La belle équipée, de Sophie Vissière (Hélium, 2020)

Quel plaisir de fabriquer, bricoler, bidouiller ce dont on a besoin ! Je suis épatée par la créativité des enfants qui n’hésitent jamais à laisser libre-cours à leurs idées. Mais aussi par la façon dont ces créations sont sublimées par la magie de leur imagination : une voiture sculptée dans le sable les emmène à l’autre bout du monde, quelques galets sur la plage en font des chasseurs de pierres précieuses, une canne à pêche faite d’une branche et d’un peu de ficelle assure leur subsistance au cœur de la jungle… L’inverse est vrai aussi : il suffit parfois d’imaginer construire quelque chose de chouette pour s’amuser. Je garde ainsi un souvenir d’enfance émerveillé des livres Copains des bois et Copains des champs, véritables mines d’idées pour observer la nature, s’y orienter et s’y débrouiller. À vrai dire, je ne me souviens pas d’avoir mis en œuvre aucun de ces conseils, mais j’ai adoré les découvrir (visiblement, je ne suis pas la seule vu le prix auquel ces livres se revendent d’occasion…).

C’est précisément cet art du jeu et de l’imagination avec un grand « I » – celle qui change radicalement les perspectives et repousse l’horizon des possibles – que célèbre cet album de façon très originale – et sur 128 pages ! L’histoire est celle de trois copains désœuvrés : alors que le reste de la colo part faire du canoë, les voilà punis et confinés au centre de vacances. Heureusement, nos compères sont plein de ressources : pour ne pas être en reste, ils vont allier leurs forces pour organiser une belle équipée. Rassembler le matériel et les outils pour construire leur embarcation, un nécessaire de survie, une boussole et des provisions, le trio a du pain sur la planche…

La forme entre album d’aventures, manuel de bricolage et film est aussi originale que réjouissante, à commencer par la splendide couverture à la texture tissée. Réalisées au pochoir, les illustrations donnent à l’ensemble un charme vintage immense. Ces pages colorées restituent l’ennui, les idées qui fusent, les brouillons ratés et les tâtonnements, les difficultés et le bonheur du partage, la fierté du travail accompli : de quoi donner envie de retomber en enfance !

Cette belle équipée prend une dimension particulière dans le contexte actuel où nous pourrions nous retrouver de nouveau confinés entre quatre murs. Autant vous dire que nous gardons l’album précieusement sous la main pour pouvoir nous évader à loisir…

Lu en août 2020 – Hélium, 17,90€

Les Vous, de Davide Morosinotto (L’école des loisirs, 2020 pour l’édition française)

Les Vous_couv

Ils sont nombreux. Ils viennent d’ailleurs, mais n’ont nulle part où aller. Ils sont différents. Certains les craindront, les rejetteront. D’autres seront prêts à les écouter et à les accueillir…

On s’en rend compte très vite, l’arrivée de l’étrange peuple que forment les « Vous » dans un petit village du nord de l’Italie fait écho à d’autres histoires d’exil, de réfugiés et d’altérité. Tout commence par une succession de catastrophes : un immense rocher se détache et tombe dans le lac, déclenchant une vague anormale et une succession d’événements bizarres et même extraordinaires !

Davide Morosinotto connaît son affaire, il raconte habilement son histoire en multipliant les points de vue : nous avons Blue, intrépide collégienne aux yeux bleus comme le lac ; Tilly, sa meilleure amie ; Léa, une fille un peu étrange qui reste en marge des autres ; Cameron, le fils de l’ingénieure afro-américaine venue du Colorado pour rénover la centrale hydroélectrique ; et Agenore, le gardien du site. Chaque fil narratif s’interrompt toujours « au moment propice », comme dirait Hugo, nous laissant suspendus au récit. Ces perspectives sont aussi différentes, et même franchement décalées. Un décalage qui pourrait s’avérer dramatique…

La barre était placée très haut : Le célèbre catalogue Walker & Dawn et L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges sont peut-être nos romans préférés parmi l’immense pile parcourue ces dernières années. Les Vous se révèle vite différent puisqu’il n’y a pas de dimension historique ni de beaux documents d’archive intercalés dans le texte. Différent, donc, mais ce n’est pas ce qui explique que nous ayons été moins enthousiasmés que par les livres précédents de l’auteur. Nous avons eu le sentiment que certains fils narratifs n’apportent pas grand-chose à l’histoire, comme l’épopée de Tilly ou les affaires du conseil municipal qui sont simplement évoquées en passant. En revanche, on voudrait en savoir plus sur les Vous, leurs origines, leur société qui semble matriarcale mais sur laquelle on en saura finalement très peu. Nous nous sommes questionnés sur la cohérence de certains aspects. Par exemple, si les Vous communiquent avec les humains en prenant la voix de personnes de leur entourage, je me suis étonnée que les personnages reconnaissent par moments la voix d’un Vous particulier. Tout cela me donne l’impression que ce roman aurait eu besoin d’un « tour de vis » supplémentaire pour être vraiment super.

Cela dit, nous avons aimé la façon dont ce roman donne intelligemment à réfléchir à la crise des migrants, évidemment, mais aussi aux amitiés adolescentes et aux théories de la conspiration dont Morosinotto ne pouvait pas savoir qu’elles se nourriraient cette année de la crise actuelle. Nous sommes bien entrés dans ce roman que nous avons lu sans fléchir. Je pense qu’il plaira aux amateurs d’aventures et de surnaturel, et nous continuerons à suivre avec énormément de curiosité les parutions de cet auteur !

Lu à voix haute en mai 2020 – L’école des loisirs, 18€

Quelqu’un m’attend derrière la neige, de Timothée de Fombelle (Gallimard Jeunesse, 2019)

Quelqu'un m'attend derrière la neige_couv.jpg

Quelqu'un m'attend..._extrait.jpg

Une de ces nuits de Noël qui voit voltiger les flocons blancs. Pour les uns, cela évoque immédiatement des souvenirs heureux de moments de partage, de chaleur et de convivialité. Ce n’est pas le cas de Freddy. Plus seul que jamais, il s’apprête à passer la soirée à sillonner l’Europe du sud au nord dans son camion de livraison. Et pourtant, sa trajectoire semble inexorablement converger avec celle de deux autres êtres perdus dans le froid. Leurs trois destins seraient-ils entremêlés ?

 

Timothée de Fombelle est un grand conteur. Quelques mots, et le décor est planté, les personnages s’incarnent et l’histoire peut commencer. Elle n’est pas gaie. Le destin de Freddy, de Gloria et d’un mystérieux troisième personnage reflète en effet les maux les plus terribles de notre temps : la solitude et la précarité ; l’exil, sur de fragiles embarcations à l’épreuve de la Méditerranée ; les ombres qui s’agitent autour du tunnel de la Manche.

Quelqu'un m'attend_exil.jpg

Quelqu'un m'attend_hirondelles.jpgEt pourtant, ce petit conte de Noël est lumineux et chaleureux comme une belle rencontre. Il a la saveur des instants de partage qui donnent une saveur particulière à la moindre boîte de conserve réchauffée, dissipent les préjugés, font tomber les barrières, donnent du sens à la vie et de la force aux plus désespérés. Les mots donnent à penser, ouvrent le cœur et portent de belles valeurs d’humanité. Cette lecture est de celles qui font du bien. Peut-être, après tout, l’espoir a-t-il le contour d’une silhouette qui nous attend, derrière la neige, même si l’on n’y croit plus du tout. Ou encore la forme d’une petite hirondelle qui vole à contre-courant des siens.

Extraits

« Les hirondelles ne s’occupent pas non plus de ces petits êtres qui s’agitent en dessous d’elles : les hommes. Elles les voient se promener de continent en continent sans qu’ils puissent décoller du sol. Elles les regardent franchir le désert, en file indienne, s’enfoncer parfois dans le sable et disparaître. Et quand elles survolent les flots, elles les comptent par centaines, englués dans leur pesanteur, traversant la mer blanche sur un bouchon de bois.
La plupart des hirondelles ne connaissent rien d’autre de l’humanité, de ses tragédies et de sa beauté, que ces silhouettes minuscules tout en bas qui se croient grandes sur la terre mais ne dépassent pas le plus petit de leurs arbres. »

« Freddy avait compté. Cela ferait bientôt cent jours que personnes ne lui avait vraiment adressé la parole. »

« Gloria se savait différente, un peu en marge de son espèce, mais elle n’échappait pas à ces commandements intérieurs, inexplicables, qui dirigent la vie des oiseaux. Elle vivait l’instinct comme un esclavage alors que la plupart des autres hirondelles y voyaient un grand repos pour l’esprit. Cependant, l’appel qui l’invitait vers le nord ce matin de décembre n’était pas du même genre. Ce n’était pas seulement l’instinct des migrateurs. Elle sentait que cet appel était lancé à elle seule, à sa liberté. »

Lu à voix haute en décembre 2019 – Gallimard Jeunesse, 12,90€

Toni, de Philip Waechter (Rue de Sèvres, 2019)

Toni_couv.jpg

Toni_extrait 1.jpgQuel gamin n’a-t-il pas rêvé de posséder enfin [tel objet] indispensable, agrémenté des gadgets les plus astucieux et d’un design dernier cri ? Il faut dire que les publicitaires ne renoncent à rien pour vendre du rêve aux enfants et faire céder cette cible facile aux sirènes du consumérisme… Toni, lui, désespère de porter un jour des chaussures de football clignotantes du légendaire joueur Renato Flash. Mais voilà, non seulement sa mère ignore tout de Renato Flash, mais elle s’obstine à prôner des valeurs anti-consuméristes, allant même jusqu’à envisager de fêter Noël sans cadeaux ! Toni décide donc de prendre les choses en main et de gagner lui-même de quoi acheter ses chaussures. Et il ne manque pas d’idées et de ressources pour en venir à ses fins !

Toni_extrait 2.jpg

L’auteur-illustrateur Philip Waechter est déjà très connu en Allemagne, notamment pour ses jolis albums jeunesse dont plusieurs ont été traduits en français (Nos grandes vacances (sous une petite tente), Papa pas à pas, À deux, c’est tellement mieux…). Il se lance ici avec bonheur dans la bande-dessinée avec un album au charme enfantin. Amusant, agréable, facile à lire grâce au chapitrage court qui dynamise le récit, il ravira tous les enfants qui retrouveront sans aucun doute des situations qui leur sont familières. Le trait est tendre et plein de vie, dans la droite ligne des dessins de Sempé – même si j’ai été déroutée par le choix de placer chaque chapitre sous le signe d’une couleur particulière. Les personnages sont attachants : difficile de résister à la gentille obstination de Toni, à l’énergie de sa troupe de copains indéfectibles ; à la mère aussi, qui sait si bien faire grandir son fils avec bienveillance.

On rigole de bon cœur des distractions et des embûches qui compliquent le projet de Toni – comme lorsqu’il tergiverse douloureusement à l’idée de vendre son vieux camion au marché aux puces… Mais au-delà des petites blagues, les péripéties de Toni entrent en résonance avec des questions bien de notre temps, pointant les dérives du consumérisme, la valeur des liens amicaux et familiaux. Mais aussi celle de l’effort et du travail, un thème finalement peu traité dans l’album contemporain. Cette BD est aussi un bel hommage à l’enfance en Allemagne, où les horaires d’école laissent énormément de temps libre et de latitude pour donner libre cours à sa créativité entre copains… Tous ces thèmes ont énormément parlé à Antoine et Hugo qui se sont délectés de cette lecture.

Une chouette BD à la fois légère et sérieuse, incontournable à l’approche de la période de Noël. Une grande réussite qui méritait amplement sa place dans la shortlist du plus grand prix allemand de littérature jeunesse !

Lu en octobre 2019 – Rue de Sèvres, 12€

Les amoureux, de Victor Hussenot (La Joix de Lire, 2019)

Les amoureux_couverture.jpg

Ce week-end, j’ai pris beaucoup de plaisir à me laisser entraîner hors des sentiers battus par Victor Hussenot. Ses graphismes sont reconnaissables entre mille ; ils réinventent le support de la bande-dessinée en en bousculant malicieusement les codes à tous les niveaux – en s’affranchissant du texte, en faisant voler en éclat les sempiternelles cases, en proposant un dessin minimaliste au stylo bille, en entremêlant la forme et le fond…

Amoureux_extrait 1.jpg

C’est tout ce qui fait le charme et le sel de la vie amoureuse qui est évoqué ici, à hauteur d’enfant, à partir du principe simple qui a déjà fait le succès des albums précédents de l’auteur : deux personnages à peine esquissés, l’une rouge, l’autre bleu, dont les lignes se touchent, s’entremêlent, s’entrechoquent, évoluent de façon parallèle, divergent pour mieux se retrouver. Le décor est réduit à sa plus simple expression, façonné avant tout par l’imagination des deux protagonistes – mais après tout : cette histoire n’est-elle pas universelle ? Avec la force des métaphores, les péripéties des amoureux restituent le partage des moments heureux et difficiles, la force de l’entraide, le bonheur procuré par les instants de complicité, la force de la relation face aux épreuves, l’envie de se lancer à deux dans des aventures un peu folles, d’inventer des rêves communs, de construire ensemble, mais aussi le besoin que peuvent avoir les amoureux les plus éperdus de ménager leur individualité…

Amoureux_extrait 2.jpg

L’espièglerie et la joie de vivre des deux amoureux sont très communicatives. Ces personnages, et d’ailleurs plus largement cette façon unique de dessiner qu’invente Victor Hussenot, sont une ode à la créativité et à la liberté qui donne envie de croquer la vie à pleines dent !

Amoureux_extrait 3.jpg

Un concentré de poésie à offrir, évidemment, aux amoureux de votre entourage. Mais aussi aux enfants qui se posent des questions sur l’amour. Et surtout à tous ceux qui aiment s’évader dans des dessins gribouillés au stylo bille dont ils sous-estiment peut-être les potentialités !

Amoureux-extrait 4.jpg

Un grand merci à Bouma de m’avoir fait découvrir le travail de Victor Hussenot, et à l’éditeur de m’avoir permis de lire Les amoureux !

Lu en octobre 2019 – La Joie de Lire, 15,90€

C’est mon arbre, d’Olivier Tallec (L’École des loisirs – Pastel, 2019)

1559906182.png

Dans une belle forêt aux couleurs d’automne, un petit écureuil affirme sa propriété. Ces pommes de pin, cet arbre auxquels il tient tant – ce sont les siens ! Ils sont à lui, et seulement à lui. Mais comment se prémunir des intrus qui n’auraient pas saisi qu’il s’agit de sa propriété privée ?

C'est mon arbre_extrait 1.jpg

Voici un album plein d’humour et de sagesse qui évoque une problématique chère à tous les enfants : la difficulté à partager ce qui nous appartient. Les premières pages feront sans doute vibrer une fibre chez ceux qui savourent leur chez-soi et aiment affirmer leur propriété. Les enfants adorent voir des personnages de livre faire ce qu’eux-mêmes ne peuvent pas s’autoriser ! Mais très vite, il devient impossible de ne pas rire des excès de notre petit propriétaire, rongé par les craintes et la paranoïa. Les mesures outrancières qu’il prend l’entraînent vers une pente douteuse, avec une issue presque paradoxale. La forêt ne serait-elle pas précisément plus belle au-delà de la frontière âprement établie ?

L’ironie du texte et des illustrations est irrésistible – voyez plutôt notre propriétaire manier avec amour sa tondeuse à gazon sur la couverture ! Ils font de cet album une lecture à voix haute hilarante, donnant envie de mimer, pour le plus grand bonheur des enfants, les grimaces expressives du malheureux écureuil – tour à tour satisfait de s’être approprié un si bel arbre, inquiet, révolté, déterminé, puis repris par le doute…

C'est mon arbre_extrait 2.jpg

Au-delà d’une préoccupation enfantine universelle, ce petit écureuil tourmenté par l’entretien minutieux et la défense de son pré carré fait écho à notre société où l’être et l’avoir tendent souvent à se confondre. Aux peurs irrationnelles et aux réponses tout aussi saugrenues qu’elles suscitent. Aux dérives engendrées par la manie aussi fâcheuse qu’absurde des hommes de vouloir s’approprier les biens communs. Avec Antoine, 10 ans, cette lecture a provoqué une discussion sur le mur d’un certain Donald T…

Un concentré de fantaisie et de sagesse à mettre entre toutes les petites mains !

Je savais avant même d’ouvrir ce livre que ce serait une lecture à partager avec les lectrices d‘À l’ombre du grand arbre, pour qui l’arbre est un lieu ouvert, de rencontre et de partage. Je n’ai donc pas été étonnée de voir que Pepita l’avait lu dès sa parution ! Son avis est par ici

Lu à voix haute en septembre 2019 – Pastel (L’école des loisirs), 12,50€