La saison des mûres, de Polly Horvath (L’école des loisirs, 2008 pour la traduction française)

Quelle lecture insolite et savoureuse ! La bizarrerie culmine dès les premières pages, faisant – forcément – venir le rire (je voudrais pouvoir vous faire entendre l’hilarité de mes moussaillons).

Tout commence avec une jeune fille prénommée Raclette – oui, vous avez bien lu. Et vous saurez tout des incroyables circonstances de ce choix de prénom dont je peux déjà vous dévoiler qu’il n’a rien à voir avec un penchant de ses parents pour le fromage fondu. Raclette, donc, vit en Floride avec sa drôle de mère, personnage bavard accaparé par son obsession pour le club de chasse et sans doute (si vous voulez mon avis) un brin psychopathe. Et voilà que celle-ci annonce sans préavis à Raclette qu’elle l’envoie passer l’été dans une forêt truffée d’ours au fin fond du Maine, chez deux arrières-cousines nonagénaires dont elle ignorait jusqu’à l’existence. Sa mère l’a prévenue : vu leur âge, Tilly et Penpen n’ont peut-être pas toute leur tête et sans doute déjà un pied dans la tombe. Mais elles pourraient avoir encore pas mal de choses à partager avec Raclette avant de passer de vie à trépas…

Si vous êtes familier.e de L’île aux trésors, vous connaissez notre penchant pour les textes déjantés. Celui-ci atteint de tels niveaux d’étrangeté avec ses personnages excentriques, ses dialogues surréalistes et son humour noir qui confine au macabre, que ça en devient franchement réjouissant (on se demande jusqu’où Polly Horvath osera aller). D’autant que l’on s’attache très vite à Tilly et Penpen malgré leur originalité et les anecdotes morbides qu’elles aiment ressasser : leurs baignades, leur potager et leurs confitures respirent la tendresse, la joie de vivre et le bonheur d’avoir trouvé une famille quand on a été mal-aimé.e. J’ai vu dans ces destins féminins complètement hors des sentiers battus une invitation émancipatrice à ne pas hésiter à se projeter hors des cases.

Une lecture très originale et rafraîchissante ! Avec tout ça, je ne suis pas surprise de voir que ce roman a été finaliste du Prix Sorcières en 2009 et lauréat du prestigieux National Book Award.

Merci à Linda de nous avoir donné envie de découvrir cette pépite.

Lu à voix haute en décembre 2021 – L’école des loisirs, épuisé mais encore disponible d’occasion

4 commentaires sur “La saison des mûres, de Polly Horvath (L’école des loisirs, 2008 pour la traduction française)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :