Jefferson fait de son mieux, de Jean-Claude Mourlevat, illustrations d’Antoine Ronzon (Gallimard Jeunesse, 2022)

La tension était à son comble. Comment se portait notre hérisson préféré depuis le temps ? Et son copain Gilbert ? Et surtout : Walter Schmitt, personnage favori de mes moussaillons, serait-il amené à jouer dans ce second tome le rôle qu’il méritait ?

Dès les premières pages, nous nous sommes sentis chez nous au pays des animaux, ravis de reconnaître la Skyline de Villebourg, la circonspection de Jefferson et l’énergie de Gilbert. Voilà notre duo qui reprend du service pour élucider la disparition de l’une des Ballardeaux. Une sombre affaire qui exigera de faire parler des témoins clé et de réussir des filatures, d’écarter les fausses pistes et peut-être même s’infiltrer en milieu risqué. Heureusement, ils ont pour eux une joyeuse camionnette et la force de l’amitié !

« Alors là, mon pote, tu m’en bouches un coin ! Hercule Poirot, le lieutenant Columbo et Sherlock Holmes réunis sont enfoncés. Tu es un génie. »

Quel bonheur de retrouver les réparties, les personnages truculents et les péripéties qui faisaient déjà le sel de Jefferson ! Nous avons adoré raisonner par déduction avec les protagonistes, rire de leurs frasques, sillonner le pays des animaux, croiser des rappeuses sanglières féministes, une flopée de joueurs de rugby et de sacrés tartuffes.

Cette fantaisie n’empêche pas l’auteur d’évoquer des questions graves comme la vulnérabilité des personnes seules et les mécanismes d’emprise dont elles peuvent être victimes. Ce roman montre que divertissement peut absolument rimer avec éveil de l’esprit critique. Il dit les choses sans détour, mais sans pesanteur aucune, grâce justement au rire qui fait incursion toujours à propos.

Quant au sort de Walter Schmitt (puisque je ne doute pas que mes moussaillons n’étaient pas les seuls à s’inquiéter de son sort)… et bien lisez ce roman palpitant, et vous saurez !

Un formidable souffle d’air frais.

PS : Effets secondaires (vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas) : chant en boucle sur le thème de La Zoubizouzou.

« – Quel galimatias ! commenta M. Hild.
– Oui, ajouta Gilbert, et si je peux me permettre une linotte, c’est pas très clair, son truc.
– Une litote, le corrigea Jefferson. Une linotte, c’est un oiseau.
– Oui, une litote si tu veux, c’est pareil. »

Lu à voix haute en septembre 2022 – Gallimard Jeunesse, 14€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :