Plodoc, diplodocus de choc, de Max Kruse (1969 pour l’édition originale en allemand)

Lu en février 2018

Un œuf de dinosaure, surpris par une période glaciaire avant d’éclore, s’est conservé pendant des millions d’années. Il s’agit d’un œuf de plodoc – espèce à la croisée entre dinosaures et mammifères dont seul le Professeur Habakouk Tibatong a identifié l’existence. Or, le professeur n’est pas pris au sérieux dans la communauté scientifique comme dans son voisinage, où l’on regarde d’un mauvais œil ses expériences révolutionnaires d’enseignement de la parole aux animaux. Contraints à l’exil, le professeur, son fils adoptif Tim et Woutz, leur truie – aussi douée pour parler que pour les tâches domestiques – s’installent sur l’île de Titiwou. Là, le professeur poursuit avec succès ses expériences auprès des autochtones : Vava le varan, Ping le pingouin, Mastoc l’éléphant de mer et Pelik le pélican. Le quotidien de tout ce petit monde est bouleversé un beau jour, lorsqu’un iceberg à la dérive s’avère renfermer un mystérieux œuf. Comment se comportera le jeune Plodoc ? La fine équipe de l’île de Titiwou parviendra-t-elle à le protéger des sceptiques et des curieux qui semblent lui en vouloir ?

Cette histoire farfelue se nourrit d’abord de rebondissements tous plus inattendus les uns que les autres : dans ce monde où pingouins et cochons cohabitent comme si cela allait de soi, on finit par ne plus s’étonner de rien. Mais le charme et l’humour du roman viennent surtout de la loufoquerie des animaux dont les accents et les petits problèmes de prononciation rendent la lecture à voix haute très réjouissante. Tous singent des types de personnages – Woutz une ménagère un peu obtuse, Mastoc un grand mélancolique, Vava et Ping deux camarades de classes, complices mais parfois aussi un peu jaloux l’un de l’autre… Le roman devient même franchement satirique lorsqu’il s’agit de tourner en dérision les monarques déchus et les scientifiques imbus d’eux-mêmes. Face à eux, tous les amis de Plodoc font preuve d’une grande complicité et relèvent les défis dans un bel élan collectif !

Selon l’hebdomadaire allemand Die Zeit, les aventures de Plodoc se sont vendus à plus de 800.000 exemplaires à travers le monde ! Quel dommage que ce grand classique de la littérature jeunesse allemande ne soit pas plus connu en France. Sur la douzaine d’épisodes que compte la série originale, seuls cinq ont été traduits – et épuisée, cette série n’a malheureusement pas été rééditée. Nous avons eu la chance de parvenir à mettre la main sur des exemplaires d’occasion de trois des épisodes. La lecture du premier s’est révélée hilarante! Si vous en dénichez aussi, n’hésitez pas à les partager avec de (très) jeunes lecteurs ou auditeurs. À défaut, une adaptation cinématographique a été proposée en 2006.

Les-Aventures-De-Impy-Le-Dinosaure

Extraits

« Habakouk Tibatong venait de passer une nuit entière à travailler […]. Il écrivait encore alors que le jour commençait à poindre. Mais il rédigeait une lettre féroce destinée à son ennemi le professeur Cymbalski, directeur du Muséum d’histoire naturelle de Mikroskov. Tibatong était à nouveau entré dans une violente colère à cause de lui. Le professeur Cymbalski avait en effet écrit un texte pour un journal spécialisé dans l’étude des animaux préhistoriques, et dans lequel il signifiait publiquement que le « Plodoc » d’Habakouk Tibatong n’existait que dans l’imagination débordante de ce malheureux professeur. Tibatong en était extrêmement courroucé. Il venait de prouver, avec beaucoup de clairvoyance, que les membres de la famille Plodoc se trouvaient à mi-chemin entre les dinosauriens et les mammifères, et il avait truffé sa démonstration de nombreux mots grecs et latins. »

« L’œuf vibra et trembla. On s’agitait à l’intérieur. Il se balança de plus en plus fort, et l’impatience se fit de plus en plus insupportable. L’œuf se fendit tout à coup. Une curieuse tête chiffonnée perça. Elle avait les yeux fermés, un cou qui s’allongeait démesurément… Le corps se dégagea, la coquille vola en éclats. Une créature fripée apparut. Sa peau ratatinée était couverte d’un liquide visqueux et de bribes de coquilles. »

Bibliothèque rose, disponible seulement d’occasion.

plodoc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s