La seizième clé, de Éric Sénabre (Didier Jeunesse, 2020)

Pays de Galles, 1913. Oswald règne en maître sur le manoir de Hemyock, décor cossu où une armée de domestiques dévoués le dorlote, lui laissant toute latitude pour s’adonner à sa passion : la poésie. Une existence comblée ? L’adolescent n’est jamais sorti de Hemyock – il faut dire que le manoir est si immense et labyrinthique qu’il n’en connaît même pas les limites. Mais à l’approche de son seizième anniversaire, Oswald a parfois des fulgurances troublantes, l’intuition que quelque chose ne tourne pas rond. Et voilà que surgit une jeune fille qui l’exhorte à fuir avec elle…

« Plus d’une fois, j’ai tenté de m’aventurer à travers le rideau d’arbres qui délimite la propriété, en m’aidant d’une boussole. À chaque fois, la boussole devenait comme folle et je me retrouvais soit à mon point de départ, soit ailleurs, mais toujours à l’intérieur de la limite. J’ai fini par renoncer, en me disant que la solution, je la trouverais dans le manoir. »

Hugo et moi venons de découvrir à voix haute ce roman qu’Antoine avait déjà lu seul à Noël. J’ai été surprise de voir que les garçons ne décrochaient pas face à cet univers profondément déstabilisant qui fait perdre tout repère et qui s’adresse manifestement à des lecteurs plus âgés, capables de suivre des raisonnements einsteiniens remettant en question nos conceptions les plus élémentaires de la causalité. Les deux fugitifs déambulent en effet dans un monde où le temps et l’espace ne sont plus donnés, mais malléables. Où des couloirs rectilignes tournent en rond et le présent façonne le passé. Où une infinité de réalités alternatives coexistent, se dissocient pour mieux se recomposer.

Nous avons apprécié la mise en place et l’originalité de l’intrigue, notamment l’énigme du manoir, les références à la poésie et la réflexion philosophique sur la liberté et l’éthique. Assez vite, pourtant, j’ai trouvé que le tâtonnement continuel dans un cadre qui ne révèle ses contours qu’à la toute fin fait retomber la tension narrative. De ce point de vue, ce roman me semble en-deçà de Sublutetia ou Le dernier songe de Lord Scriven. Un avis qui n’est pas partagé par Antoine qui vient de lire cette chronique par-dessus mon épaule et qui insiste pour que je précise que pour sa part, il a beaucoup aimé !

Extrait: « Rien ne lui avait jamais été formellement interdit à Hemyock ; avec l’âge, cependant, il avait compris que M. Aubrey – et sans doute le Directeur, quel qu’il fût – avait de tout temps placé des barrières invisibles autour de lui ; des barrières qui ne disaient pas leur nom. »

Lu en octobre 2020 – Didier Jeunesse, 15€

La tribu des Zippoli, de David Nel.lo (Actes Sud Junior, 2019)

La tribu des Zippoli_couv

Ah, le monde des livres, ses passionnés de littérature, ses bibliothèques aux rayonnages débordant de toutes sortes de bouquins et grimoires ! Une bulle d’évasion, un petit paradis pour les mordus de lecture ; un univers impressionnant, voire imperméable pour d’autres. Et pourtant, on pourrait faire l’hypothèse qu’il existe quelque part, pour chacun(e), les plus récalcitrants compris, LE livre qui lui ira droit au cœur et saura éveiller le plaisir de lire… On parie ?

Hugo et moi n’avons fait qu’une bouchée de ce livre à voix haute. L’intrigue se noue rapidement lorsque Guillem, le seul de sa famille à ne pas aimer lire, est sommé de choisir un « livre sans images ». Il jette son dévolu sur un volume plein de poussière, sans se douter un instant de la surprise qui l’attend, dès les premières lignes…

« En lisant les premières pages du livre, il fut frappé de stupeur : ‘Bienvenue dans la tribu des Zippoli, Guillem. Tu as mis très longtemps à nous découvrir, mais ne sommes pas fâchés…’ Le livre manqua de lui tomber des mains. D’un geste brusque, Guillem le referma et respira profondément. Ensuite, il se mit à réfléchir : c’était peut-être une coïncidence. Il y avait beaucoup de Guillem dans le monde, non ? »

Les questions se bousculent et nous tiennent en haleine chapitre après chapitre : quel est ce livre et quel lien a-t-il avec Guillem ? Comment est-il arrivé là ? Cela pourrait-il avoir à faire avec la bibliothécaire qui a décidément de airs de sorcière ? Sans parler de l’histoire dans l’histoire qui nous emporte dans un monde imaginaire surprenant aux contours mouvants !

Voilà un petit roman imaginatif, tendre et inspirant, à mettre entre les mains des enfants dès l’école primaire. Certes, nous avons refermé ce livre avec le sentiment qu’il y aurait eu largement matière à étoffer, à creuser et à prolonger, tant l’idée principale est riche et certains fils secondaires peu développés. Mais nous n’en avons pas moins apprécié la plume vive de David Nel.lo et la subtilité avec laquelle il célèbre tout à la fois le plaisir de découvrir la magie de la littérature, la liberté de lire à sa manière et les moments de partage autour d’un livre.

Lu à voix haute en juin 2020 – Actes Sur Junior, 13,80€

L’étymologie avec Pico Bogue, de Dominique Roques et Alexis Dormal (Dargaud, deux volumes parus en 2018 et 2019)

Les enfants adorent les mots de toutes sortes – ceux qui sont nouveaux et qu’ils cherchent à caser à tout prix dans la conversation juste pour le plaisir, ceux qui sont particulièrement longs ou biscornus, ceux qui riment, qui sont passés de mode, les « gros » mots, le verlan et les néologismes… L’idée de Dominique Roques et Alexis Dormal est donc géniale : nous faire découvrir le sens et l’étymologie des mots les plus variés, à travers de courtes scènes de la vie quotidienne de Pico Bogue et sa sœur Ana Ana.

Pico Bogue_1

En une à quelques pages, ces épatants mouflets révèlent l’origine et les liens de parenté des mots, nous faisant prendre conscience de la façon surprenante dont leur sens évolue. Saviez-vous par exemple que le mot « mot » vient de l’onomatopée « mu » qui a, plus tard, donné le mot latin « muttum » ? Que les mots « aiguilles », « âcres », « acier » et « acerbe » ont la même origine ? De même que dicter et dictateur ? Ou que « coquelicot » vient de l’onomatopée du cri du coq, dont la crête partage la même couleur ? Qu’étymologiquement, discours signifie une course en tous sens ?

Pico Bogue_2

Pour être franche, j’ai hésité à proposer cette BD à Antoine et Hugo après l’avoir rapidement feuilletée, craignant que le propos ne soit trop pédagogique pour les séduire. Le retour enthousiaste de mon amie Colette m’a finalement convaincue de la découvrir ensemble. Force est de constater que nous aurions eu tort de nous en priver !

Les garçons ont tout simplement adoré. La mise en scène pleine de malice les a beaucoup amusés, par exemple grâce aux running gags qui montrent un Charlie récalcitrant, réquisitionné par son ami Pico pour illustrer des mots à grand renfort de mimes et déguisements auxquels il ne s’identifie pas franchement. Les dessins, avec leur charme enfantin et leur humour espiègle, ne sont pas en reste. Mais surtout, les saynètes montrent très bien les atouts que l’on peut retirer d’une fine connaissance de la langue en termes de répartie et de négociation. Un enseignement qui n’est pas tombé dans l’oreille de sourds…

Pico Bogue_3

Pico Bogue_4

Le volume 1 couvrait les lettres A et B, le 2 les lettres C, D et E (avec, mystérieusement, « zizi » en fin de volume). Encore beaucoup de gags et de révélations en perspective !

Pour les amoureux de la langue et, plus généralement, toutes celles et ceux qui aiment rire !

Lu et relu depuis février 2020 – Dargaud, 15€ par volume