Angie ! de Marie-Aude et Lorris Murail (L’école des loisirs, 2021)

Angie ! Marie-Aude et Lorris Murail, L’école des loisirs, 2021. En fond: Extrait de l’album Cargo, Adèle Tariel et Jérôme Peyrat, Éd. Père Fouettard, 2018.

Début 2020, la ville du Havre ne se débat pas seulement avec l’épidémie de Covid qui s’abat sur la planète, mais aussi avec une affaire criminelle aux ramifications multiples. Riches commerçants du port, dockers, joueurs de poker, truands et policiers avancent masqués, pas facile pour la police de tirer les choses au clair ! Et voilà que le capitaine Augustin Maupetit se retrouve confiné entre ses quatre murs, cloué sur un fauteuil-roulant. Heureusement qu’il y a Angie, sa jeune voisine de palier qui semble plus motivée pour débuter sa formation d’enquêtrice que par l’école à la maison…

L’intrigue policière est si parfaitement construite pour nous tenir en haleine que même en lecture à voix haute, on voit à peine passer les 440 pages de ce roman. Mais là n’est peut-être même pas l’essentiel ! Le chemin pour arriver au dénouement est si réjouissant qu’on réfrène son envie de connaître le fin mot de l’histoire pour prendre le temps d’en savourer chaque page. De profiter de la délicieuse galerie de personnages, dont se révèlent progressivement les rêves, les failles et les petites manies intrigantes. Angie, bien sûr, douze ans de perspicacité et de joie de vivre, et un don inné pour poser les bonnes questions ! Sa mère, si secrète, dont le quotidien d’infirmière libérale nous a beaucoup intéressés car nous avons plusieurs infirmières dans la famille. Et tous les autres, humains et animaux…

Angie !, comme tout roman muraillesque qui se respecte, nous parle d’une époque, en l’occurrence la nôtre. Les villas huppées et les quartiers populaires où des dockers syndicalistes distribuent des tracts de la CGT contre la réforme des retraites, les différents services de police, les grues vertigineuses du port comme les colonnes de Paris Normandie offrent à cette histoire un décor normand et contemporain que les deux auteurs brossent avec lucidité, et toujours ce qu’il faut de tendresse et d’humour.

« Ils entrent masqués, car on ne viole pas un domicile à visage découvert, c’est un principe qui n’a rien à voir avec le Covid. »

Ce roman est donc aussi la chronique de l’annus horribilis 2020, des rumeurs d’un « virus chinois » à l’annonce solennelle du confinement, en passant par les débats sur l’utilité du masque et l’essor des visioconférences et des checks du pied. Vous vous dites peut-être qu’on n’a que trop entendu parler de tout ça ? Je me suis posé la question, navrée que je suis de voir mes garçons privés de leurs copains depuis maintenant un an (chez nous, en Allemagne, les écoles sont de nouveau fermées depuis plus de deux mois…). Et bien figurez-vous qu’ils ont été absolument ravis de reconnaître dans l’histoire leur vécu de cette année hors-normes dont ils ont volontiers ri de bon cœur (« Mais non, Maman, on ne peut pas aller se coucher au moment de l’école à la maison ! »).

Un roman vivant, captivant et réconfortant dont nous allons suivre avec attention la suite – puisque les dernières pages nous révèlent que, ô belle surprise, ce sera une série !

Extraits

« – Je vais vous demander de continuer à faire des sacrifices, poursuit inexorablement monsieur le Président. Dès lundi et jusqu’à nouvel ordre, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités resteront fermés.

– Hein ?

Angie a bondi de joie. Mais elle veut bien le faire ce sacrifice pour la nation ! »

Lu à voix haute en février 2021 – L’école des loisirs, 17€

Le Grand Voyage de Rameau, de Phicil (Éditions Soleil, 2020)

L’objet-livre annonce la couleur, cossu comme un salon victorien : format majestueux, couverture opulente avec des motifs dignes des tapisseries d’époque, titre imprimé en relief doré et dans le médaillon central, la petite Rameau et le chat Scotty sur fond de gravure londonienne…

Le prologue plante un décor de racines et de feuilles, de mousses et de champignons où l’on découvre l’existence du peuple des Mille Feuilles, communauté inséparable d’êtres minuscules mi-humains, mi-souris, fidèles au « grand tout », au collectif, à la famille. Une harmonie organique à mille lieux du monde des humains qui s’entassent dans la « Ville monstre » de Londres – un monde aussi effrayant que fascinant, dont les Mille Feuilles font le serment de se tenir à bonne distance. Jusqu’au jour où la jeune Rameau, qui rêve de liberté, de rubans et de belles étoffes, franchit la lisière du bois. Condamnée à s’exiler pour découvrir ces humains qui l’attirent tant, elle amorce un incroyable périple initiatique à travers l’Angleterre victorienne…

Toute la famille est sous le charme de ce mélange de rebondissements et de cascades, de dialogues tour à tour drôles et piquants, et de clins d’œil à l’époque victorienne, de Lewis Caroll à Beatrix Potter en passant par Oscar Wilde et Jack l’Éventreur. À hauteur de Mille Feuilles, on descend la Tamise à dos de poisson, on survole le Château de Windsor à dos de canard, et on pose un regard neuf sur les travers des humains qui, hier comme aujourd’hui, oppriment leurs semblables, méprisent les animaux et se laissent obnubiler par les sirènes consuméristes… lorsqu’ils ne crèvent pas de faim.

Les graphismes mêlent avec bonheur des clins d’œil aux gravures et peintures de l’époque à un trait malicieux qui tire parfois sur le grotesque – ils peuvent faire penser à ceux de Claude Ponti (les arbres), de Gustave Doré (le décor) ou encore de Pef (le nez des Mille-feuilles !). Tenir cette qualité et un tel souci du détail sur 200 pages, cela force l’admiration.

Cette BD captive et divertit, mais elle n’en pose pas moins d’excellentes questions sur l’opposition très actuelle qui est faite entre liberté et solidarité, mais aussi sur le coût de notre « babiolite aiguë ». Une belle réussite !

Lu en novembre 2020 – Éditions Soleil, 26€

Tumée, l’enfant élastique, de Marion Achard (Actes Sud Junior, 2020)

Quelle jolie surprise que ce petit roman sur l’initiation d’une jeune contorsionniste ! Nous l’avons découvert un peu par hasard, attirés par son titre amusant et la curiosité d’en savoir plus sur la Mongolie. Fort bien nous en a pris.

« Des filles souples, il y en avait des tas.

Des filles souples et obstinées, il y en avait pas mal.

Des filles souples, obstinées et aussi créatives qu’Arioma et moi, il n’y en avait pas tant que ça. »

On le découvre à la première page, il s’agit de battre un record du monde. Tumée est prête, mais le défi semble surhumain. Il n’en a pas fallu plus pour captiver Antoine et Hugo, très adeptes du Guinness Book dont ils possèdent plusieurs éditions (sans doute les livres les plus lus de notre bibliothèque). Autant vous dire que nous n’avons fait qu’une bouchée du reste du livre, habilement construit en allers-retours entre ces instants de dépassement de soi qui n’en finissent pas de se dilater et les souvenirs qui affluent dans l’esprit concentré de Tumée. Une histoire captivante qui nous transporte dans une banlieue d’Oulan-Bator, capitale de la Mongolie et nous fait découvrir la vie en yourte, les écoles de contorsion, mais aussi les drames qui frappent les éleveurs de troupeaux dans les steppes et les mineurs dans le sud du pays. On apprend une foule de choses au passage, mais on le remarque à peine tant l’intrigue est prenante.

« Dehors, la vie palpite. Mais ici, tout est suspendu. »

Entrer dans la tête d’une contorsionniste, par la magie des mots, est vraiment une expérience singulière : pourquoi pousser ainsi son corps au-delà de ses limites, comment y parvient-on ? Que recherche le public ? Manifestement très bien documenté, ce récit est fascinant.

« Je me suis souvenue qu’un jour, mon père m’avait dit que ce qui faisait la différence entre deux contorsionnistes, c’était la volonté. Mais en serrant Arioma puis Yömör dans mes bras, je me suis dit que si la volonté comptait, l’amitié, elle, était là pour nous aider à tenir bon et à nous relever. »

Le roman est porté par ses beaux personnages, à commencer par Tumée : douée, mais surtout persévérante, riche de ses amitiés et de l’amour de ses parents. Cette lecture nous a donné envie de revoir l’excellent film La jeune fille et son aigle, un autre récit initiatique mettant en avant une jeune prodige mongole.

Un roman addictif, émouvant, qui vient élargir notre horizon. Voilà de quoi nous donner envie de découvrir très vite les autres livres de Marion Achard !

Lu à voix haute en novembre 2020 – Actes Sud Junior, 13,50€

Nous sommes l’étincelle, de Vincent Villeminot (Pocket Jeunesse, 2019)

Ma curiosité a été piquée dès la lecture des premières pages : nous sommes en 2061 en Dordogne, trois enfants pêchent au harpon dans une rivière. La vie sauvage, ses renards et ses bécasses des bois semblent avoir repris leurs droits. Loin de là se jouent des guerres et des désastres écologiques, s’entassent les humains dans les jungles stériles que sont devenues les villes, sous l’œil de milliers de caméras. Vincent Villeminot préfère développer son intrigue dans les marges de ce monde, là où un jour, des jeunes désespérés ont décidé de faire sécession et de fonder une société d’un type nouveau. Quelle est la menace qui plane sur les trois enfants ? Quel est leur lien avec le mystérieux ermite qui semble les observer de loin ? Et surtout, comment en est-on arrivé là ?

Ces différents fils narratifs sont admirablement imbriqués pour nous tenir en haleine. Antoine a lu les 500 pages de ce roman d’un trait, j’ai été à peine plus longue. Les allers-retours entre différentes époques reconstituent pas à pas un puzzle fascinant. Le futur imaginé par Vincent Villeminot est d’autant plus crédible qu’il s’ancre résolument dans le monde actuel, ses clivages sociaux, ses réformes absurdes, son mépris des jeunes générations, sa crise du sens collectif. L’étincelle qui embrase tout, c’est la publication, en 2024, du livre Do Not Count On Us dont les extraits brûlants ponctuent le récit. Un porte-voix de la rage et du désarroi face à l’inertie d’un monde verrouillé, du rejet des valeurs de pouvoir et de consumérisme, de la contestation de la légitimité du droit. Mais surtout un texte qui éveille des rêves d’une société alternative et identifie la sécession comme forme d’action : « Nous pouvons encore nous asseoir à l’écart, pour travailler à des sociétés plus modestes, liées par l’amitié, gouvernées par le souci de ne renoncer chacun à aucune souveraineté, et qui ne ressembleront pas à celle-là. »

« L’espoir et la trouille, sœurs jumelles »

Le récit et les questionnements des personnages portent une réflexion passionnante sur le contrat social, les fondements possibles de la vie commune, les utopies. J’ai rarement lu un livre qui parle aussi bien de la façon dont peurs et rêves s’entremêlent non seulement quand sévit une répression implacable, mais aussi lorsqu’il s’agit de mettre en application de grands principes, de recréer quelque chose – des fondements matériels, des institutions et des formes de régulation – quand on a fait table rase. Et pourtant, l’exaltation du retour à la nature et à l’essentiel, la redécouverte de l’entraide et du partage, le bonheur pour les plus marginaux de pouvoir envisager de trouver une place dans une communauté en devenir insufflent d’émouvants moments de grâce. La construction du récit permet à Vincent Villeminot de restituer la vie des rêves sur le temps long et sur plusieurs générations – j’ai été touchée par le regard bienveillant, mais lucide posé par la Houle sur ses propres rêves de jeunesse et sur ceux des nouvelles générations.

« La forêt est ce monde où la mort fait partie de la vie. »

Cette imbrication entre rêves et peurs s’incarne de façon saisissante dans la forêt nourricière, protectrice, d’une beauté émouvante, mais sauvage, en proie à la violence d’un état de nature où pillards, braconniers et cannibales sévissent et où la famille apparaît comme un repère ultime. J’ai probablement un prisme particulier en tant que chercheuse en science politique, mais en lisant ce livre, j’ai pensé sans cesse aux théories de l’état de nature et du contrat, dont ce roman restitue avec beaucoup de finesse les implications. Cette lecture nous a donné l’occasion de parler de Rousseau et de Hobbes avec Antoine qui a été très intéressé par ces débats. Les mots du dernier chapitre qui alertent sur l’urgence de redonner une perspective à tous, m’ont, curieusement, évoqué la théorie de la justice de John Rawls : « Le risque que nous voulons courir, c’est que pour le plus malheureux d’entre nous, celui qui aura à en payer le prix le plus haut, le départ vaille mieux que ce statu quo. »

Je reste époustouflée par la façon dont ce roman parvient à incarner ces questionnements certes abstraits, mais puissamment révélateurs des problématiques de notre temps. Tout en restant une lecture-plaisir haletante.

Nous ne tarderons pas à découvrir les autres livres de Vincent Villeminot !

N’hésitez pas à lire aussi les avis de Linda et de Pépita.

Lu en octobre 2020 – Pocket Jeunesse, 18,90€

Le merveilleux, de Jean-François Chabas (Les Grandes Personnes, 2014)

« Au cœur de la roche mère gorgée de silicium, de fer, de titane et d’aluminium, s’introduisit le magma, lors des mouvements capricieux de l’écorce terrestre ; des forces colossales exercèrent leur pression. La chaleur irradia, puis s’en alla, irradia de nouveau. Mille alchimies complotèrent à la création de la pierre, qui enfin naquit. Quand l’œuvre fut achevée, elle demeura tapie dans le ventre de la montagne. Longtemps, très longtemps, le saphir attendit son heure. »

Dès la lecture à voix haute des premières lignes, la curiosité de toute la famille était à son comble. C’était évident : nous avions à faire à un texte hors norme qui ne manquerait pas de nous prendre de court. Quelle belle idée de construire ce récit non pas autour d’un schéma narratif classique mais avec pour fil conducteur un objet. Pas n’importe lequel ! Une pierre précieuse parmi les précieuses, un saphir d’un bleu incroyable et à l’ovalité parfaite, un joyau aux airs de talisman, émettant une lueur presque magique. Un rayonnement qui vient éclairer de façon saisissante la nature de ceux qui entrent en sa possession – et, plus largement, les forces qui travaillent le monde à la fin de l’époque victorienne.

Jean-François Chabas nous fait entendre un chœur de voies singulières qui témoigne de la capacité de la littérature à croiser plusieurs regards. Car chacun des propriétaires du saphir y projette quelque chose de différent – un signe de la bonté divine, une fortune avec un grand « f », un symbole de pouvoir, quelque chose d’infiniment pur qui questionne la corruption des hommes – ou tout simplement une pierre d’une dureté inouïe, parfaite pour affûter des lames. Invariablement, le Merveilleux agit comme un révélateur de l’âme humaine, comme un catalyseur de rebondissements captivants.

Happés par cette lecture, nous aurions aimé qu’elle dure plus longtemps. Pas facile de mettre un point final à une telle histoire ! Le saphir semble aussi inaltérable que la vie humaine paraît éphémère face aux éléments, aux crocodiles, à la faim, aux maladies et aux maux de ce vingtième siècle naissant. J’ai trouvé que l’auteur s’en était très bien sorti, parvenant à boucler sa boucle sur une note poétique et presque mystique. Mes garçons, qui n’aiment pas les fins ouvertes, m’ont demandé si j’avais déjà mis la main sur le tome 2 ; ils en auraient voulu « au moins une cinquantaine de pages de plus »…

J’ai été heureuse de pouvoir découvrir ce texte fascinant avec eux. La lecture à voix haute nous a permis d’en profiter pleinement en leur faisant un peu de sous-titres sur le contexte historique qu’ils n’ont pas encore étudié à l’école (colonisation, conflit irlandais, socialisme, etc.). S’il est lu en solo, il me semble que ce texte s’adresse à des lecteurs plus âgés, à partir de la fin du collège et sans limite d’âge.

Un grand merci à Sylvie qui m’a recommandé Le merveilleux – et par la même occasion fait connaître Jean-François Chabas dont nous allons sans tarder lire d’autres livres !

Extraits

« Calé contre le bloc protecteur, le vieil homme examina encore le corindon ; c’était un spécimen d’un bleu profond, soyeux, velouté, qui rayonnait dans le clair-obscur. Une pierre extraordinaire. »

« Ce que je ne dirais pour rien au monde à un Anglais, je l’avoue, va comprendre pourquoi, à un Irlandais : je cois bien que je suis tiraillé entre ce qu’on m’a fourré dans la tête depuis l’enfance et surtout dans la Royal Navy, et ce que j’ai vu de mes propres yeux. Pour faire bonne figure et être accepté par les nôtres, c’est comme si je me sentais obligé de clamer que nous sommes supérieurs, nous Occidentaux, et que les Indiens et tous ces peuples d’outre-mer, quels qu’ils soient, surtout s’ils ont la peau basanée, sont des singes imbéciles. Mais dans l’intimité de mon âme, je sais que ce n’est pas la vérité, et que le quota d’ânes bâtés est le même partout ; celui des gens brillants également. Il y a en Inde des indigènes fascinants, qui l’emportent en grandeur de sentiments et en élévation de l’esprit sur la plupart des Blancs. Voilà qui est dit. Et puis, je traine cette culpabilité, vois-tu, qui ne cesse de grandir à mesure que passent les mois. Maintenant que je n’ai plus de crétins du même acabit que ma pauvre personne pour m’encourager à penser qu’on peut gruger ces moricauds sans dommage, je me retrouve acculé à la vérité vraie : j’ai escroqué beaucoup de ces gens, des âmes simples qui se sont fait dépouiller sans comprendre. Le plus effrayant, c’est d’avoir pris conscience de l’ampleur de la chose. Car je n’étais pas seul à agir ainsi.

Qu’est-ce que l’Empire britannique, sinon une gigantesque entreprise de pillage de peuples qui ne nous sont rien, et surtout qui ne nous avaient rien demandé ? »

Lu à voix haute en septembre 2020 – Les Grandes Personnes, 14,50€

Bordeterre, de Julia Thévenot (Sarbacane, 2020)

Bordeterre_couv

« La Terre vous soutienne.
Le Bord vous retienne ! »

Si vous venez de « déborder » à Bordeterre, autant vous habituer aux convenances locales ! Mais sans doute êtes-vous au second plan, sans même avoir conscience de l’univers qui se déploie en ce premier plan tangentiel qu’est Bordeterre – et je ne vous parle même pas du plan Zéro…

Premier roman de celle qu’on connaît déjà pour son chouette blog Allez vous faire lire (qui figure en bonne place parmi ceux que j’aime beaucoup), Bordeterre construit un univers original, à la fois riche et très cohérent. On y bascule avec Inès, Tristan et leur chien Pégase. D’emblée, on se prend d’affection pour cette ado téméraire et son frère Tristan, tout en intelligence et en fragilités. Et bien sûr (cela ne va pas vous étonner) pour l’admirable bestiole qui les accompagne ! Très vite, les protagonistes sont séparés et arpentent deux faces disjointes de Bordeterre. Avec eux, on découvre un monde débordant de curiosités, avec ses lieux, ses habitants hauts en couleurs, ses clivages terribles, son régime dominé par une aristocratie décadente. Ce foisonnement peut déconcerter au premier abord. Pourtant, on se rend compte très vite que tout se tient, notamment grâce au fil conducteur du chant, ressource, enjeu et levier de luttes. Car dans ce décor se noue une intrigue complexe, mais captivante, autour d’un bras de fer inéluctable…

Antoine a dévoré les 520 pages de ce pavé en deux jours, puis sur son conseil, Hugo et moi l’avons parcouru à voix haute et sans fléchir. Il faut dire que tout concourt à nous faire avidement tourner les pages. Les rebondissements se succèdent. Le destin de Bordeterre reste tout à fait incertain jusqu’aux toutes dernières pages. Et surtout, les différents personnages sont si bien travaillés chacun par ses dilemmes, que l’on brûle de savoir comment ils vont évoluer.

Dans les premières pages, j’ai été décontenancée par la plume très directe de Julia Thévenot, et ses glissements parfois un peu brusques entre les registres. Au fil des pages, je l’ai apprivoisée et j’ai apprécié son côté incisif, sa manière d’interroger les ressorts de l’oppression et de la révolution. Elle nous plonge dans une réalité crue, dans laquelle les protagonistes ont surtout pour eux leur volonté inébranlable, leurs idéaux émancipateurs et leur solidarité.

Une lecture immersive, sombre et lumineuse, dont on ressort avec la sensation d’avoir voyagé très loin. Et l’envie de chanter. Il ne m’en faut pas moins pour conclure que Julia Thévenot en a certainement encore sous le pied. Nous serions ravis de la lire de nouveau.

Sur ce, le Bord vous retienne !

L’avis de Hashtagcéline

Lu à voix haute en juillet 2020 – Sarbacane, 18€

Chroniques du tueur de roi, tome 1 : Le nom du vent (Bragelonne, 2009)

Le nom du vent

Une seule et même personne, est-ce vraiment possible ? L’aubergiste Kote, que l’on remarque à peine, serait en réalité Kvothe, dont nul n’ignore la légende ? L’un est taiseux, discret, effacé. L’autre est flamboyant, entêté et d’une audace incroyable. Ces deux faces si peu assorties nouent une double énigme que l’on brûle d’élucider : comment Kvothe s’est-il rendu si célèbre ? Et quelles sont les circonstances qui l’ont poussé à devenir Kote ?

Ces deux énigmes s’entremêlent, lorsqu’un chroniqueur illustre reconnaît le héros et le persuade de lui livrer le récit de son incroyable vie. Un récit si riche que trois jours seront nécessaires pour le restituer. L’histoire d’un garçon surdoué dans tous les domaines, mais sur lequel le sort semble s’acharner, à partir du jour funeste où sa famille est sauvagement assassinée. Commence une quête jalonnée de rencontres, d’apprentissages et d’embûches, qui ne fait que commencer au crépuscule de ce premier jour…

Cette lecture m’a entraînée très loin de ma zone de confort, moi qui ne lis pas de fantasy. Les univers imaginés dans les moindres détails – histoire politique, langues, géographie, mythologie, etc. –, les personnages largement déterminés par les caractéristiques de leur « clan », les affrontements manichéens et les grands récits épiques déployés sur des centaines de pages (dont presque tous les héros sont masculins), très peu pour moi – très certainement une perception horriblement simplificatrice, je compte sur les adeptes pour me détromper en me faisant découvrir les livres qui me feront surmonter mes idées reçues ! Toujours est-il qu’Antoine, lui, ne lit presque que des romans/séries fantasy, et adore les partager avec le reste de la famille. Cette série a été une vraie révélation pour lui, même s’il ne se remet pas de voir que la parution du troisième tome traîne depuis des années. Face à son insistance tenace, j’ai fini par ouvrir Le nom du vent. Et je n’ai pas boudé mon plaisir !

Le pavé fait certes 800 pages, mais elles se lisent très bien. D’une plume vive et généreuse, Patrick Rothfuss nous entraîne dans un univers étonnant, dense, mais dans lequel je suis facilement entrée : pays médiéval de cités, de forêts et de tavernes où l’on répète des légendes et joue du luth ; une contrée plongée dans une magie qui s’enseigne comme une science dont les ressorts m’ont semblé fascinants ; un pays miné par les injustices sociales, menacé par des forces dont on ne fait que pressentir les contours à la fin du premier tome. Intriguant aussi, tant on brûle de savoir ce qui rend l’époque si trouble et Kote si inquiet. Les personnages sont très réussis, à commencer par le protagoniste, que ses fêlures, son énergie et sa soif de savoir rendent attachants. Autour de lui gravitent des personnes profondément troublantes, à l’image de la mystérieuse Denna, ou du professeur Elodin, dont on ne sait s’il est génial ou fou. Ou encore de Bast, l’étrange apprenti qui ne lâche pas Kote d’une semelle et dont on serait plus rassuré de mieux cerner la personnalité.

Autant dire que je suis suspendue à ce récit et que je ne tarderai pas à découvrir la suite ! Et que je vais noter dans un coin de ma tête de ne pas hésiter à m’aventurer dans les littératures de l’imaginaire.

Captivant et émouvant !

Lu en mai 2020 – Bragelonne, 25€

Sixtine, tome 1 : L’Or des Aztèques, de Frédéric Maupomé et Aude Soleilhac (Éditions de la Gouttière, 2017)

Sixtine_couv

« Elle a peut-être pas de bateau, mais elle a la classe, cette petite. »

Sixtine ne sait pas grand-chose de son père, mort alors qu’elle était encore toute petite. Les émotions de sa mère sont encore trop vives pour qu’elles puissent vraiment parler de lui. Si Sixtine doit composer avec cette absence qui lui pèse, elle est flanquée, depuis la disparition de son père, d’un improbable trio de pirates-fantômes qu’elle semble être la seule à voir. Des anges-gardiens qui ne seront pas de trop pour l’aider à faire face aux problèmes matériels de son foyer et surtout aux dangers liés à l’histoire de son père…

Sixtine_extrait 1

Ce premier tome plante le décor de la série, à la frontière entre un univers réaliste et un monde surnaturel peuplé de pirates, de fantômes et de grimoires, dont on ne fait encore qu’entrevoir les contours. Toute la famille a pris un immense plaisir à faire la connaissance de Sixtine, une héroïne comme nous les aimons, pur produit d’éducation pirate : pull à capuche, cheveux bleus en bataille, rêveuse mais déterminée, dotée d’une curiosité à toute épreuve et d’un arsenal de jurons digne du capitaine Haddock. La tendresse bourrue de ses trois compagnons de bord est irrésistible. Le scénario de Frédéric Maupomé est réussi, autour d’une trame addictive. Impossible de ne pas brûler d’en savoir plus sur l’histoire de ce père mystérieux et sur les péripéties à venir.

Aude Soleilhac campe l’univers de Sixtine à merveille, de son trait vif et expressif. Les dessins sont très travaillés – j’ai particulièrement aimé les décors nocturnes qui semblent baigner dans une lumière magique. Les pirates sont plus vrais que nature, mais néanmoins parfaitement camouflés dans le quotidien de lycéenne de Sixtine !

Sixtine_extrait 2

En toile de fond des péripéties qui s’enchaînent avec rythme, les deux auteurs parlent, d’un ton juste et tendre, du deuil, des secrets, de l’âge de l’adolescence et de la valeur de l’entraide.

Cet alliage parfaitement dosé d’aventure, d’humour et de profondeur a immédiatement propulsé cette série parmi les favorites d’Antoine et de Hugo. Foi de pirate !

L’avis de Bouma est disponible ici.

Lu et relu – Éditions de la Gouttière, 13,70€

Sixtine_extrait 3

Si on chantait ? de Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle, Clémentine Beauvais, Yves Grevet, Vincent Villeminot, Anne-Laure Bondoux, Stéphane Michaka, Christophe Mauri, Victor Dixen, Christelle Dabos, Jean-Claude Mourlevat, François Place et Jean-Philippe Arrou-Vignod (PKJ, 2020)

Si on chantait ! couv

Un roman en forme de cadavre exquis, les stars de la littérature jeunesse française l’ont fait ! C’est Susie Morgenstern qui a pris la plume pour nouer l’intrigue autour de l’amitié d’Ambre, qui cohabite avec une ribambelle de frères et sœurs dans un petit appartement de la tour F, et de Louis-Edmond qui se sent bien seul dans l’immense villa de ses richissimes parents. Ce premier chapitre a été envoyé à Timothée de Fombelle, qui a passé le relai à Clémentine Beauvais… et ainsi de suite jusqu’au treizième et dernier chapitre, signé Jean-Philippe Arrou-Vignod. Imaginant les rebondissements rocambolesques déclenchés dans la vie de nos deux amis lorsque la mère d’Ambre disparaît avec un individu peu recommandable. Où l’on croise, entre autres, un digne majordome anglais, une armure, une madame Irma, des palmiers, une bétaillère et une flopée de fruits et légumes !

Cela aurait pu donner quelque chose de décousu, et bien pas du tout ! La mayonnaise prend parfaitement et j’aurais été incapable de deviner qui a écrit quoi. Les chapitres rebondissent les uns sur les autres avec force péripéties, clins d’œil et running gags. Impressionnant ! L’ensemble donne un roman joyeusement loufoque qui nous a tenus en haleine de bout en bout et fait hurler de rire. Cette solide dose de bonne humeur était bienvenue dans le contexte actuel. Ce roman n’en pointe pas moins le gouffre abyssal qui sépare riches et pauvres.

Et puisqu’on en parle : les bénéfices tirés des ventes de ce livre sont intégralement reversés au Secours populaire pour favoriser l’accès à la culture pour toutes et tous. Vos 7,90€ seront utilisés par l’association pour offrir des sorties culturelles à de très nombreuses familles. Faites-vous plaisir, c’est pour la bonne cause !

Pendant le confinement, les auteur.e.s lisent chacun leur chapitre par ici. N’hésitez pas !

Lu en avril 2020 – PKJ, 7,90€

Extraits (j’ai eu un peu de mal à choisir !)

« Le chef barbare Attila ravagea la moitié de l’Europe en dix ans, Napoléon conquit l’Italie en un an, Hitler écrasa la Pologne en un mois… Il fallut deux jours seulement pour qu’un certain Sébastien mette en morceaux le fragile équilibre de la famille d’Antoinette. »

« – Mon kiwi, dit Antoinette, tu es un génie.
– Mon kiwi ? s’étrangle Britney.
– Je l’appelle mon kiwi, explique sa mère, parce qu’il me donne de l’énergie, et que le kiwi, c’est plein de vitamine C.
– Et de petits poils irritants, fait remarquer Britney. »

«  – Ah, il est facile d’être solidaire quand on ne possède presque rien, peste le comte. Quand les pauvres se serrent les coudes, ce n’est que par intéressement. Nous les riches, au contraire, sommes solidaires par pure grandeur d’âme, c’est toute la différence ! »

« – Bravo, les enfants ! J’ai adoré. Vos parents sont dans le coin ?
– Euh, non, répond Ashley, ils sont… en conférence.
Elle ne sait pas d’où lui est venue cette idée mais il lui semble que ça fait hyper sérieux.
– Où ça ?
Elle fait un vague signe en direction du centre-ville.
– Euh… par là-bas.
– Et c’est quoi comme conférence ?
Bennett vient au secours de sa sœur :
– C’est euh… sur la délinquance financière chez les bonobos. »