Le club de l’ours polaire, tome 2. Le mont des sorcières, d’Alex Bell (Gallimard, 2019)

J00207_ClubOursPolaire_T2.indd

Stella et ses amis étaient sortis grandis de leur première expédition. Cette dernière les avait révélés à eux-mêmes et rendus célèbres… La vie n’est pourtant pas un fleuve tranquille. La révélation de l’identité de Stella lui cause bien des tourments : étant donnée leurs pouvoirs terribles, les princesses des glaces inspirent la crainte et beaucoup voient d’un mauvais œil l’une d’entre elles rejoindre le cercle très fermé et masculin des explorateurs. Et surtout, un vautour monstrueux plane au-dessus du jardin, comme une épée de Damoclès, envoyé par la terrible sorcière Jezzybella. Convaincu que celle-ci ne renoncera jamais à traquer sa fille, Félix se met en route pour le Mont des Sorcières – une contrée hostile, dont personne n’est jamais rentré vivant. Éperdument inquiète, Stella se lance sur ses traces, accompagnée de ses fidèles compagnons Dragigus, Shay, Ethan et de toute une ribambelle de créatures plus improbables les unes que les autres. Le chemin est semé d’embûches. Arriveront-ils à temps pour venir en aide à Félix ?

Hugo, qui ne craint plus de se lancer dans des romans un peu longs, a énormément apprécié ce deuxième volet de la série. Nous l’avons amorcé ensemble, en lecture à voix haute, mais après 50 pages, il n’a pas supporté le suspense et dévoré la suite seul, quasiment d’un trait ! Les péripéties se succèdent en effet sans temps mort, rendant la lecture addictive jusqu’aux toutes dernières pages.

Ce roman plaira sans doute beaucoup aux enfants qui, comme Hugo, aiment rêver et s’évader dans des mondes imaginaires où tout est possible – ou presque ! Rien que la splendide couverture représente tout un monde, non ? Nous avons également beaucoup apprécié l’humour des dialogues et des situations, souvent produit par le choc des personnalités singulières qui composent cette expédition. De fait, la manie de Dragigus d’invoquer des statistiques macabres qu’il maîtrise sur le bout des doigts, ou l’habitude un peu contre-productive des fées de la jungle de déclamer leur chant funèbre lorsque les choses se corsent, sont très drôles.

Cela dit, comme pour le tome 1 d’ailleurs, je n’ai pas été aussi enthousiaste que Hugo. Je suis partagée quant à l’univers fantastique foisonnant qui fourmille de créatures et d’objets merveilleux imaginés par l’inventive Alex Bell. Le charme du roman vient en bonne partie de là, mais c’est presque trop à mon goût, tout ce folklore détournant parfois l’attention du fil de l’intrigue. Le tout m’a parfois semblé manquer de cohérence – lorsque piranhas et morses se côtoient, ou lorsque des révélations finales apparaissent en contradiction avec certains éléments de l’histoire, comme le souvenir des pieds brûlés de Jezzybella témoignant des blessures infligées par les parents de Stella, ou la marionnette ensorcelée des premières pages, dont l’origine est inexplicable si l’on tient compte de ces révélations…

Mais une fois encore, l’essentiel est que le roman plaise à sa cible première, les enfants, et la magie a opéré sur Hugo. Et on ne peut que se réjouir de lire une série portant de belles valeurs d’émancipation féminine, de courage, de solidarité et d’ouverture par-delà les stéréotypes.

Extrait:  » Stella devait admettre qu’ils formaient un étrange groupe. Ce n’était pas tous les jours qu’on voyait quatre explorateurs, quatre fées de jungle, une chasseuse, une apprentie sorcière, un chameau, un sac de grenouilles caoutchouteuses flap-flop, un tyrannosaure nain et un morse avec un casque colonial. »

Calpurnia et Travis, de Jacqueline Kelly (2009 pour l’édition originale en anglais, 2017 pour la traduction française)

« Les garçons étaient-ils tous aussi bêtes, ou bien était-ce l’apanage de ces frères dont la malchance m’avait affublée ? »

Calpurnia & Travis-couverture

Le premier tome de Calpurnia avait déjà tout pour devenir une pépite de notre trésor littéraire familial : un décor dépaysant nous faisant voyager dans le Texas du début du 20ème siècle, une héroïne attachante et très drôle, une ribambelle de frères aux mésaventures réjouissantes, un grand-père doté d’un art incroyable de communiquer la passion des sciences et un message résolument émancipateur. Cette lecture avait été un grand coup de cœur pour Hugo, semblant presque avoir été écrite sur mesure pour lui. Depuis tout petit, il fait preuve d’une créativité sans borne (et parfois un peu fatigante pour son entourage, il faut bien l’admettre) pour les expérimentations de toutes sortes. Et comme Travis, le petit frère de Calpurnia, il est l’ami des bêtes – de toutes ! – et rêve de pouvoir enfin en adopter une. Hugo était donc pleinement entré dans l’univers de Calpurnia et s’était délecté de chaque chapitre. Depuis, il réclamait avec insistance la suite…

Et nous n’avons pas été déçus par ce deuxième volet, tout à fait à la hauteur du premier. Nous y retrouvons Calpurnia à l’orée de l’année 1900, sa soif de découvertes et de liberté intactes. Intrigues familiales et scientifiques s’entremêlent joyeusement pour aiguiser la curiosité du lecteur : les expériences de Travis, qui ne recule devant aucun défi lorsqu’il s’agit de domestiquer les animaux les plus improbables, seront-elles toujours aussi désastreuses ? Les mentalités finiront-elles par évoluer pour comprendre tous les bienfaits de la science – et toute l’injustice de la condition féminine ? Quelles seront les conséquences du terrible ouragan qui ravage les côte du Texas ? La destinée d’un triton nommé Sir Isaac Newton peut-elle ne pas être extraordinaire ? Tout cela est captivant, et raconté avec beaucoup de vie et d’ironie par Calpurnia. Avec, en bonus, une citation de Darwin en tête de chaque chapitre !

Il ne nous reste plus qu’à espérer que l’histoire ne s’arrête pas là et que Jacqueline Kelly reprenne un jour la plume !

L’avis de Linda et de Pepita, c’est par ici !

Lu à voix haute en juin/juillet 2019 – L’école des loisirs, 18,50€

Extraits

« L’idée de recevoir de l’argent de quelqu’un qui m’avait autant donné me choquait. Il m’avait transmis une passion qui me comblait. Il m’avait ouvert les yeux sur le monde des livres, des idées et de la connaissance. Il m’avait fait découvrir la nature, la science. J’aurais pris une pièce de la main de n’importe qui mais pas de mon grand-père. »

« Travis essuya de nouvelles larmes.
– Pauvre Scruffy. Il voudrait juste faire partie d’une meute. Mais voilà : les chiens ne veulent pas de lui, les coyotes non plus, et les hommes veulent le noyer ou lui tirer dessus. En plus, il est orphelin et il a perdu tous ses frères et sœurs.– Pauvre Scruffy, dis-je à mon tour, en toute sincérité. »

L’île au trésor (BD adaptée du roman de Robert Louis Stevenson par Benjamin Bachelier et Aurélien d’Almedia, 2019)

l'île au trésor_couverture

L’île au trésor est sans aucun doute l’un de nos romans d’aventures préférés : l’histoire de Jim, le fils d’aubergistes qui embarque à bord d’une périlleuse expédition à la recherche du trésor d’un pirate mythique, nous a coupé le souffle. Et surtout, les personnages imaginés par Robert Louis Stevenson – Long John Silver au premier chef – nous ont intrigués, déconcertés, surpris, nous procurant un plaisir littéraire rare. Nous avons donc été ravis d’avoir l’occasion de nous replonger dans cette aventure grâce à cette adaptation en BD.

l-ile-au-tresor-extrait

Les deux auteurs sont restés très fidèles à la trame narrative du roman dont on retrouve les péripéties, extraordinaires jusqu’à la toute dernière page. J’ai beaucoup aimé le graphisme, les coups de crayon très expressifs et des gammes de couleurs rendant bien hommage à la végétation luxuriante de l’île, mais aussi à l’atmosphère angoissante qui règne, notamment pendant la nuit. La couverture, à la fois inquiétante et lumineuse (et même enluminée, ce qu’on ne voit pas sur la photo !), est particulièrement réussie.

Seul regret : si la chronologie est respectée, cette version condensée ne rend pas justice aux longues descriptions de la vie sur L’Hispaniola et de la topographie de l’île, aux états d’âme et aux doutes de Jim, et surtout aux personnages, dont l’ambivalence est si bien travaillée par Stevenson dans les 330 pages du roman. La lenteur de certains passages y contribue à faire monter l’angoisse et le suspense et ne rend les rebondissements que plus époustouflants. L’aventure semble ainsi plus lisse dans la BD. Je conseillerais donc de la découvrir seulement après avoir lu le roman, pour conserver un plaisir de lecture et des frissons intacts !

Lu en juin 2019 – Casterman, 14,95€