Amari et le Bureau des affaires surnaturelles de B.B. Alston (Bayard Jeunesse, 2021 pour la traduction française)

Comme par un coup de baguette magique, les histoires de sorciers et d’initiation à des pouvoirs surnaturels dans des écoles dédiées foisonnent depuis Harry Potter. Pas évident de sortir du lot ! Pourtant, certains romans y parviennent, comme le merveilleux Magic Charly, d’Audrey Alwett, ou l’envoutant Akata Witch, de Nnedi Okorafor. Et bien, de mon point de vue, Amari et le Bureau des affaires surnaturelles s’impose parmi ces titres qui tirent leur épingle du jeu. Mon moussaillon de dix ans et moi n’avons fait qu’une bouchée de ses 500 pages à voix haute tandis que son frère aîné (12 ans) et sa cousine (9 ans) l’ont tout bonnement englouti d’un seul trait. Cela ne trompe pas.

Différente, Amari l’était déjà douloureusement en tant qu’adolescente afro-américaine issue d’un quartier défavorisé, à l’écart dans l’établissement prestigieux où sa bourse de mérite lui permet d’étudier. Mais ce n’est que le jour où elle reçoit une mystérieuse convocation que sa singularité se révèle dans toute son ampleur. Et, avec elle, un monde surnaturel sur lequel planent d’inquiétantes menaces…

L’intrigue suit une trame assez classique d’initiation aux codes d’un univers parallèle dans lequel il n’est pas facile de prendre ses repères et d’identifier ses amis et ses ennemis. Elle n’en est pas moins rondement menée et nourrie par la toile de fond des clivages sociaux et raciaux états-uniens. Chaque chapitre charrie son lot d’épreuves, de péripéties et d’énigmes qui tiennent en haleine. Le monde surnaturel est plein de surprises, de bestioles et de trouvailles réjouissantes, comme les ascenseurs qui ont chacun leur personnalité. Ou les multiples clins d’œil à des personnages de romans que nous avons adoré reconnaître (petit plaisir de geeks des littératures de l’imaginaire), comme par exemple un certain Van Helsing.

Amari est très attachante. Elle tient bon face aux préjugés et apprend à apprivoiser ses particularités, à conquérir sa place dans un monde compétitif, sans pour autant renoncer à l’entraide. Les personnages secondaires ne sont d’ailleurs pas en reste, notamment Elsie, la plus amicale des dragons-garous.

En somme, la magie opère avec cette série pêchue, entre fantasy jeunesse et roman d’espionnage ! Et Il ne fait aucun doute que l’auteur (et Amari) en ont encore sous le pied : nous serons au rendez-vous pour la parution du tome 2.

Un immense merci à Gabrielle pour cette chouette découverte !

Lu à voix haute en décembre 2021 – Bayard Jeunesse, traduction de Sidonie van den Dries, 15,90€

2 commentaires sur “Amari et le Bureau des affaires surnaturelles de B.B. Alston (Bayard Jeunesse, 2021 pour la traduction française)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :