La glace, de John Kåre Raake (J’ai Lu, 2021)

Bienvenue au pôle Nord, monde de glace et d’incertitude, cerné par les vents polaires et les enjeux géopolitiques…

Alertés par une fusée de détresse, Anna Aune et Daniel Zakariassen quittent le lieu de leur expédition scientifique et bravent le mauvais temps pour venir en aide à la base chinoise d’Isdragen. Il se pourrait bien qu’ils arrivent trop tard : des morts partout, ne laissant aucune place au doute. Tous les membres de la base ont été éliminés. Tous ? L’arme du crime a disparu et vu la météo, l’assassin ne peut pas être bien loin. Cernés par le froid et la tempête qui enfle, l’ancienne militaire et le chercheur n’ont d’autre issue que de comprendre ce qui s’est passé. Une enquête hantée par les souvenirs de guerre syrienne d’Anna…

Voilà un huis-clos atypique, verrouillé par la glace et les éléments. Cet enfermement place les personnages (et le récit) sous haute tension. Courts et très rythmés, les chapitres charrient chacun leur lot de cascades, de retournements et de cliffhangers. La perspective est celle d’Anna, beau personnage qui mêle une force hors du commun, une volonté de survivante, de solides valeurs d’entraide et des failles béantes ramenées de Syrie. Avec elle, on navigue entre l’enquête à la recherche d’indices susceptibles de révéler les circonstances des crimes, le thriller – aux prises avec un tueur et à une tempête impitoyables – et le roman d’espionnage, avec en toile de fond, des enjeux sombres liés au changement climatique, à la course aux ressources et à la géopolitique.

Un page-turner glaçant et haletant, à découvrir au chaud sous la couette.

Extraits

« Tes enfants grandiront très vraisemblablement sans qu’il y ait de glace au pôle Nord. Un fait inédit en trois millions d’années, soupira le professeur tard un soir après avoir publié le premier article sur le blog de l’expédition Fram X.
– Tant mieux, alors, que je n’ai pas l’intention d’avoir d’enfants », avait répondu Anna. »

« Par comparaison avec les ténèbres de la nuit polaire qu’ils avaient traversées, c’était comme s’ils avaient échoué dans un ciel illuminé. Il allait s’avérer que le diable paie la facture d’électricité, lui aussi. »

Lu en novembre 2021 – J’ai Lu, 8,30€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :