Les animaux malades de la peste – fable de Jean de La Fontaine mise en scène par Olivier Morel (Éditions courtes et longues, 2013)

Les animaux malades de la peste_couv

Les fables de la Fontaine, on ne dirait pas comme ça, mais c’est de la dynamite ! Prenez une langue délicieusement corrosive, des vers réjouissants, un regard féroce sur la société d’autant plus libre d’être virulent qu’il ne s’agit d’humains, mais d’animaux… Je vous le disais : tous les ingrédients d’un cocktail explosif ! Pour sublimer ce potentiel subversif, il fallait avoir l’idée de mettre en scène le texte – en l’occurrence, celui des « animaux malades de la peste », dans lequel la Fontaine ironise sur la justice à géométrie variable exercée par les puissants. Vous savez bien, cette fable dans laquelle on cherche un responsable du fléau de la peste. Si chaque animal bat sa coulpe, on ne peut pas vraiment dire que chacun soit logé à la même enseigne…

Porsche.jpgAttention, les mots sont ceux de la fable d’origine ; certains sont ardus pour les jeunes lecteurs des Éditions courtes et longues, mais ils claquent et résonnent si bien qu’il aurait été un sacrilège d’y toucher. Dans cet album de grand format, Olivier Morel joue, en revanche, sur la typographie pour mettre en relief certains d’entre eux, nous donnant envie (dans le cadre de notre lecture à voix haute quotidienne) de déclamer ce texte comme un slam. Fractionné avec un ou deux vers par double-page, le texte prend tout son sens. Et surtout, l’idée géniale est de lui juxtaposer des gravures modernes qui révèle sa portée évidente pour éclairer la société d’aujourd’hui – ses dérives sociales, culturelles et surtout politiques.

C’est très fort, un peu dans l’esprit de Banksy. Prenez par exemple ce cliché du conseil de crise présidé par le lion : tout y est ! La domination sûre d’elle-même des carnivores et des rapaces, leur posture de mâles dominants et leur manque de représentativité de l’ensemble de la faune dont on devine les silhouettes en arrière plan…

Mes chers amis

Ou la morale de l’histoire : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », qu’Olivier Morel fait résonner tout à fait différemment…

Epilogue.jpg

Ce n’est pas pour autant une lecture morose ! On s’émerveille de la beauté des illustrations, on rit aussi de l’audace de la démarche, mais aussi des clins d’œil à l’histoire de l’art glissés dans l’album…

Déjeuner sur l'herbe.jpg

Une lecture puissante et réjouissante, que nous aimons redécouvrir régulièrement et que mes garçons apprennent à apprécier différemment, au fur et à mesure qu’ils grandissent et déchiffrent le monde. À découvrir absolument, sans limite d’âge !

Lu et relu à voix haute – Éditions courtes et longues, 22€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s