Moby Dick, de Herman Melville (1851 pour l’édition originale en anglais)

Lu à haute voix en août 2018

Qui ne connaît pas Moby Dick – cette baleine blanche monstrueuse, légendaire, terreur des baleiniers et obsession du capitaine Achab qui lui a juré vengeance ? Cela faisait un moment que j’avais envie de faire découvrir ce roman de Herman Melville aux garçons. Je me disais que cette lecture nous permettrait de poursuivre nos voyages littéraires (après Le Royaume de Kensuké, L’île au Trésor et Robinson Crusoé notamment), mais aussi que Moby Dick était susceptible de plaire à nos petits amateurs de mythologie grecque… L’œuvre de Melville a fait l’objet d’innombrables lectures, recensions et interprétations qui se sont intéressées, en particulier, à sa portée métaphorique, aux références bibliques et au texte comme parabole chargée de thèmes universels. De façon plus modeste, je me permets de partager ici notre expérience de lecture familiale.

L’histoire est célèbre : Ismaël embarque sur le terrible Pequod, baleinier commandé par le capitaine Achab, pour une campagne de pêche à la baleine. L’équipage découvre rapidement que l’expédition est en réalité une croisade insensée, à la poursuite de Moby Dick.

Même en version abrégée (j’ai pour principe de ne lire aux enfants que des livres en texte intégral mais une fois n’est pas coutume, j’ai acheté par erreur cette version chez Poche Jeunesse), la lecture de Moby Dick est ardue : monument littéraire chargé de poésie, longues phrases et récit entrecoupé de descriptions extrêmement détaillées du travail des baleiniers que l’on voit traquer, harponner, remorquer et découper des cétacés démesurés… Herman Melville, qui avait vécu plusieurs années à bord d’un baleinier, connaît son affaire et documente ce forme de pêche ahurissante de manière très précise et avec force termes techniques.

Malgré ce caractère exigeant, le roman nous a captivés de bout en bout. L’auteur fait la preuve de son talent de conteur dès les premiers chapitres. L’affrontement conduisant au drame est inéluctable et la tension s’accumule au fil des pages, jusqu’à nous rendre presque aussi fous, anxieux et obsédés par Moby Dick que le capitaine Achab – Antoine, qui s’est demandé en cours de route si le redoutable cachalot existait en dehors de l’imagination des baleiniers, a remarqué qu’en s’inspirant de Samuel Beckett, on aurait pu intituler le roman En attendant Moby Dick ! C’est précisément grâce à cette tension dramatique, et en riant de notre propre exaspération, nous comparant entre nous à l’irascible Achab, que nous sommes parvenus à persévérer et à traverser toutes les mers du monde à bord du Péquod jusqu’au désastre final. Nous avons refermé Moby Dick sonnés, avec l’impression d’avoir passé un bon bout de temps au large : difficile de s’extraire d’un tel roman ! Les garçons, qui ont spontanément éprouvé de l’empathie pour la majestueuse baleine blanche, ont finalement beaucoup apprécié cette lecture qui leur a fait très forte impression.

Un livre incontournable pour les lecteurs déjà grands, à découvrir avec un globe terrestre sous la main…

Extraits

« Sa proue vénérable semblait prolongée d’une barbe. Ses mâts étaient raides comme des colonnes vertébrales de statues. Ses ponts usés s’ornaient de maintes craquelures inquiétantes. Mais ce n’était pas tout : le Pequod, depuis un siècle qu’il écumait les océans, avait été surchargé, par ses commandants successifs, de dessins et d’accessoires qui lui donnaient l’aspect d’un bouclier ancien ou d’une sorte de trophée mouvant. C’est ainsi que ses bastingages, dans lesquels on avait planté des dents aiguës de cachalots, avaient l’air de deux monstrueuses mâchoires, et que sa barre, ô stupeur ! était constituée non d’une solide pièce de bois, mais d’une mâchoire inférieure de cachalot, d’une blancheur éblouissante ! Noble navire en vérité ! Cependant, comme toutes les choses nobles, il dégageait une pesante tristesse. »

« – Écoute-moi bien : avant de signer ton engagement, va donc jeter un coup d’œil sur le capitaine Achab. Il te faudra deux secondes pour constater qu’il n’a plus qu’une jambe.
– Dois-je comprendre, balbutiai-je, que l’autre lui a été enlevée par… par une baleine ?
– Tu l’as dit, mon gars ! Mais enlevée est un mot un peu faible. C’est arrachée, broyée, écrabouillée, qu’il faut dire, et par le monstrueux cétacé – baleine ou cachalot, pour nous, c’est du pareil au même – qui ait jamais éventré une chaloupe ! Comprends-tu, maintenant ? »

« Et maintenant, jurez : que Dieu nous anéantisse tous si nous ne poursuivons pas Moby Dick jusqu’aux confins de l’univers ! Mort à Moby Dick ! »

Livre de Poche Jeunesse, texte abrégé, 4,95€

mobydick

Le clan des Otori, de Lian Hearn – Livre I : Le silence du rossignol (2002)

Lu en août 2018

Antoine et Hugo ont la chance de pouvoir puiser non seulement dans les rayons de la bibliothèque municipale, où nous nous rendons très régulièrement, mais aussi dans les trésors de la bibliothèque familiale précieusement conservée par mes parents. Les garçons y fouillent très volontiers parmi les lectures de mon petit frère qui semble décidément avoir eu, il y a dix-quinze ans, des goûts très convergents avec les leurs. Entre les romans de J.K. Rowling, Pierre Bottero, Philip Pullman, Eoin Colfer, Robin Hobb et Christopher Pasolini, Antoine a été attiré par l’imposante tétralogie du Clan des Otori, de l’auteure britannique Lian Hearn.

Notre aîné dévore les romans depuis deux ans, avec une prédilection pour les sagas lui permettant de se plonger en immersion dans un univers singulier pendant quelques semaines : Harry Potter, bien sûr, mais aussi les aventures d’Ewilan et Ellana, La guerre des clans, Indiana Teller… Ces dernières semaines, il a mis à profit ses vacances d’été pour ne faire qu’une bouchée des six premiers tomes du Cercle des 17 (de Richard Paul Evans), puis des trois premiers tomes de Tara Duncan, reçus en août pour son neuvième anniversaire. Dans l’attente de la suite, Antoine a donc jeté son dévolu sur Le Clan des Otori et n’a plus guère émergé de sa chambre depuis qu’il a ouvert le premier tome. Une semaine et plus de 1000 pages plus tard, il a amorcé la lecture du quatrième et dernier tome.

Intriguée, je me suis également laissé happer par le souffle épique de l’intrigue et l’univers étonnant imaginé par Lian Hearn. L’histoire s’inscrit dans un monde déchiré par la guerre entre clans, mais empreint de poésie, évoquant le Japon médiéval. Tomasu a grandi dans un village retiré, aspirant à rester à l’écart des champs de bataille. Seul survivant du massacre de sa communauté, il est propulsé malgré lui au cœur de la résistance contre un pouvoir arbitraire et violent. La jeune Kaede, prise comme otage afin de stabiliser les relations entre deux clans, vit depuis toute petite à la merci d’une famille qui lui est hostile, mais se refuse à servir de pion dans les jeux des clans. L’un et l’autre font des rencontres inattendues, tour à tour périlleuses et réconfortantes : parviendront-ils à survivre et à accomplir leur destinée ?

L’auteure prend les jeunes lecteurs au sérieux. Elle tisse une véritable fresque de personnages et de clans, liés par un système complexe d’alliances, de mariages et de prises d’otage, au sein desquelles certaines stratégies et affinités individuelles parviennent toutefois à peser. Si les spécialistes de la culture et de l’histoire nippones semblent dubitatifs quant à l’authenticité de certains aspects, l’ouvrage restitue très bien les enjeux féodaux et la dynamique selon lesquels « les États font la guerre et les guerre fondent les États », comme l’écrit l’historien Charles Tilly. La société imaginée par l’auteure est clivée entre clans, classes et genres. En particulier, la domination des hommes sur les femmes est un leitmotiv, avec des figures féminines résolues à se rebeller contre cette domination, des démonstrations de virilité tournées en ridicule et de multiples personnages transcendant les clichés, à l’image des moines du temple de Terayama, adeptes de peinture et de poésie, mais capables de faire preuve, lorsque la situation l’exige, de qualités de guerriers inattendues. Il y a donc matière à réflexion et cette lecture nous a donné l’occasion de beaux échanges en famille.

Le silence du rossignol est à la fois un récit épique et une romance, un roman historique présentant quelques éléments fantastiques : l’ensemble est original et bien écrit. Les pouvoirs des personnages sont intéressants et ont durablement impressionné Antoine qui a noté les différences avec les histoires de « sorciers » qu’il apprécie beaucoup par ailleurs (« Ils ont de vrais pouvoirs ! » : ouïe hors du commun et sens exacerbés, don d’ubiquité, multiples pouvoirs d’illusion…). J’ai plus apprécié ces éléments fantastiques, l’univers et l’intrigue palpitante que la romance – un vrai « coup de foudre » sur lequel il n’y a visiblement pas grand-chose à dire…

La quête initiatique dans laquelle Lian Hearn entraîne ses jeunes lecteurs a donc indubitablement de quoi les passionner. Si ce roman avait été publié plus récemment, il aurait vraisemblablement été classé comme relevant de la littérature « jeune adulte ». Il me semble qu’étant donné son registre, la complexité de son intrigue et l’omniprésence de la violence, il ne s’adresse pas aux lecteurs les plus jeunes. Comme Antoine, je lirai la suite de l’aventure avec curiosité !

Extrait

« Makoto sortit du jardin avec moi. Il me regardait avec curiosité.
– Jusqu’où va la finesse de votre ouïe ? demanda-t-il doucement.
Je regardai autour de nous. Les guerriers Tohan se trouvaient avec sire Shigeru en haut de l’escalier.
– Pouvez-vous entendre ce qu’ils disent ?
Il mesura l’espace du regard avant de répondre :
– Seulement s’ils se mettent à crier.
– J’entends la moindre de leurs paroles. J’entends les gens dans le réfectoire, en bas, et je puis vous dire combien ils sont.
Je m’interrompis, car je venais de m’apercevoir qu’ils devaient être une multitude.
Makoto rit brièvement, avec un mélange de stupeur et d’approbation.
– Comme un chien ?
– Oui, comme un chien.
– Vos maîtres doivent vous trouver utile.
Ses paroles me frappèrent. J’étais utile à mes maîtres, à sire Shigeru, à Kenji, à la Tribu. J’étais né avec des talents obscurs que je n’avais pas demandés, mais que je ne pouvais m’empêcher de tester et de perfectionner, et c’était à eux que je devais ma situation actuelle. Sans eux, je serais sans doute mort. Avec eux, je m’enfonçais chaque jour davantage dans ce monde de mensonge, de dissimulation et de vengeance. »

Le-silence-du-roignol

Jim Bouton et les terribles 13, de Michael Ende (1962 pour la version originale en allemand, 2005 pour la traduction de Jean-Claude Mourlevat)

Lu à voix haute en août 2018

Au printemps 2017, nous n’avions fait qu’une bouchée du premier tome des aventures de Jim Bouton. Toute la famille était naturellement curieuse de connaître la suite, mais le deuxième tome était malheureusement épuisé. L’attente a donc été longue jusqu’à ce qu’un exemplaire d’occasion soit proposé à un tarif raisonnable – quand on voit que d’autres exemplaires sont mis en vente à près de 100€, on se demande pourquoi Bayard Jeunesse ne réimprime pas ce roman…

Si ma perception peut avoir été altérée par les nombreux mois écoulés depuis que nous avions fait connaissance de Jim Bouton et de ses amis, il me semble que ce tome 2 est sensiblement différent. On retrouve, certes, avec grand plaisir l’univers loufoque imaginé par Michael Ende et joliment illustré, l’esprit d’entraide et de camaraderie qui règne autour de l’île de Lummerland et les aventures qui ne manquent pas de se succéder à un rythme rapide dès que Jim et Lucas sont dans les parages. Nos deux héros ont fort à faire : Lummerland a urgemment besoin d’un phare, c’est la crise au royaume de la mer, une bande de pirates menaçant sévit dans la région et Jim n’a toujours pas élucidé la question de ses origines…

Le roman se nourrit de son intrigue qui n’a pas manqué de captiver nos garçons qui – fait rare ! – n’ont pas résisté au suspense et ont achevé cette lecture chacun de son côté pour avancer plus vite. Le charme de ce livre provient également de la drôlerie des dialogues, mais aussi de l’incroyable inventivité de l’auteur qui nous entraîne des profondeurs marines au cœur d’un cyclone après avoir franchi le sommet des montagnes les plus hautes à l’aide d’un engin volant improbable, et à la rencontre de fabuleuses créatures aquatiques, d’un être de feu désappointé et d’une bande de pirates semblant souffrir d’une certaine dyslexie… Le nombre de personnages est plus important que dans le premier tome et la séquence des péripéties plus complexe, si bien que l’ensemble permet au lecteur de grandir avec Jim.

Pour toute ces raison, ce roman a remporté l’adhésion la plus franche d’Antoine et de Hugo. Pour ma part, tout en reconnaissant ces qualités, j’ai été frappée par le cantonnement des personnages féminins… dans la cuisine ! Les héros masculins désapprouvent l’aspiration de l’intrépide princesse Li Si à les accompagner dans leurs aventures – et l’histoire leur donne évidemment raison (elle finira heureusement par « apprendre la cuisine et le ménage auprès de Mme Comment » et par s’en tenir là…). J’ai aussi trouvé un peu surprenant qu’une histoire aussi farfelue se termine par un mariage princier, associant plusieurs dynasties. Il faut probablement considérer ce livre dans son contexte de parution, au tout début des années 1960. En 1973, cinq ans après le tournant de mai 1968, Michael Ende écrira le très beau roman Momo dont l’héroïne est une petite fille incroyablement libre et courageuse. Et pour rendre complètement justice à Jim Bouton et les terribles 13, reconnaissons que l’ouvrage prône par ailleurs la paix, le dialogue, les métissages et la reconnaissance de chacun – en témoigne le destin merveilleux du demi-dragon Nepomuk… En dépit de mes réserves, j’espère donc que ce roman sera réédité. Ce n’est pas si fréquent de trouver de vrais romans si construits et élaborés, tout en étant accessibles à des lecteurs très jeunes.

Extraits

« Les flammes dansèrent encore un peu, là-bas, dans un coin de la caverne géante, puis elles rapetissèrent, avant de mourir tout à fait. Les deux amis retinrent leur respiration. Désormais, ils étaient plongés dans les ténèbres de la grotte. »

« Il tira sur la rêne de droite, le tisonnier se positionna entre les deux blocs et la force magnétique commença à entraîner Emma. La locomotive s’élança à la poursuite de l’aimant, qu’elle ne pouvait bien entendu pas rattraper ; et c’est ainsi qu’elle avançait, mue par une force irrésistible.
– Ça marche ! s’écria Jim. Hourrah ! Ça marche ! »

« – Mais alors, bredouilla-t-il, pourquoi ne m’a-t-il pas chassé d’ici ?
– Tout simplement parce qu’il a peur de toi, répondit Lucas.
Les yeux de Nepomuk sortirent presque de leur orbite :
– Peur de moi ? C’est vrai ? L’horrible géant a peur de moi ?
– Oui, confirma Jim, c’est ce qu’il nous a dit.
– Si c’est comme ça, dit Nepomuk, ce géant m’est très sympathique, finalement. Dites-lui que j’aurai grand plaisir à le voir trembler de peur devant moi… »

Bayard Jeunesse, 17,90€

jim bouton terribles 13

Ulysse Moore, Tome 1 : Les clefs du temps, de Pierdomenico Baccalario (2004 pour l’édition originale en italien, 2006 pour la traduction en français)

Lu à haute voix en juillet 2018

Une mystérieuse villa perchée au sommet d’une falaise vertigineuse, un groupe d’enfants intrépides, une porte dissimulée derrière une armoire, une série d’énigmes à déchiffrer, une présence planant sur l’ensemble… Tous les ingrédients d’une aventure digne du Club des Cinq sont réunis par Pierdomenico Baccalario dans ce premier tome de la série Ulysse Moore. J’ai acheté ce roman par curiosité, ayant lu quelque part que son auteur était l’un des plus lus en littérature jeunesse en Italie : nous n’avons malheureusement pas été convaincus.

L’objet livre est attrayant : belle couverture aux motifs sibyllins dont les rabats renferment cartes et indices invitant à la chasse au trésor, mise en scène du récit avant même la première page, jolies illustrations donnant l’impression de dissimuler des indications qui pourraient se révéler cruciale pour l’enquête.

Le problème, c’est qu’au-delà de cette belle présentation, le livre ne propose rien de plus que ce qu’offraient déjà les fameux romans d’Enid Blyton : un décor pittoresque sommairement esquissé, des personnages lisses ne rencontrant pas de dilemme particulier (certains, comme l’antipathique Olivia Newton qui rôde dans les parages, sont à peine introduits sans que l’on puisse saisir leur rôle dans le cadre de ce premier tome), une enquête appréhendée et résolue de façon linéaire par les jeunes héros qui se trouvent toujours commodément disposer des informations pertinentes pour trouver la solution… Le style littéraire et les dialogues ne présentent que peu d’intérêt, l’intrigue est rapidement résolue et apparaît rétrospectivement comme une sorte de préliminaire à la véritable histoire : de fait, on découvre à la dernière page que l’histoire commence à peine et qu’il faudra acheter les tomes suivants (dix-huit à ce jour à près de onze euros chacun…) pour connaître la suite qui s’annonce comme réminiscente de la série La Cabane Magique. Certains lecteurs ne manqueront pas de se sentir floués !

Ulysse Moore ne me semble, en somme, pas pouvoir tenir la concurrence avec d’autres sagas de littérature jeunesse – que l’on pense par exemple à celles de J.K. Rowling, de Pierre Bottero ou de Sophie Audoin-Mamikonian qui imaginent des univers et des personnages beaucoup plus travaillés. Antoine et Hugo ont perçu, je crois, cette différence de qualité puisqu’ils n’ont pas été captivés (en dépit du recours systématique aux cliffhangers en fin de chapitre et d’ouvrage) et n’ont pas demandé à poursuivre cette série. Cela dit, je peux concevoir que le style et le format très accessibles puissent être attractifs pour de jeunes lecteurs souhaitant se lancer dans la lecture de romans d’aventures qui ne soient pas trop ardus. Pour notre part, nous passerons notre chemin et ne suivrons pas la quête de Julia, Jason et Rick.

Extrait

« Voici le matériel qu’Ulysse Moore m’a prié de vous transmettre. Au cas où vous souhaiteriez le publier, notre seule exigence est que le nom d’Ulysse Moore soit bien visible sur la couverture et que l’ordre des manuscrits soit respecté. »

« En dépit de la fâcheuse situation où il se trouvait, suspendu sous la pluie battante à vingt mètre au-dessus de la mer, Jason gardait son sang-froid. Chose étrange, il était serein. Il savait exactement ce qu’il avait à faire. Il avait repéré deux renfoncements où loger ses pieds, et, en se hissant légèrement, il avait pu relâcher la tension de ses bras et tenir en équilibre sur ses jambes. À présent, rassuré, il pouvait lever la tête. »

« Metis signifie ‘sagesse’. C’était le nom de la première femme de Zeus, fille d’Océan et de Téthys. Une femme intelligente et capable, comme toutes les femmes, d’ailleurs ! »

Bayard éditions, 6,90€

ulysse moore

Stormbreaker (Tome 1 des aventures d’Alex Rider), de Anthony Horowitz (2000 pour la version originale en anglais, paru en 2001 en français)

Lu à voix haute en juillet 2018

Alex Rider, quatorze ans et orphelin, vit à Londres avec son oncle Ian. Un matin, on lui apprend que son oncle vient de périr dans un accident de voiture. Qui sont les personnes mystérieuses qui apparaissent à son enterrement ? Où Ian travaillait-il vraiment ? En enquêtant sur les conditions suspectes de son prétendu accident de voiture, Alex se trouve pris dans un engrenage qui le conduira au cœur d’une affaire d’espionnage pleine de rebondissements spectaculaires !

Ce premier tome des aventures d’Alex Rider réunit tous les ingrédients classiques du roman d’espionnage anglais : services secrets parfaitement camouflés, gadgets, messages chiffrés, péripéties à couper le souffle, ennemis machiavéliques bien sûr associés d’une manière ou d’une autre à la Russie et à la Chine… La monstrueuse méduse Physalie mérite une mention particulière !

Si le livre se conforme fidèlement aux conventions du roman d’espionnage, ce genre est assez inhabituel dans la littérature jeunesse et cette lecture a permis à Antoine et à Hugo de le découvrir. Ils ont adoré. Alex est un vrai héro susceptible de susciter l’identification des jeunes lecteurs : sympathique, débrouillard, courageux, athlétique, intelligent, polyglotte, plein de sang-froid et de discernement. Anthony Horowitz, dont nous avions déjà beaucoup apprécié L’Île du Crâne l’année dernière, connaît son affaire : le style est fluide et agréable, l’intrigue est très bien ficelée et les scènes d’action s’enchaînent sans temps mort, avec une montée en puissance jusqu’à un final proprement vertigineux.

L’intérêt du roman est certainement moindre pour les lecteurs plus expérimentés qui noteront de nombreux parallèles avec la série des James Bond, une tendance au manichéisme caractéristique du genre, des cascades bourrées de testostérone et des invraisemblances ici ou là. Le roman vit essentiellement de l’intrigue et va droit au but, sans proposer de contexte ou d’univers particulièrement travaillé. Il peut néanmoins être proposé sans hésitation aux jeunes amateurs de frissons et d’histoires d’espions, qui le dévoreront d’une seule bouchée…

Extraits

« Costume gris, cheveux gris, lèvres grises, yeux gris. Son visage était inexpressif, et son regard, derrière ses lunettes à monture gris acier, parfaitement neutre. Qui qu’il soit, cet homme semblait moins vivant que toutes les personnes présentes dans le cimetière, sur terre ou en dessous. »

« Il voulut bouger, mais fut projeté une nouvelle fois en arrière : la voiture avait été arrachée de terre et se balançait dans le vide. Alex ne pouvait rien voir. Ni bouger. Son estomac se souleva : la voiture décrivit un arc de cercle dans un horrible grincement de métal et un tourbillon de lumière. La grue qui l’avait empoignée allait la déposer dans le broyeur. Avec Alex. »

« Il contempla les côtelettes d’agneau froide dans son assiette. De la viande froide. Soudain, il comprit ce que ce mot voulait dire. »

« Mais, tout à coup, quelque chose bougea dans les profondeurs turquoise. Bouche bée, partagé entre l’émerveillement et l’horreur, Alex découvrit la plus monstrueuse des méduses. Le corps de la bête était une masse scintillante et palpitante mauve et blanc, qui avait vaguement la forme d’un cône. Dessous, des tentacules d’au moins dix mètres de longueur, couverts de sortes de petits dards, ondulaient dans l’eau. Quand la méduse se déplaçait, ou dérivait à cause d’un courant artificiel, ses tentacules glissaient contre le panneau de verre et on avait l’impression qu’elle essayait de sortir. C’était la créature la plus hideuse et répugnante qu’Alex ait jamais vue.
‘Physalie’, dit une voix derrière lui. »

Livre de Poche Jeunesse (Hachette), 6,50€

stormbreaker