Migrants, de Issa Watanabe (La Joie de Lire, 2020 pour la traduction française)

Cette allégorie de la mort, enveloppée d’un suaire et agrippée à un symbolique Ibis, plane sur l’album dès les premières pages. Qui suit-elle ? Une poignée de marcheurs de tous horizons – fauves, batraciens, pachydermes et autres léporidés qui avancent sans se retourner, ou presque. La mine grave, le dos courbé par la fatigue, ils vont de l’avant à travers les ténèbres, avec beaucoup de dignité, ne s’arrêtant que pour reprendre des forces. On ne connaît pas les raisons de leur exil ni leur destination, chacun est unique. Et peu importe. Ce qui compte et que l’album montre avec force, c’est le désarroi, à l’image de cette petite valise dérisoire restée au bord de la route. Et le caractère complètement désespéré de cette course contre la mort.

Ces illustrations sont incroyablement puissantes. J’ai été tellement chamboulée par ces pages que j’ai hésité à les montrer à Antoine et Hugo. Je n’étais pas sûre qu’ils seraient prêts à entendre les réponses aux questions qu’elles ne manqueraient pas de susciter, que je serais capable de formuler ces réponses à hauteur d’enfant. Mais je sais bien qu’ils perçoivent les grandes questions sociales, qu’ils sont d’ores et déjà confrontés concrètement à la situation des migrants, notamment parce qu’ils ont eu à plusieurs reprises des camarades de classe issues de familles réfugiées. La littérature jeunesse permet souvent d’aborder les sujets les plus difficiles plus aisément que de manière frontale.

Souvent, les garçons sont décontenancés par les albums sans texte et insistent pour que je trouve quand même quelque chose à dire. Une fois n’est pas coutume, nous avons parcouru Migrants dans un silence assourdissant. « Où sont les parents de l’éléphanteau ? », a simplement demandé Hugo en tournant la deuxième page, rassuré de constater ensuite qu’un éléphant adulte se trouve bien là. Un peu plus loin : « Cela me fait penser aux migrants qui essaient de traverser la Méditerranée ». Rien à ajouter, parfois des images valent mieux qu’un long discours.

Un album récompensé par le prestigieux Prix Sorcières qu’il est urgent de faire lire. Des êtres humains continuent de périr chaque jour dans l’indifférence quasiment générale. En les représentant dans toutes leurs couleurs sur fond noir, Issa Watanabe met en lumière ces invisibles.

L’avis de Linda

Lu en mai 2021 – La Joie de Lire, 15,90€

8 commentaires sur “Migrants, de Issa Watanabe (La Joie de Lire, 2020 pour la traduction française)

Ajouter un commentaire

  1. C’est album est bouleversant. Pas besoin de mots, les illustrations parlent d’elles-même. Coup de ❤ pour moi, Gabrielle l'a également trouvé incroyablement fort et Juliette a préféré n'en rien dire, une façon pour elle de se protéger en général… Donner l'impression d'être forte en faisant l'indifférente.

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime passionnément les albums sans texte. Pour qu’on y mette ses mots ou parce que justement, il n’y en a pas, pas qui soient assez forts, descriptifs, justes.
    Tu en avais déjà fort bien parlé, tu prolonges ici. à mon tour de le découvrir

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :