Souviens-toi de septembre ! de Marie-Aude et Lorris Murail (L’école des loisirs, 2021)

Nous avions adoré Angie !, nous nous sommes RÉGALÉS avec ce deuxième tome. Quel bonheur de retrouver ces personnages qu’on a l’impression de connaître ! À commencer par la fine équipe formée par Augustin, Angie et l’épatante Capitaine, et tous les autres personnages dont nous serions bien en peine de désigner notre favori. Retrouvailles ravies, également avec le décor havrais où on lit Paris Normandie et croise Edouard Philippe ; les dialogues réjouissants (si vous ne connaissez pas le téléphone cauchois, vous savez ce qu’il vous reste à faire) ; l’art de rebondir avec une grand justesse sur l’actualité pour composer une intrigue tirée au cordeau : le contexte de la pandémie sert par exemple le récit en permettant à Angie de profiter de la panique générale pour se faire officieusement embaucher comme stagiaire au commissariat plutôt que de banalement passer ses journées au collège. Mais il ne s’agit pas que du présent puisque l’intrigue se noue un 5 septembre 1944 qui marque l’histoire du Havre d’un sceau terrible, celui du bombardement de la ville par les alliés anglais…

« – Cet homme est mort. Tout semble indiquer qu’il a été assassiné. Il se trouve dans une pièce fermée dans laquelle personne n’a pu ni entrer ni sortir.
– Comment on en est sûr ? demande Angie.
– Porte fermée à clé de l’intérieur, barreaux à la fenêtre, concierge qui surveille les allées et venues, aucune trace de pas alors qu’il a plu, tout ce que tu voudras. Je te répète qu’il est impossible d’entrer ou de sortir par les issues conventionnelles. Pourtant, quelqu’un l’a fait. Je te donne trente secondes pour trouver une solution. »

Cette intrigue d’autant plus captivante qu’elle est complexe, avec ce qu’il faut de fausses pistes, de dissimulations et d’indices éparpillés, offre une merveilleuse initiation au genre policier. Plus encore que le tome précédent, celui-ci joue des codes du genre, multiplie les clins d’œil et nous entraîne dans un manoir digne d’un roman d’Agatha Christie – qui inspire d’ailleurs nos enquêteurs préférés. À coup sûr de quoi donner envie aux jeunes lecteur.ice.s de découvrir les textes de la reine du crime, mais aussi ceux de Connan Doyle, de Gaston Leroux ou de Maurice Leblanc. Même le prêtre n’est pas exempt de soupçons !

Tout cela est pimenté d’humour et porté par une plume énergique, vivante et très visuelle. En trame de fond de l’enquête, les personnages continuent de s’étoffer et de nous intriguer, leurs relations d’évoluer. Autant vous dire que l’impatience est grande de pouvoir découvrir le troisième et dernier tome… Impatience doublée d’émotion au souvenir de Lorris Murail, disparu au mois d’août. L’urgence ressentie par sa sœur Marie-Aude Murail d’écrire ensemble et leur énergie créative commune jusque dans les derniers instants de Lorris forcent l’admiration. Leur roman déborde de vie.

PS : Effets secondaires (vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas mis en garde) : rap en boucle sur le thème « Le Havre, c’est chaud, Le Havre c’est Chicago. »

Lu à voix haute en novembre 2021 – L’école des loisirs, 17€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :