Surf, de Frédéric Boudet (Éditions MeMo, Grande Polynie, 2019)

La vie, c’est parfois comme une vague, une déferlante qui peut prendre de court, désarçonner, emmener loin celui qui se risque à se laisser glisser, bousculer ou encore malmener qui ne parvient pas à l’apprivoiser… Mais surfer sur la vague requiert un équilibre savant. L’âge charnière qu’est l’adolescence est peut-être celui où l’exercice est le plus périlleux : l’envie de s’élancer, de créer et d’explorer les océans du monde cohabite alors souvent avec des questionnements existentiels, l’aspiration à faire table-rase et la peur d’échouer…

Surf_couverture.jpg

Voilà ce dont nous parle ce roman inclassable qui paraît aujourd’hui. L’histoire est celle d’Adam qui espère, depuis des années, des nouvelles de son anthropologue de père, évaporé quand il n’avait que 8 ans. Cet abandon incompréhensible les a laissés, lui et sa mère, complètement désemparés, silencieux, figés, encore des années plus tard, dans un passé à la fois idéalisé et dont l’évocation reste terriblement douloureuse.

« Depuis sa disparition, onze ans auparavant, il ne m’avait jamais donné aucune nouvelle. Je n’avais rien oublié. Je me souvenais de lui comme s’il était parti hier. »

Le récit s’amorce alors qu’Adam vient, enfin, de recevoir une lettre lui annonçant la mort de son père, assortie des courriers que ce dernier ne lui avait jamais envoyés. Moins qu’une élucidation des circonstances de l’abandon brutal, qu’on souhaiterait pourtant avec autant de force qu’Adam, le roman montre comment il parvient à puiser dans ces courriers et dans son entourage la force d’admettre sa situation, d’aller de l’avant avant que sa propre vague ne se fracasse sur le rivage brestois. Jack, son ami d’enfance tourmenté par ses propres questionnements métaphysiques, l’incandescente Aeka et la tendre Katel lui font progressivement comprendre, chacun à sa manière, qu’il est temps de rompre les amarres avec un passé obsédant, de cesser de dériver au gré des courants, et de commencer à embrasser une vie dont il pressent déjà toutes les potentialités.

Le roman n’hésite pas à aborder de front les tourments métaphysiques de ceux qui se risquent sur la crête vertigineuse de la vague et a donc un côté très sombre… mais le message est résolument optimiste et émancipateur.

« Jack était juste un génie précoce. Un géant abandonné sur les rives d’une civilisation où il valait mieux devenir comptable, ou employé au CHU, que prophète ou artiste incendié de l’intérieur. Tant pis pour vous si votre ADN flirtait avec celui des shamans. En Mongolie ou en Sibérie, à une autre époque, il aurait commandé au tonnerre et à la foudre et serait devenu le guide spirituel d’une coalition de tribus. »

Ce texte très littéraire, fourmillant de références, prend les adolescents au sérieux. Les métaphores sont puissantes – qu’il s’agisse de la ville de Brest, de l’océan ou du thème récurrent de l’Odyssée – et les dialogues vertigineux. Le rythme est lent, non-linéaire, sinuant au gré de l’incursion des souvenirs et des spirales de pensées inspirées par la déambulation d’Adam à travers Brest. J’ai à plusieurs reprises été un peu déroutée par cette forme un peu échevelée du récit et par l’ambiguïté de certaines scènes dont je n’ai pas su dire si elles relevaient du récit, de l’imagination du protagoniste ou d’une métaphore filée. Je n’en ai pas moins pris beaucoup de plaisir à découvrir la belle plume de Frédéric Boudet et à voir sous mes yeux Adam se lancer à la conquête des vagues de sa vie. On sort de cette lecture avec l’envie de croquer la vie à pleines dents, et de créer…

« Me perdre en Patagonie. Des glaciers accrochés aux sommets des montagnes, des kilomètres de désert de broussailles des fleuves aux eaux vertes, des villages désolés, des hors-la-loi à la nationalité douteuse, la main sur le couteau, deux océans qui se jettent violemment l’un contre l’autre, ça fait envie, non ? »

Un immense merci à Chloé Mary, aux éditions MeMo et à l’auteur de m’avoir permis de découvrir ce texte en avant-première !

L’île au trésor (BD adaptée du roman de Robert Louis Stevenson par Benjamin Bachelier et Aurélien d’Almedia, 2019)

l'île au trésor_couverture

L’île au trésor est sans aucun doute l’un de nos romans d’aventures préférés : l’histoire de Jim, le fils d’aubergistes qui embarque à bord d’une périlleuse expédition à la recherche du trésor d’un pirate mythique, nous a coupé le souffle. Et surtout, les personnages imaginés par Robert Louis Stevenson – Long John Silver au premier chef – nous ont intrigués, déconcertés, surpris, nous procurant un plaisir littéraire rare. Nous avons donc été ravis d’avoir l’occasion de nous replonger dans cette aventure grâce à cette adaptation en BD.

l-ile-au-tresor-extrait

Les deux auteurs sont restés très fidèles à la trame narrative du roman dont on retrouve les péripéties, extraordinaires jusqu’à la toute dernière page. J’ai beaucoup aimé le graphisme, les coups de crayon très expressifs et des gammes de couleurs rendant bien hommage à la végétation luxuriante de l’île, mais aussi à l’atmosphère angoissante qui règne, notamment pendant la nuit. La couverture, à la fois inquiétante et lumineuse (et même enluminée, ce qu’on ne voit pas sur la photo !), est particulièrement réussie.

Seul regret : si la chronologie est respectée, cette version condensée ne rend pas justice aux longues descriptions de la vie sur L’Hispaniola et de la topographie de l’île, aux états d’âme et aux doutes de Jim, et surtout aux personnages, dont l’ambivalence est si bien travaillée par Stevenson dans les 330 pages du roman. La lenteur de certains passages y contribue à faire monter l’angoisse et le suspense et ne rend les rebondissements que plus époustouflants. L’aventure semble ainsi plus lisse dans la BD. Je conseillerais donc de la découvrir seulement après avoir lu le roman, pour conserver un plaisir de lecture et des frissons intacts !

Lu en juin 2019 – Casterman, 14,95€

D’ici, je vois la mer (de Joanne Schwartz et Sydney Smith, 2019)

« Je pense à la mer, je pense à mon père. »

d'ici, je vois la mer_couverture.JPG

Dès la couverture, le contraste entre ombre et lumière nous coupe presque le souffle. Et au fil des pages, comme nous découvrons le quotidien de cette famille de mineurs des années 1950, on reste estomaqué par le choc entre l’océan scintillant de lumière, s’étendant à perte de vue et la noirceur de la mine, sous la mer, qui défigure la côte et semble écraser les ouvriers.

d'ici, je vois la mer_extrait mer.jpg

d'ici, je vois la mer_extrait mine.jpg

C’est un petit garçon qui nous raconte cette vie, partagée entre la beauté de la mer, qu’il ne se lasse pas de contempler, de scruter, de côtoyer et de respirer, et les pensées lancinantes pour son père qui creuse à longueur de journée pour trouver du charbon. Pour son grand-père, aussi, qui exerçait déjà le même métier. Le contraste est, une fois encore, implacable entre l’horizon infini de l’océan et le fatalisme de ce jeune garçon : « Un jour, ce sera mon tour. Je suis fils de mineur. Dans ma ville, c’est comme ça. »

Le texte est très beau, tout en retenue. Porté par des illustrations pleines de sensibilité, il évoque avec subtilité la centralité de la mine et sa prise sur la vie des habitants, heure après heure, génération après génération. La note finale de l’auteur permet d’en savoir plus sur la vie dans les villages miniers. Un album émouvant, qui donne à réfléchir.

Ce livre a beaucoup intéressé, et même impressionné mes garçons qui ont réalisé qu’au début du 20ème siècle, l’aîné aurait déjà eu l’âge de descendre dans la mine… Un grand merci à ma mère de nous avoir permis de découvrir ce bel album ! L’occasion pour nous d’évoquer l’histoire des mines du Pas-de-Calais qui est aussi l’un des fils de notre histoire familiale.

Lu à voix haute en juin 2019 – Didier Jeunesse, 16€