Le gang des chevreuils rusés, de Corinne Morel-Darleux, illustré par Marine Schneider (Seuil Jeunesse, 2021)

Quoi de plus merveilleux qu’une forêt vraiment sauvage ! Surtout pour qui aime les cabanes et sait identifier à coup sûr la mélisse citronnée, l’ail des ours et les traces des chevreuils… Le jour où des promoteurs mettent cette magie en péril, on peut compter sur les enfants pour mettre leur détermination et leur inventivité au service de la nature.

« Pour ne pas se faire repérer, on se met à couvert sous les arbres comme les trappeurs et les aventuriers. Dans le bois il y a plein de chemins dans tous les sens, certains sont juste des sentes, des pistes que font les animaux à force de passer toujours aux mêmes endroits. En plus des chevreuils, il y a aussi des sangliers mais je n’en ai jamais vu. J’aime autant, parce que les sangliers, c’est vraiment très gros et ça me fait un peu peur. »

Impossible pour nous de résister à un titre pareil ! L’occasion de découvrir la collection « Le Grand Bain » qui propose de petits romans illustrés pour les apprenti.e.s lecteur.ice.s. Cette histoire prend peut-être un peu son temps dans les premiers chapitres. Mais elle est charmante, portée par une plume vive et nourrie de réflexions sur les liens entre nature et société. Au passage, elle donne à voir une palette de formes de mobilisation citoyennes, tout en montrant que de nouvelles formes d’expression restent à inventer et que les jeunes générations ont tout leur rôle à y jouer.

Les illustrations de Marine Schneider sont désarmantes d’expressivité : une ode colorée à l’intensité de l’enfance qui donne puissamment envie d’aller jouer dans les bois.

Une jolie découverte, donc, que je vais partager avec ma nièce de sept ans et demi qui lit déjà bien.

Extraits

« La ville, je connais, j’ai grandi à Paris et je n’ai aucune envie d’y retourner ! C’est vrai qu’ici on n’a pas de vendeurs de marrons chauds l’hiver ni de vendeurs de glaces en cornet et pour l’été ce serait vraiment foxy. Mais je peux faire du vélo toute seule dans le village, j’ai enfin des chats à la maison (avant, dans l’appartement, mes parents ne voulaient pas), l’école est beaucoup plus sympa et surtout j’ai ma cabane dans les bois, alors franchement pour moi ici c’est le paradis. »

Lu à voix haute en décembre 2021 – Seuil Jeunesse, 9,50€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :