Le fracas et le silence, de Cory Anderson (PKJ, 2021)

Un titre intrigant, une couverture magnétique et un pitch qui donne envie d’en savoir plus : ce thriller venu des États-Unis avait tous les arguments pour m’attirer dans ses pages. Me voilà donc au cœur de l’Idaho sauvage, face à deux familles ravagées, chacune à sa manière. Celle de Jack est brisée et démunie depuis l’arrestation de son père. Lorsque l’adolescent trouve sa mère morte, ce n’est que l’amour envers son petit frère qui le retient de sombrer à son tour. Seule issue entrevue pour assurer leur survie : trouver la somme en liquide qui a envoyé leur père en prison. Un butin que convoite également le père d’Ava. La collision des destins de ceux qui n’auraient jamais dû se rencontrer ne laissera personne indemne.

« Gamin… Ton père est un trafiquant de drogue et un criminel. Ta mère est une garce droguée jusqu’aux yeux. Qui te ferait confiance ? »

Inscrite dans un monde chaotique où on ne peut se fier à rien ni personne, cette traque place le récit sous haute tension, avec force courses-poursuites, planques et péripéties où tout semble possible. Soyez prévenu.e, le propos est sombre, presque suffocant. Précarité, suicide, drogues et crime font intrusion dans des enfances où elles ne devraient rien avoir à faire – et personne ne semble réellement à même de rétablir une forme d’ordre. Le traqueur est un vrai psychopathe mû par une quête froide, implacable. Jack et Ava, au contraire, sont pleins de failles. L’un oscille entre colère, impuissance face au poids de l’histoire familiale et une volonté extraordinaire de préserver Matty. Partagée entre l’ascendant de son père et élan envers les deux frères, l’autre ne sait plus si elle doit fortifier ou laisser se lézarder les barrages qu’elle a construits pour se prémunir de la dureté du monde : la brûlure est-elle préférable au froid, le fracas au silence ?

« D’où sont venues tes strates, tes courbes et tes aspérités ? Tes endroits doux et sauvages ? La lumière et l’obscurité profonde et sacrée. Les vallées et les falaises de ton âme. Le fracas et le silence. »

Cela ne m’a pas empêchée de dévorer ce roman, mais j’ai été un peu troublée par les spirales de pensée d’Ava qui ponctuent chaque chapitre, ancrés dans différentes temporalités et écrits à la première personne (qui est, alors, le narrateur des passages écrits à la troisième personne ?). C’est peut-être en lien, mais je ne suis pas complètement sûre de savoir interpréter le dénouement. Si vous avez lu ce roman et que vous y voyez plus clair, vos lumières sont les bienvenues !

Un roman addictif, pour celles et ceux qui aiment le suspense et n’ont pas froid aux yeux lorsqu’il s’agit de sonder les ténèbres à la recherche de lueurs d’espoir.

Lu en octobre 2021 – PKJ, 18,90€

Un commentaire sur “Le fracas et le silence, de Cory Anderson (PKJ, 2021)

Ajouter un commentaire

  1. Moi aussi, ce roman m’a laissée un peu perplexe. C’est clairement très prenant : le danger, le froid, la traque, on y est et on a peur avec les jeunes héros. Mais… il manque quelque chose. Des explications sur le parcours d’Ava et ce qu’elle a vécu avec son père, entre autres. Et la fin me semble exagérément facile et heureuse par rapport au reste, mais peut-être que le lecteur en a besoin après toutes ces pages pleines de violence et de bourrasques glacées.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :