La carte postale, d’Anne Berest (Grasset, 2021)

L’intrigue nouée autour d’une mystérieuse carte reçue par Lélia, la mère de la narratrice a piqué ma curiosité : qui lui enverrait, sans aucune explication, les prénoms de ses ancêtres déportés plus de soixante ans plus tôt ? Des années plus tard, devenue mère à son tour, la narratrice ressent le besoin de sonder cette histoire familiale.... Lire la Suite →

Souviens-toi de septembre ! de Marie-Aude et Lorris Murail (L’école des loisirs, 2021)

Nous avions adoré Angie !, nous nous sommes RÉGALÉS avec ce deuxième tome. Quel bonheur de retrouver ces personnages qu’on a l’impression de connaître ! À commencer par la fine équipe formée par Augustin, Angie et l’épatante Capitaine, et tous les autres personnages dont nous serions bien en peine de désigner notre favori. Retrouvailles ravies, également avec... Lire la Suite →

La vie aux aguets, de William Boyd (Éditions du Seuil, 2007 pour la traduction française)

« Je m’en rends compte maintenant : elle a toujours redouté qu’on vienne la tuer. Et elle n’avait pas tort. » Paranoïa, folie, ou précautions légitimes ? De quoi la mère de Ruth a-t-elle peur ? Le temps des révélations est peut-être venu, exhumant un passé insoupçonné remontant aux années 1930. Des péripéties sidérantes de nature à vous faire douter... Lire la Suite →

J’ai vu un magnifique oiseau, de Michal Skibiński, illustrations de Ala Bankroft (Albin Michel Jeunesse, 2020)

La collision entre l’enfance et l’horreur insondable de la guerre nous a laissés silencieux et abasourdis. Elle est d’autant plus poignante que Michal Skibiński s’en tient à l’essentiel, comme les enfants de huit ans savent si bien le faire. « J’attends la venue de Maman. » En cet été 1939, en Pologne, le garçon s’acquitte de son... Lire la Suite →

Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle, de Rohan O’Grady (Monsieur Toussaint Louverture, 1963 pour l’édition originale en anglais, 2019 pour l’édition en français)

La petite île semble charmante, avec ses plages, ses cottages, ses chèvres, ses vieilles dames distinguées et ses pêcheurs de saumons. Et pourtant, elle est maudite : des 33 hommes qui l’ont quittée pour combattre lors des deux guerres mondiales, seul un est revenu – avec sur ses épaules tout le poids de la culpabilité d’être... Lire la Suite →

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑