Tobie Lolness, Tome 1, de Timothée de Fombelle (Gallimard Jeunesse, 2006)

Tobie Lolness_couv

Tout un monde, ce livre que nous venons de refermer après deux semaines délicieuses de lecture à voix haute… Un univers touffu, densément peuplé, dont les ramifications s’entrelacent sans jamais s’emmêler. Un arbre généalogique dont les racines s’enfoncent profondément dans le passé. Un macrocosme segmenté, des Cimes ensoleillées et convoitées, aux Basses branches humides et sauvages, en passant un écheveau de rameaux réservant mille surprises. Un écosystème fragile, menacé par le productivisme, la cupidité, les obscurantismes et les populismes…

Tout cela se cristallise dans l’aventure incroyable de Tobie, un millimètre et demi de clairvoyance, de courage et de débrouillardise. Pourquoi ce petit fils d’une riche propriétaire des Cimes fait-il l’objet d’une traque impitoyable ? Combien de temps survivra-t-il dans cette jungle semée d’embûches et de prédateurs terrifiants ? Sur qui peut-t-il vraiment compter ?

Les mots ne seront sans doute pas à la hauteur pour dire à quel point nous avons aimé ce roman.

De sa plume incroyable, Timothée de Fombelle nous a cueillis sans ambages, nous précipitant dans un tourbillon d’aventures avec un grand « A ». L’intrigue est parfaitement construite pour nous tenir en haleine, livrés tous crus aux spirales entre présent et passé qui se resserrent lentement mais sûrement autour de nous au fil des chapitres… nous laissant frémissants d’impatience de nous jeter sur le deuxième tome.

L’écriture est sensuelle, imagée, belle à couper le souffle. Les personnages sont parfaitement campés, dans leurs dilemmes, leurs choix et leurs contradictions – incarnations subtiles de la façon dont les périodes de tourmente politique peuvent tordre les cheminements individuels… La profondeur du propos est vertigineuse : cette histoire d’arbre éclaire notre monde avec la force des métaphores, que l’on pense au changement climatique, aux clivages sociaux, aux autoritarismes, aux frontières ou encore aux dérives de la science. Un propos, dont l’actualité n’a malheureusement jamais été plus brûlante, une quinzaine d’années après sa parution, mais qui est traité ici de façon lumineuse et porteuse d’espoir, en forme d’invitation à prendre de la hauteur et d’hymne à la vie.

Un trésor à découvrir absolument, lové dans un bel arbre. Pour l’évasion, le souffle épique et une sensation grisante de liberté.

Les avis de Linda, Pépita et Sophie sont aussi enthousiastes que le mien ! Et si vous aimez Tobie Lolness, n’hésitez pas à découvrir Les Minuscules, de Roald Dahl, une autre histoire de peuple miniature vivant dans les arbres…

Extraits

« Dans l’arbre, les voyages se vivaient toujours comme des aventures. On circulait de branche en branche, à pied, sur des chemins très peu tracés, au risque de s’égarer sur des voies en impasse ou de glisser dans les pentes. À l’automne, il fallait éviter de traverser les feuilles, ces grands plateaux bruns, qui, en tombant, risquaient d’emporter les voyageurs vers l’inconnu.
De toute façon, les candidats au voyage étaient rares. Les gens restaient souvent leur vie entière sur la branche où ils étaient nés. Ils y trouvaient un métier, des amis… De là venait l’expression ‘vieille branche’ pour un ami de longue date. On se mariait avec quelqu’un d’une branche voisine, ou de la région. Si bien que le mariage d’une fille des Cimes avec un garçon des Rameaux, par exemple, représentait un événement très rare, assez mal vu par les familles. C’était exactement ce qui était arrivé aux parents de Tobie. Personne n’avait encouragé leur histoire d’amour. Il valait mieux épouser dans son coin. »

« La largeur de la toile du vêtement était à la mesure de l’âge. Les petits enfants vivaient tous nus, puis on leur mettait autour de la taille une petite bande de lin, on les appelait alors Brin de Lin, et chaque année, on retissait quelques nouvelles rangées. On disait d’une jeune fille « elle a peu de lin », et d’un vieillard, « il porte sur lui un champ de lin blanc ». À quinze ans, le vêtement couvrait depuis les cuisses jusqu’à la poitrine. À la fin de la vie, une dernière rangée de tissu transformait la robe en linceul. »

Émerveillements, de Sandrine Kao (Grasset Jeunesse, 2019)

Émerveillements_couv

Émerveillements_extrait 1Si je devais résumer cet album en un mot, ce serait « douceur ». Douceur de la couverture que l’on effleure des doigts. Douceur du trait japonisant et des teintes distillées, page après page – case après case faudrait-il dire pour rendre justice au beau travail de composition. Douceur du message murmuré par ces saynètes qui nous imprègnent imperceptiblement d’une certitude : les graines semées peuvent mettre du temps à germer, nous plongeant dans la perplexité et le doute, mais c’est précisément de ces flottements et de ces tâtonnements que peuvent naître les plus belles idées… Cette conviction infuse, comme nous suivons les expérience d’une petite créature blanche qui semble s’éveiller après un long hiver et découvrir le monde pour la première fois : ses merveilles, ses saveurs douces et amères, ses amitiés, ses jeux et ses réconforts.

Émerveillements_extrait 2

Je vois là l’une des leçons de vie qui me tiennent peut-être le plus à cœur quand je pense à ce que j’ai envie de transmettre à mes enfants : les essais, les hésitations, les détours et même les erreurs ne sont pas vains, mais sont tout autant d’opportunités de comprendre, de grandir et de se laisser surprendre.

Cela dit, pour être très franche, j’ai douté en découvrant l’album. Mes garçons, véritables petits tourbillons de vie et d’enthousiasme, versent plus dans les intrigues riches de péripéties, celles qui vous tiennent en haleine et vous donneraient envie de pouvoir tourner les pages plus vite, que dans l’art de la contemplation. Se laisseraient-ils séduire par cet univers zen fait de paysages plongés dans le calme, d’infimes motifs d’émerveillement (un oiseau, un flocon de neige, un pétale) et d’imperceptibles développements nous rappelant que le soleil et les saisons poursuivent leur ronde rassurante ? Par cette histoire au fil narratif subtil, esquissé presque en filigrane ?

Et bien oui, ils ont aimé. Mais en toute franchise, je dois dire que nous n’en avons peut-être pas fait la lecture la plus intuitive. Ils ont été d’abord extrêmement intrigués et amusés par l’énigmatique mignonnerie du petit protagoniste – lapin, chien, pokémon ou… patate, les élucubrations ont fusé dans la bonne humeur ! Elles sont de nouveau allées bon train quelques pages plus tard, lorsque surgit de terre une deuxième bestiole (qui ferait peut-être penser à une taupe ?). Les initiatives du protagoniste pour faire pousser plus vite la plante qu’il a semée et les idées lumineuses que lui inspire la succession de situations ont réjoui tout le monde, avec de grands éclats de rire en découvrant une partie de pétanque improvisée (il a alors fallu vérifier précisément qui avait gagné…) ou une course de courges (oui, vous avez bien lu, tout s’explique en lisant l’histoire…). Résultat : l’hilarité était telle que les dernières pages, en forme d’hommage au rêve, à la méditation et à l’exploration de l’inconnu n’ont pas vraiment ramené le calme !

Émerveillements_extrait 3

J’adore me faire prendre de court par une lecture. Et si celle-ci ne se voulait probablement pas un album à haut potentiel comique, elle irradie des ondes positives qui ne se refusent pas en cette fin d’hiver et qui nous inviteront, je n’en doute pas, à nous émerveiller plus calmement de ces pages pleines de sagesse et de poésie.

L’avis de Pépita, de Hashtagcéline et de Nadège

Émerveillements_extrait 4

Lu à voix haute en février 2020 – Grasset Jeunesse, 18,90€

La balade de Koïshi, de Agnès Domergue, illustré par Cécile Hudrisier (Grasset Jeunesse, 2019)

La balade de Koïshi_couv

Voilà un album singulier qui a de quoi fasciner ses lecteurs ! Il tient dans la main, mais ses pages se déplient comme un accordéon, déroulant sous nos yeux le chemin parcouru par Koïshi le long de cette « balade ». Nous voyons, donc, ce petit bonhomme, né d’une rizière, faire de premiers pas hésitants, s’émerveiller de découvrir le monde, gagner en assurance et continuer d’aller de l’avant, traversant les saisons comme autant de métaphores des âges de la vie, évitant les écueils, surmontant les obstacles, savourant les rencontres, prenant des pauses pour mieux repartir, mûrissant, puis s’étiolant à mesure que le temps s’écoule…

Koïshi_extrait 1

Disons-le d’emblée, l’intrigue n’est pas de celles qui vous font frémir d’impatience de connaître le fin mot de l’histoire – ce n’est pas du tout le genre de cet album. Mais il y a quelque chose d’envoutant à regarder cette balade se déplier, grâce au format du leporello qui met en relief l’ampleur du chemin parcouru. Un parcours si long que ma nièce de sept ans et moi nous sommes demandé avec une curiosité joyeuse si le salon allait suffire pour le déployer… Une balade qui peut sembler interminable, mais qui est finalement vite parcourue, ça vous rappelle quelque chose ? Dans le mille, c’est bien de la vie que nous parle cet album. Je le disais récemment à propos d’un autre livre : difficile pour les enfants de prendre conscience de ce qu’est une vie, de saisir qu’elle a un début et une fin, d’appréhender son inscription dans une histoire plus large où rien ne se perd complètement et tout se transforme.

Koïshi_extrait 2

Il me semble que La balade de Koïshi peut apporter une réponse réconfortante à leurs questionnements existentiels. Réconfortante, grâce à la poésie, la douceur et l’expressivité des illustrations de Cécile Hudrisier qui rendent un bel hommage aux saveurs et aux couleurs de la vie. Mais aussi : comme le texte nous le répète à la façon rassurante des petites comptines de l’enfance, Koïshi a dans sa poche un grain de riz et l’histoire ne se termine jamais vraiment… Quel amusement de constater que cette balade ne suit pas nécessairement un trajet linéaire, mais que les extrémités du livre se rejoignent, permettant un éternel recommencement de l’histoire ! C’est ainsi que ce qui aurait pu être triste a finalement suscité des exclamations réjouies.

Un livre à proposer sans hésiter aux amateurs de lectures contemplatives et de promenades…

Koïshi_extrait 3

N’hésitez pas à lire également les avis de Pepita, de Hashtagcéline, de Nadège et de Petite Fleur Loves Book !

Lu en janvier 2020 – Grasset Jeunesse, 20€