Oscar Goupil. A London Mystery, de Camille Guénot (L’école des loisirs, 2022)

En guise d’ouverture des vacances de Noël, Oscar trouve un appartement vide et un mot de ses parents : ils ont dû s’absenter pour une affaire urgente et le garçon passera donc les fêtes à Londres, chez une grand-tante dont il ignorait jusqu’à l’existence. La vieille bique (figurez-vous qu’elle ressemble à une Cersei Lannister qui aurait trente ans de plus) occupe un manoir anglais aussi cossu que ténébreux. Soucieuse de ne pas garder Oscar dans les pattes, elle l’envoie en stage à la National Gallery où se trament des choses étranges…

« À la maison, j’avais ordre de ne rien déplacer, mais il était difficile d’obéir quand on ne savait pas si la peau de banane restée sur la table relevait de la recherche artistique ou de la simple négligence. Une foule de personnes défilait chez nous en permanence afin de consulter mon père sur la cote de tel ou tel peintre ou de discuter avec ma mère de la valeur éthique du pain complet. J’avais l’impression de vivre dans un monde qui ne me comprenait pas et auquel je ne comprenais rien. »

Dès les premières lignes, Camille Guénot nous embarque avec sa plume vive et imagée, son humour teinté d’ironie et un sens étonnant de la narration : dear sugar plums, quelle réussite que ce premier roman !

Nous voilà entraînés dans une balade londonienne haute en couleur, de la gare de King’s Cross à Oxford Street en passant par Trafalgar Square. Il n’y aura aucun temps mort. À peine a-t-on le temps de s’attacher à Oscar et de se réjouir de l’art avec lequel l’autrice tire le portrait des autres personnages – par exemple ces parents fantasques, elle créatrice de « madones en mie de pain », lui que rien n’émeut plus qu’un « cercle rouge dans un carré bleu » – que nous voilà dans un jeu de Cluedo qui prend un tour pour le moins inattendu. Quel plaisir de se laisser promener sans savoir si on est chez Belphégor, Alice au pays des merveilles ou Agatha Christie, ne nous étonnant plus de croiser un majordome, une duchesse, un révérend amateur de patin à glace et une flopée d’artistes tous plus toqués les uns que les autres.

L’ensemble invente un genre quelque part entre intrigue policière, aventure initiatique et roman fantastique. Le tout ponctué de quiproquos franco-britanniques et de multiples clins d’œil à la littérature et à l’art, auquel ce roman livre à la fois une déclaration d’amour et une critique de certaines dérives.

To make a long story short: the best thing since sliced bread (j’adore la bizarrerie de certaines expressions anglaises). Une lecture de Noël au quart de poil, sweetie pies !

L’avis de Hashtagcéline

Lu à voix haute en décembre 2022 – L’école des loisirs, 14€

Un commentaire sur “Oscar Goupil. A London Mystery, de Camille Guénot (L’école des loisirs, 2022)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :