, de saucisse ou de pudding (enfin c’est notre interprétation). Et en même temps, ces toutous au regard triste vous poignent le cœur.

Les illustrations gribouillées ne plairont sans doute pas à tout le monde. Pour notre part, nous avons aimé leur étrangeté et ce jeu sur les couleurs avec un orange fluo inattendu qui fait irruption sur de nombreuses pages. Ces graphismes ont la vivacité et la virulence des dessins enfantins. L’esprit de l’enfance règne d’ailleurs en maître sur cet album : l’intensité avec laquelle Millie vit les choses, son envie de s’intégrer dans le groupe à l’école – quitte à devoir accepter des normes idiotes pour cela – mais aussi et surtout sa façon de laisser libre cours à son imagination et à son amour pour une petite boule de poil… Tout cela est abordé avec tant de justesse qu’on croirait, le temps d’un livre, avoir l’âge de Millie, rêvant avec elle d’un ami canin unique qui allume une étincelle de magie dans notre vie. Et d’un monde où personne ne songerait à abandonner son animal.

La conclusion s’impose : voilà un album qui a du chien !

Lu à voix haute en mars 2021 – Pastel, 13,50€

Ours à New York, de Gaya Wisniewski (Éditions Memo, 2020)

Vous souvenez-vous ce que vous rêviez de devenir lorsque vous étiez enfant ? Certains rêves s’effilochent sans qu’on s’en rende compte : on se retrouve à flotter à travers sa vie, à porter un costume et à suivre son bonhomme de chemin dans le petit couloir étroit que les circonstances nous laissent. Aleksander est l’un de ces enfants devenus « quelqu’un de sérieux », presque transparent dans la jungle urbaine de New-York. Mais un beau jour, sur le chemin du travail, un ours immense surgit au coin d’une rue et lui bloque la route…

Gaya Wisniewski réalise-t-elle un rêve d’enfant en étant devenue autrice-illustratrice ? Cet album nous fait découvrir une autre facette de son talent. Ses peintures célébrant la douceur des teintes hivernales nous avaient déjà envoutés (voir ici et ), nous voilà sous le charme de ces fresques new-yorkaises grand format réalisées au feutre noir. Quelle justesse et quelle sensibilité dans la représentation de l’entassement des gratte-ciel et de la solitude qui transpire des rues bondées ! Quelle virtuosité pour explorer la morosité du train-train citadin en cinquante nuances de gris ! Quelle surprise réjouissante d’y voir surgir cet ours étrange et réconfortant, monumental et tranquille, doux et déterminé !

Extrait (source: site de Gaya Wiesniewski)

La leçon de vie est peu trop explicite à mon goût, mais elle n’en donne pas moins envie, quel que soit son âge, de prendre soin de ses chimères enfantines. Et les illustrations sont si belles qu’on se passerait presque du texte.

L’avis de Chlop

Lu à voix haute en février 2021 – Éditions MeMo, 18€

L’incroyable machine à liberté, de Kirli Saunders et Matt Ottley (Kaleidoscope, 2021)

Quand de lourds nuages barrent l’horizon, quand le monde est gris, morne et « couturé de frontières », heureusement, il y a ces incroyables machines à liberté qui nous transportent, nourrissent nos rêves et font battre notre cœur. Elles demandent persévérance et soins quotidiens pour apprendre à résister aux secousses, mais elles sont d’autant plus vitales et merveilleuses que la vie est dure…

Cet album enchanteur célèbre la magie de l’imagination et de…, et bien vous verrez par vous-mêmes, il y a des indices çà et là au fil des pages (y compris un clin d’œil à l’album Là-bas, illustré également par Matt Ottley, qui nous avait déjà soufflés). Quelle belle idée en tout cas de représenter cela sous forme de machines à la mécanique étrangement belle, reflet fascinant de l’imaginaire de leur conducteur : rondes ou pointues, ramassées ou élancées, simples ou alambiquées. Les mots déploient des univers entiers dans notre esprit ; les illustrations, belles à couper le souffle, donnent envie, comme la petite fille de l’histoire, de partir à la découverte de ses propres mondes imaginaires.

Un concentré de grâce, d’espoir et de réconfort !

L’avis de Pépita

Lu en février 2021 – Kaleidoscope, 13€

Papillons illusions, de Julie Brouant et Bernard Duisit (Hélium, 2020)

Quels as de l’illusion, ces papillons ! Nous savions que ces épatantes bestioles naissent d’une improbable métamorphose, nous connaissions leur grâce délicate et colorée, mais nous étions loin de soupçonner leurs dons pour le camouflage et le transformisme !

Cet album donne à voir les merveilles produites par la sélection naturelle dans leurs dimensions les plus spectaculaires. Les ocelles des uns impressionnent les prédateurs qui croient voir les yeux d’un hibou. D’autres jouent de motifs mimétiques permettant de passer pour une abeille ou de se fondre dans le décor de feuilles ou de bois. Ni vus ni connus, les papillons bi-face passent du vert au bleu d’un battement d’aile.  Ces prodiges composent un numéro de haute volée. Les mots et la typographie donnent envie de déclamer comme le discours d’un Monsieur Loyal ; les pop-up font surgir les lépidoptères les plus extraordinaires sous nos yeux ravis.

L’index final recense utilement les espèces rencontrées en indiquant leur répartition. L’occasion de les passer en revue et de déterminer nos préférés ! Verdict ? Pour Hugo qui adore les records, le géant atlas, papillon nocturne pouvant atteindre jusqu’à 28 cm que vous pouvez croiser en Asie. Pour moi, le craqueur turquoise, équilibriste d’Amérique latine qui joue de ses ailes splendides pour frapper bruyamment les troncs d’arbres et effrayer les importuns.

Un documentaire feel-good, beau et réjouissant !

Lu en février 2021 – Hélium, 23,90€

Le pays des souris, d’Alice Méricourt et de Ma Sanjin (Éditions Père Fouettard, 2020)

Ce pays ressemble à s’y méprendre au nôtre. On y joue, dort, mange… et vote. Tout semble en règle – l’urne est bien fermée, les souris font sagement la queue, leur bulletin en main. Mais la démocratie ne semble pas franchement tenir ses promesses ; cette contrée morne et grise, peuplée de souris au regard un peu hagard, a quelque chose d’orwellien. Figurez-vous que nos citoyens rongeurs votent systématiquement… pour des chats. Quand ce ne sont pas les chats noirs, ce sont les chats blancs, voire une coalition de matous noirs et blancs qui n’ont que très peu à cœur de défendre les intérêts des souris. L’idée qu’elles puissent se gouverner elles-mêmes semble complètement saugrenue !

Quelle chouette initiative d’adapter la fable politique canadienne Mouseland sous forme d’album ! Le livre peut se lire dès le plus jeune âge comme une histoire très prenante, illustrée avec une ironie mordante par l’artiste chinois Ma Sanjin. Les petits lecteurs apprendront au passage ce qu’est une élection, mais aussi que les élections ne font pas tout.

L’album a gardé de la fable d’origine un ton pamphlétaire : au Québec du début des années 1960, il s’agissait d’appeler à l’émergence de nouvelles forces qui représentent mieux la classe ouvrière que les deux partis principaux de l’époque, le parti conservateur et le parti libéral. Le contexte n’est plus le même, mais la vision des représentants, comparés à des chats « gros et gras » reste cynique, je l’ai trouvée caricaturale (bien que n’étant pas pétrie d’illusions quant au fonctionnement de la représentation en France). Cela dit, sur ce mode outrancier, les mésaventures des petites souris pointent une question importante, celle du pluralisme, et invitent à oser concevoir des alternatives hors des schémas existants lorsqu’on ne s’y retrouve pas. Elles invitent également à rester attentif à ce que font nos représentants entre deux élections. J’y ai vu, enfin, l’enjeu de ce que la philosophe Hanna Pitkin appelle la « représentation descriptive » : si les chats ne sont pas les mieux à même de représenter les souris, les majorités ne sont peut-être pas les mieux placées pour gouverner les minorités, voire les hommes pour parler au nom des femmes, les plus âgés pour agir au nom des jeunes, etc. Autant dire que les grands comme les petits trouveront matière à réflexion dans ces pages !

Cette condensation d’enjeux politiques plus actuels que jamais à hauteur d’enfant est fameusement intéressante. Et la morale de l’histoire est pleine d’espoir, parfaite pour clore ma série de billets consacrés aux thématiques politiques dans les albums jeunesse :

« Vous pouvez toujours enfermer une souris, ou un homme, mais vous ne pouvez pas enfermer une idée. »

Lu en décembre 2020 – Éditions Père Fouettard, 14€

De la démocratie, de Equipo Plantel et Marta Pina (Rue de l’échiquier, 2020)

La démocratie est un sujet qui intéresse énormément les enfants qui font vite des parallèles, par exemple en cette période où une partie de la scolarité se fait à la maison : la famille fonctionne-t-elle de façon démocratique, pourquoi ne le ferait-elle pas ? Les restrictions imposées dans le cadre de la crise sanitaire sont-elles démocratiques ? Il n’en faut pas plus pour déclencher des débats passionnants. Car si tout le monde parle de la démocratie, ce n’est pas si simple de définir ce qu’elle est ni ce qu’elle implique pour les citoyens en devenir que sont nos mouflets.

Après De la dictature, nous continuons notre découverte d’albums jeunesse qui placent la politique à hauteur d’enfant avec l’album-miroir, lui aussi publié par Equipo Plantel au moment de la chute du régime franquiste. Les éditions Rue de l’échiquier viennent de faire paraître une version française de cet album, paré de nouvelles illustrations signées Marta Pina.

Je tire mon chapeau à l’auteur pour la façon limpide dont il parvient à éclairer des concepts a priori abstraits à l’aide d’analogies très parlantes du point de vue des enfants. Il compare ainsi la démocratie à un « jeu » régi par des règles fixées collectivement, les partis politiques à des « équipes » ou les « programmes » à un menu au restaurant. Les libertés d’opinion et d’expression sont expliquées simplement, en insistant par ailleurs sur la nécessité de rester attentifs entre deux élections pour être en mesure d’exercer pleinement nos droits et de sanctionner nos représentants. On comprend aussi que la démocratie ne signifie pas liberté sans bornes :

« Dans une démocratie, les règles du jeu, ce sont les lois. Et comme dans un jeu, il faut les respecter pour que cela fonctionne. »

Les collages vintage de Marta Pina prolongent l’ensemble de façon assez surréaliste et décalée. Je ne suis pas sûre qu’elle ne déconcerte pas certains lecteurs mais pour ma part, je les ai trouvées drôles et stimulantes, avec mille détails à découvrir au fil des lectures dont beaucoup semblent symboliques. Ces images polysémiques invitent à la réflexion et prolongent astucieusement le texte, lui permettant de s’en tenir à l’essentiel.

Tout cela est captivant et très accessible. Cela dit, le propos reste très centré sur les élections (qui ne font pas tout, comme nous le verrons dans ma prochaine chronique…). Deux aspects auraient mérité d’être développés : celui de la séparation des pouvoirs (qui est cependant mis en relief, en creux, par l’album jumeau sur la dictature) et les enjeux liés à l’extension du suffrage aux femmes, aux minorités dans certains pays ou encore aux jeunes. J’ai également regretté un ton un brin manichéen dans le traitement des grandes idéologies, avec d’un côté la priorité au travail, à la lutte contre les inégalités, à l’école gratuite et aux hôpitaux, présentées sur une double-page sympathique qui fait la part belle aux familles et aux services publics ; de l’autre, les tenants du productivisme et de la puissance des entreprises, sur fond d’industries enfumées ; et encore les ultra-libéraux au service des plus riches, dont les intérêts sont symbolisés graphiquement par de « gros sous ». Je le dis d’autant plus facilement que je sympathise personnellement avec les valeurs prônées !

Cela ne m’empêche pas de recommander chaudement cet album qui se démarque par son art de vulgariser des questions rarement abordées en littérature jeunesse. L’objet-livre est attrayant et l’enjeu de taille : mieux la génération montante connaîtra les valeurs démocratiques, mieux elle sera à même de les porter.

C’est pas tout, mais je dois vous laisser. J’ai un référendum à organiser pour ou contre la révision des déclinaisons allemandes !

Lu en janvier 2021 – Rue de l’échiquier, 14,90€

De la dictature, de Equipo Plantel et Mikel Casal (Rue de l’échiquier, 2020)

Les enfants perçoivent les grandes questions sociales et politiques, sans toujours être armés pour les décoder. On pourrait se dire qu’ils ont le temps de découvrir les turpitudes de l’actualité et les principes, somme toute abstraits, qui régissent le gouvernement. Et pourtant, les petits sentent bien que ces questions intéressent et préoccupent les adultes ; ils sont souvent sensibles aux principes de justice sociale et aux valeurs de respect, d’égalité et de liberté. Surtout, ils sont ravis qu’on démystifie la politique en utilisant des mots qu’ils comprennent (j’ai pu en faire l’expérience en allant échanger autour de l’élection présidentielle 2017 dans l’école des enfants*). Parler aux enfants de dictature et de démocratie, c’est aussi les encourager à prendre conscience de leurs droits, à forger leur esprit critique et à débattre dans le respect.

Mais voilà, ces sujets ne sont pas souvent abordés en littérature jeunesse. Quand ils le sont, c’est souvent dans des documentaires peu engageants. Je suis donc ravie de revenir toute cette semaine sur la publication récente de plusieurs albums à la fois percutants, attrayants et accessibles dès le début de l’école primaire !

Commençons donc aujourd’hui avec De la dictature, paru initialement en Espagne, au lendemain du franquisme. Quarante ans plus tard, les dictatures restent d’une triste actualité et cette réédition en français, sous la forme d’un album coloré qui a immédiatement intrigué les enfants, est bienvenue. En quelques mots limpides, Equipo Plantel dit le pouvoir absolu et arbitraire qui s’ingère jusque dans les têtes, le règne de la terreur, du mensonge et de la corruption, la folie des grandeurs, le culte de la personnalité, l’économie de prédation, les difficultés immenses de résister. Voilà un beau travail de vulgarisation, sublimé par les illustrations satiriques de Mikel Casal qui parvient à évoquer ces sujets graves avec un humour rappelant celui de Charlie Chaplin dans Le dictateur.

Évidemment, le « portrait-robot » brossé à grands traits masque des différences importantes. En regardant la galerie de portraits à l’intérieur de la couverture, de Staline à Kadhafi en passant par Hitler, Trujillo ou Fidel Castro, on se dit que l’enrichissement des proches du dictateur, le rôle du nationalisme ou l’idée d’un soutien forcément minoritaire du régime ne les concernent pas de la même façon. Cela dit, le petit texte d’explication à la fin du livre nuance les choses, notamment en parlant des pays qui ne sont pas à proprement parler des dictatures, mais en présentent certaines caractéristiques. Et les mécanismes d’un régime autoritaire me semblent très bien vus : au fil de la lecture, les garçons y ont reconnu des réalités déjà croisées dans d’autres livres, que ce soit Persépolis, Les Culottées, Les Vermeilles, L’Ickabog, Le Renard et la Couronne ou encore L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges.

En creux, les dérives dictatoriales mettent en relief la valeur inestimable de choses qui nous semblent peut-être un peu trop évidentes, comme la division des pouvoirs, l’éducation libre, les droits civiques et l’esprit critique.

Une lecture nourrissante et bigrement intéressante, à lire pour mieux comprendre le monde et pour les pistes de réflexion qu’elle propose ! À mercredi pour découvrir l’album « miroir » paru simultanément, De la démocratie.

* Cet intérêt brûlant transparaît aussi dans l’hilarante BD Prézizidentielle, inspirée à Lisa Mandel par les échanges de la chercheuse Julie Pagis avec des élèves de primaire en Seine-Saint-Denis.

Lu en janvier 2021 – Rue de l’échiquier, 14,90€

Un livre, de Hervé Tullet (Bayard Jeunesse, 2010)

Il fut un temps où nos lectures en famille nous rassemblaient tous les soirs autour des mêmes livres. Des albums dont les garçons semblaient ne jamais pouvoir se lasser et dont les pages poissées, déchirées, voire mordillées témoignent aujourd’hui de cet attachement féroce ! Parmi eux, les livres d’Hervé Tullet occupaient une place de choix.

Un livre intrigue d’abord par son extrême parcimonie : dans le vide de pages blanches, un, deux, trois petits ronds aux couleurs primaires…

Le principe interactif et ludique est d’autant plus génial qu’il n’a pas besoin de plus que ces graphismes minimalistes. Le texte invite à suivre une consigne simple : « Appuie sur ce rond jaune et tourne la page. » On s’exécute avec curiosité et miracle, on découvre que le rond jaune s’est dédoublé ! Suivent d’autres consignes, d’autres enchantements. On frotte, souffle et secoue le livre pour mieux s’émerveiller, page après page, de voir la magie opérer, les petits ronds se multiplier en plusieurs couleurs, s’éparpiller, glisser à gauche puis à droite lorsqu’on penche le livre puis se remettre en ordre. Hervé Tullet fait preuve d’une créativité jubilatoire dans les façons d’exploiter ce principe jusqu’au crescendo final. Le texte, ponctué de joyeuses exclamations, invite à laisser libre cours à son enthousiasme.

Un enthousiasme intact à chaque relecture ! Dix ans plus tard, les garçons aiment encore lire cet album qui leur permit, dès le plus jeune âge, d’éprouver intensément la magie de la lecture. On comprend l’engouement qu’il suscite dans le monde (il a été traduit en 32 langues et s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires).

Tout ça pour dire que je vais être tatie deux fois d’ici le mois de mars et que je suis plus que ravie de me replonger dans les albums pour bébés dans cette perspective.

Lu et relu – Bayard Jeunesse, 11,90€