Le troisième fils de monsieur John, de Nadine Brun-Cosme et Christine Davenier (2018)

À la naissance de chacun de ses trois fils, Monsieur John plante une graine et un arbre grandit. Les voisins admirent le bel arbre qui pousse bien droit, emplissant de fierté le papa jardinier. Mais le troisième arbre est à l’image du dernier-né : il pousse à sa façon, déployant ses branches tordues dans tous les sens et suscitant la perplexité des voisins…

Le troisième fils_extrait 1.jpg

Cet album évoque avec beaucoup de poésie et de sensibilité la question de la différence et la difficulté pour certains enfants de trouver leur place dans leur fratrie. Le texte de Nadine Brun-Cosme est juste et sonne comme une fable, presque une comptine. Les illustrations de Christine Davenier sont très jolies et expressives. Dans la droite ligne des dessins de Sempé, elles rendent un hommage émouvant à l’esprit de famille.

Le troisième fils_extrait 2.jpg

Troisième fils_quatrièmeLa métaphore des arbres bien trouvée pour parler du rôle des parents qui sèment leur graine et s’efforcent du mieux qu’ils peuvent de rassembler les conditions pour voir leurs enfants s’épanouir, mais finissent souvent, heureusement, par les accepter et les aimer tels qu’ils sont. Y compris lorsqu’ils sortent des sentiers battus – et peuvent réserver des surprises aussi belles qu’inattendues… Un message important et optimiste que j’ai été heureuse de partager avec mes garçons à travers cette lecture.

 

Un grand merci aux éditions Sarbacane pour cette belle découverte. N’hésitez pas à regarder aussi l’avis de Bouma en cliquant ici !

Lu à voix haute en février 2019 – Sarcabane, 15,50€

Le troisième fils de monsieur John_couverture

Le petit poisson rouge (de Taeeun Yoo, 2018)

Petit poisson rouge_couvertureIl est joli comme tout, petit, rouge, facétieux… Ce premier album de l’illustratrice coréenne Taeeun Yoo est finalement à l’image du petit poisson de JeJe qui n’est pas du genre à se satisfaire de tourner en rond dans son bocal ! Un animal auquel le petit garçon tient beaucoup, au point de l’emmener lorsque son grand-père l’invite à visiter la merveilleuse bibliothèque dans laquelle il travaille. Un lieu magique où s’amorce une fantastique course-poursuite à travers les rayonnages et les pages des livres…

 

Cet album est merveilleux à tous points de vue. L’objet-livre est très soigné, avec sa couverture recouverte (je ne sais pas si cela se voit sur la photo) d’un tissu rouge éclatant. Les illustrations à l’encre de Chine, au stylo et à l’aquarelle, qui prennent parfois le relai du texte, sont splendides et très soignées. Elles sont de celles dans lesquelles on ne se lasse jamais de se plonger, avec de nouvelles impressions à chaque lecture.

Petit poisson rouge_extrait1.jpg

Petit poisson rouge_extrait2.jpg

Petit poisson rouge_extrait 3.jpg

Le jeu sur le contraste entre les tons sépia et le rouge du poisson est très réussi : cette gamme de couleurs fait flotter sur l’album une impression de douceur, de rêve, de flottement et peut-être aussi de mélancolie, avec un grain de folie symbolisé par le rouge. L’histoire fait la part belle à l’amour des livres, au charme unique des vieilles bibliothèques, à l’imaginaire et à la complicité qui peut s’instaurer avec les animaux. On referme le livre avec l’impression de rentrer de très loin. Autant dire que Hugo et moi nous sommes régalés !

Un album à faire découvrir aux tous-petits (conseillés par l’éditeur à partir de 3 ans).

Et c’est par ici pour l’avis de Pepita et par là pour les impressions de Sophie…

Lu à voix haute en février 2019 – Kaleidoscope, 12,50 €

Triangle (de Mac Barnett et Jon Klassen, 2018)

Avec Triangle, Mac Barnett et Jon Klassen signent un album inattendu et désopilant ! Dans cette histoire, il y a Triangle qui vit dans une contrée où tout (maisons, portes, cailloux, feuilles…) prend une forme résolument triangulaire ; et, au-delà d’une inquiétante zone intermédiaire aux contours indéfinis, Carré, chez qui tout est systématiquement (et presque obsessionnellement) carré. Un beau jour, Triangle décide de jouer un tour à Carré, mais il pourrait bien être pris à son propre piège !

Triangle_extrait 1.jpg

Cette fable est d’autant plus percutante que le graphisme dessins est minimaliste : les yeux ronds des deux protagonistes leur donnent tour à tour un air blasé, déterminé (voire un peu psychopathe ?), surpris, effrayé, revanchard… Cette intensité réduite à sa plus simple expression nous a bien fait rire. Et il faut bien dire que les enfants s’identifient facilement à cette histoire de farce douteuse et d’arroseur arrosé ! Antoine et Hugo ont retrouvé avec plaisir le trait doux, si caractéristique de Jon Klassen qui a baigné toute leur enfance – mais qui n’est pas, je trouve, sans rappeler celui de Leo Lioni que nous aimons beaucoup aussi.

Triangle_extrait 2

Peut-être suis allée un peu loin dans l’interprétation de l’album, mais j’y vu, à travers le ridicule de l’aspiration à ne côtoyer que ses semblables, une jolie invitation aux échanges et au métissage.

Seule réserve : la chute, qui m’a semblé tomber un peu « comme un cheveu sur la soupe ». Mais nous avons fait l’expérience que cela n’empêche aucunement d’apprécier ce bel objet, y compris, vues la richesse des métaphores et l’ironie du dessin, avec des enfants un peu plus grands.

Si vous voulez finir de vous convaincre, jetez donc un œil à l’article de Pepita !

Lu à voix haute en janvier 2019 – L’école des loisirs, 13€

Triangle_couverture

1 temps (de Henri Meunier et Aurore Petit, 2018) et Chaque seconde dans le monde (Bruno Gibert, 2018)

Difficile pour les tous petits de prendre conscience du temps ! C’est à n’y rien comprendre : les moments de jeux prennent fin en un clin d’œil alors que la journée de classe (ou l’attente de son anniversaire !) peut sembler très longue – mais pas aussi interminable que de patienter pour une durée indéfinie dans une salle d’attente ou dans un avion. Une journée ou une minute peuvent sembler immenses… ou négligeables ! Pour nos têtes blondes, chaque saison représente une éternité et un an dure un siècle et pourtant, la perspective très lointaine de parvenir au bout de la vie les inquiète. Impossible de réaliser le temps de la vie de leurs parents et de leurs grands-parents ; mais les enfants ne s’en passionnent pas moins pour les dinosaures, les chevaliers et les autres acteurs d’un passé antédiluvien. Sujet difficile, donc, que le temps. Mais il structure la journée, l’année et la vie et il s’agit donc là d’un enjeu incontournable. Il est tellement plus facile de patienter jusqu’au retour d’un parent ou jusqu’aux vacances quand on peut se représenter le temps que cela représente !

1 temps.jpgHenri Meunier, Aurore Petit et les éditions du Rouergue nous proposent un merveilleux album pour aborder concrètement cette thématique avec les enfants. Nous observons un enfant qui lance un caillou dans l’étang. Au fil des pages, des heures, des saisons, des années, le décor se transforme, nous invitant de façon très ludique à scruter les traces du passage du temps : transformations du paysage, cheminement des randonneurs, trajectoire de l’avion et de l’escargot, chenille qui se transforme… Le lecteur est également interpellé par le texte : qui du caillou, de l’enfant ou de l’étang était là le premier ? Combien de temps le caillou met-il à tomber ? S’agit-il vraiment du même enfant ? Le temps a-t-il un début et une fin ? On se laisse volontiers entraîner dans cette agréable et amusante méditation qui nous ferait presque oublier le temps qui ne cesse de s’écouler… Jusqu’à ce que, plouf, le livre touche à sa fin et nous ramène aux préoccupations du présent !

1 temps_extrait.jpg

Lu à voix haute en janvier 2019 – 1 temps, Le Rouergue, 14,50€

 

Chaque seconde dans le monde.jpgJe profite de cette chronique pour évoquer un autre bel album sur le sujet du temps que mes parents ont eu l’idée formidable d’offrir à Hugo pour Noël – et qui remporte depuis un succès immense auprès des deux garçons qui le feuillettent presque chaque jour ! Il s’agit de Chaque seconde dans le monde, paru en 2018 chez Actes Sud. L’idée est aussi simple que géniale : chaque double-page présente des statistiques sur ce qui se passe dans le monde au cours d’une seconde. On apprend des choses inouïes, vertigineuses, voire inquiétantes : chaque seconde, deux personnes meurent, mais quatre bébés naissent ; quatorze livres et quarante smartphones sont vendus, 1200 kilos de bifteck et 6000 kilos de sucre sont consommés, la Terre avance de 30 kilomètres autour du soleil, etc., etc. ! Les illustrations stylisées se détachent avec élégance de l’arrière-plan coloré en jouant sur les contrastes. Pour Antoine et Hugo qui adorent mesurer toutes sortes de choses, cet album est une mine d’information inestimable ! Et au-delà du plaisir ludique de prendre précisément la mesure de phénomènes difficiles à appréhender intuitivement, le défilement des chiffres excessifs et leur mise en regard habile donne à réfléchir sur les dérives du productivisme et de la société de consommation.

Chaque seconde_extrait.jpg

Chaque seconde dans le monde – Actes Sud, 14,90€

La ruée vers l’art (de Clémence Simon, 2018)

Le street art appartient sans doute aux mouvements artistiques contemporains les plus dynamiques. Ces graffiti, sculptures et pochoirs intégrés aux constructions urbaines font sortir l’art des musées, en transformant la rue en « musées à ciel ouvert » accessibles à tous, et donnent à réfléchir aux citadins de passage…

La ruée vers l’art nous permet de découvrir près d’une vingtaine d’œuvres de street-artistes de renommée, qui ont toutes en commun de détourner des peintures ultra-célèbres. Chacune est présentée par une grande photo s’étendant sur une double page, assortie d’un rabat proposant une description, quelques pistes d’interprétation et des informations sur l’œuvre d’art détournée.

Banksy.jpg

Joconde.jpgNous nous sommes beaucoup amusés à découvrir certains tableaux que les garçons ne connaissaient pas encore, mais aussi à en reconnaître d’autres : la Joconde, les fresques de Lascaux visitées l’année dernière, un portrait d’Arcimboldo étudié à l’école maternelle, La Grande Vague de Kanagawa que nous avons en poster… Antoine et Hugo ont été abasourdis par la prouesse technique que représentent certaines œuvres de street art, comme ces tableaux monumentaux réalisées sur des immeubles vertigineux. Les photos montrent très bien comment les artistes jouent sur les échelles en créant des motifs démesurés que l’on distingue de loin, mais dans lesquels s’intègrent d’autres sujets dont on prend conscience en approchant – comme cet énorme robot composé d’objets électro-ménagers, ou la silhouette de Napoléon dans laquelle fourmillent personnages de dessins animés et symboles…

Nous avons aussi été très intéressés par les problématiques sociales auxquelles ces différentes œuvres et les explications passionnantes de Clémence Simon invitent à réfléchir, en particulier (pêle-mêle): qu’est-ce que l’art ? Les artistes de la grotte de Lascaux ne seraient-ils pas aujourd’hui exposés au risque de voir un employé municipal effacer leurs fresques au kärcher ? Les mondes des jeux vidéos et des galeries d’art sont-ils irréconciliables ou peut-on imaginer des ponts ? N’y a-t-il pas urgemment besoin de mieux considérer toutes sortes de formes de travail invisible, en particulier le travail ménager souvent assumé par des femmes ? Beaucoup d’œuvres évoquent la société de consommation et la crise écologique, à l’image de cette Joconde moderne, « fashion-victim » au regard vide qui ne s’aperçoit pas que la nature environnante est à l’agonie et qu’elle est en train de sombrer. Ou ce robot colossal composé en agglomérant non pas des légumes, comme le faisait le peintre Arcimboldo, mais des tonnes de produits-ménagers usagers entassés en montagnes de déchets.

la grande vague

Cet album joue donc sur un choc très stimulant entre chefs-d’œuvre ayant marqué l’histoire et street art – choc également entre art et objets du quotidien, comme ce seau ménager qui, déversé, déverse une vague qui ressemble à s’y méprendre à celle de Hokusai. Une façon très ludique de découvrir en famille l’histoire et l’actualité de l’art !

Lu à voix haute en janvier 2019 – Arola, 19€

la ruée vers l'art_couverture

 

Sylvain de Sylvanie, chevalier (de Didier Lévy, illustrations d’Éloïse Scherrer, 2018)

Que deviennent nos rêves et nos jeux d’enfants quand nous grandissons ? Certains adultes restent d’éternels gamins, prêts à laisser libre cours à leur fantaisie et à leur imagination à la première occasion ; d’autres changent plus fondamentalement, mais gardent tout de même au fond d’eux le gosse qu’ils ont été, ses chimères, ses terreurs et ses vieilles peluches. Quoi qu’il en soit, il suffit souvent de tomber sur les objets qui ont peuplé notre enfance pour en voir surgir des réminiscences et souvenirs d’une intensité déconcertante – comme dans cette émouvante pièce de théâtre, vue cet été au festival de Sarlat, dans laquelle deux frères adultes retrouvent dans le grenier de leur enfance les objets qu’ils avaient détournés à l’époque pour jouer à l’Iliade*… Il en va ainsi des premiers livres qu’on a lus et relus, mais aussi des jouets usés d’avoir tant servi. Un jour, parce qu’il fallait faire de la place ou parce qu’il fallait grandir, il a pourtant bien fallu se résoudre à s’en séparer, ou au moins à les mettre en cartons…

sylvain de sylvanie_extrait 1

sylvain de sylvanieLorsque les parents de Sylvain décident que ses vieux jouets doivent être relégués au grenier, il a une conscience aiguë de tourner une page. Impossible de résister à la tentation d’enfourcher son cheval de bois pour une dernière aventure en Sylvanie, univers foisonnant de paysages splendides et de créatures fantastiques, nés tout droit de l’imagination de Sylvain… Là bas, les deux héros vivent des aventures exaltantes et se distinguent parmi les chevaliers les plus valeureux : la satisfaction de chevaucher un beau cheval et d’affronter sans ciller (et répliques cinglantes à l’appui !) les monstres les plus terrifiants réjouit le lecteur autant que Sylvain. Les illustrations lumineuses d’Éloïse Scherrer incarnent de façon sublime l’univers fouillé de la Sylvanie et donnent un souffle épique à cette odyssée. L’auteur et l’illustratrice mêlent à merveille l’imaginaire et le réel, qui fait de petites incursions dans l’aventure et qui finit, puisque Sylvain deviendra grand, par prendre le dessus – quoique ? Et si grandir devenait synonyme d’une initiation permettant de découvrir de toutes nouvelles dimensions de son imagination ?

Cette petite merveille, qui a également séduit Sophie, a toutes les chances de rejoindre nos madeleines familiales !

* Iliade, de Damien Roussineau et Alexis Perret

 

Lu à voix haute en janvier 2019 – Sarbacane, 17,50€

sylvain de sylvanie_couverture

Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants (de Coline Pierré et Loïc Froissart, 2018)

Saviez-vous qu’il y a très longtemps, le monde était peuplé d’ogres qui occupaient le plus clair de leur temps à engloutir des enfants ? Oui, vous avez bien entendu, des ogres – énormes créatures bedonnantes, animées d’un appétit insatiable les poussant à se goinfrer du soir au matin de mouflets délicieux et de gosses glacés. Des mômes d’élevage, nourris avec tout ce qu’il faut pour une saveur optimale et apprêtés selon les recettes les plus raffinées. Mais à la réflexion : ces ogres abominables sont-ils si différents de nous – êtes-vous bien certains de ne pas en avoir dans votre entourage ? Qu’adviendrait-il si un jour, par un terrible concours de circonstances, ils devaient se résoudre à admettre que trop, c’est trop ?

À travers cette fable moderne aux illustrations presque caricaturales, voici la réflexion à laquelle cet album sarcastique, voire provocateur, conduit ses lecteurs. Quelques jours après Jefferson de Jean-Claude Mourlevat, voici donc un nouveau livre engagé en faveur du végétarisme, ou du moins d’une réflexivité sur le sens donné à l’alimentation, les excès de la surconsommation de viande et de la malbouffe.

ogres extrait.JPG

Ce thème nous parle beaucoup puisque nous avons été végétariens pendant de très longues années, sans toute fois jamais avoir tenté de convaincre d’autres personnes de faire de même. Peut-être parce qu’il s’agit d’un sujet délicat et personnel, tant l’alimentation constitue non seulement une nécessité physique, mais aussi un acte social (il peut, par exemple, être socialement pénalisant de ne pas manger de viande dans mon Sud-Ouest natal !). Peut-être aussi parce qu’il est presque toujours contre-productif d’adopter une attitude moralisatrice sur des choix qui relèvent d’expériences personnelles, voire intimes – l’histoire et des goûts individuels, mais aussi des moyens dont chacun dispose pour se nourrir. En somme, si l’idée de stimuler une réflexion sur des questions qui restent trop souvent impensées est vraiment bienvenue, l’exercice est très délicat, a fortiori lorsque l’on s’adresse à de jeunes lectrices et lecteurs.

Et pourtant, les enfants adorent discuter de problèmes éthiques (il faudra d’ailleurs absolument que je parle sur le blog des Grandes questions philo des 7-11 ans publiées par Astrapi qu’Antoine et Hugo lisent et relisent sans se lasser en ce moment…). Et pourtant, on s’amuse de bon cœur de l’accablement et du désœuvrement des ogres, et des légumes aux formes et aux noms invraisemblables qu’ils découvrent. Et pourtant, aussi bien Jefferson que Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants parviennent à aborder le sujet à hauteur d’enfant, avec humour, légèreté et optimisme…

Puisque les ogres, le jour où ils cessèrent de dévorer des gamins, prirent goût à des saveurs insoupçonnées et même à toutes sortes de choses qui n’avaient plus rien à avoir avec la nourriture. Ne comptez pas sur moi pour vous révéler ce qu’ils sont devenus, mais le fait est que cette chute ne manque pas de piquant !

Merci aux éditions du Rouergue pour cette lecture aigre-douce. Elle nous a beaucoup intéressés, même si ce n’est pas un coup de cœur pour nous – dans la mesure où les illustrations ne nous ont pas vraiment parlé et où nous avons trouvé dommage que les parallèles qui auraient pu être tirés avec les humains vivant dans la société industrielle soient limités par le caractère un peu forcé de la « conversion » alimentaire des ogres.

Retrouvez ici et ici les avis de Pepita et Céline

Lu à voix haute en janvier 2019 – Le Rouergue, 15,50€

le jour où les ogres... couverture