Je suis qui ? Je suis quoi ? de Jean-Michel Billioud, Sophie Nanteuil, Terkel Risbjerg et Zelda Zonk (Casterman, 2019)

Ce livre, découvert sur le conseil de Sophie, s’adresse à celles et ceux qui s’interrogent sur leur genre et/ou leur orientation sexuelle, ou qui s’intéressent à ces questions par curiosité ou pour mieux comprendre et éventuellement pouvoir aider un.e proche.

« Tout ira bien. »

Ces pages le montrent : on a beau se sentir différent ou à part, peut-être subir des réactions brutales, on n’est pas seul.e dans ce cas et on ne l’a jamais été. Hétéro, homo, bi ou pansuel.le, intersexe, transgenre, asexuel.le ou aromantique, ces catégories permettent de penser des vécus qui sont une réalité depuis la nuit des temps, mais elles recouvrent en réalité une diversité plus grande encore, masquée par le rouleau compresseur des normes sociales. Cette diversité s’incarne dans les témoignages émouvants recueillis par les auteur.e.s et dans les biographies de personnalités emblématiques, comme la poétesse grecque Sappho ou l’écrivain Oscar Wilde. Des éléments ponctués de mots d’encouragement et de réconfort formulés par de multiples contributeurs : « Tu n’es pas seul », « Nous pouvons être qui nous voulons être »… Une démarche nécessaire : difficile de se trouver et de s’accepter lorsqu’on n’a aucun modèle et surtout si l’on anticipe des réactions hostiles.

Le livre revient sur un certain nombre de stéréotypes et la façon dont les discours médiatiques contribuent à invisibiliser ou caricaturer les personnages LGBT+ ; des réponses sont proposées aux questions fréquemment posées lors d’interventions scolaires des associations mobilisées sur le sujet. Ces mises au point me semblent très utiles pour pouvoir argumenter, expliquer et tordre le coup aux idées reçues.

Les pages finales permettent de faire le point, notamment sous forme de cartes du monde, sur la haine des LGBT+ dans le monde et leurs droits. On y revient sur les insultes et agressions homophobes, leur signification et leurs motivations, et surtout sur les façons dont on peut se défendre.

Une lecture importante et pleine de bienveillance, y compris lorsqu’on ne pense pas être concerné.e, histoire d’élargir son horizon, peut-être d’éviter un jour de heurter quelqu’un, voire d’être mieux en mesure de réagir contre les formes d’intolérance. J’espère ce type de publication (je pense aussi à l’excellent Tout nu ! Le dictionnaire bienveillant de la sexualité) contribuera bientôt à permettre à chacun de vivre comme il (ou elle) l’entend. Et attendant, je suis ravie que mes enfants puissent, s’ils le souhaitent, trouver ce livre sur les rayons de notre bibliothèque.

Lu en février 2021 – Casterman, 13,95€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s