La ferme des animaux, BD adaptée du roman de George Orwell par Maxe L’Hermenier et Thomas Labourot (Jungle, 2021)

Ce qui est génial avec La ferme des animaux, c’est son format de fable qui permet de lire cette satire du régime stalinien quasiment de 7 à 77 ans. Les plus grands reconnaîtront sans mal, sous leurs traits animaux, Lénine, Staline, Trotski ou Molotov, ainsi que les grandes étapes de l’histoire soviétique. Si les plus jeunes ne feront eux probablement pas le parallèle, ils sont familiers du décor de la ferme et de la forme du récit animalier, et cette histoire de révolte, de partage, de pouvoir et d’utopie autogestionnaire a des chances de fasciner ces lecteurs souvent déjà sensibles aux injustices.

À toutes et à tous, cette adaptation BD offre une entrée attrayante dans un texte classique incontournable. L’objet-livre est soigné, avec sa couverture épaisse mise en scène comme une affiche communiste, son papier épais, ses belles couleurs et son ruban marque-page. Le scénario est fidèle au roman à quelques détails près, pour la plupart peu importants même si j’ai regretté la disparition du corbeau et de l’hymne Bêtes d’Angleterre qui m’avaient bien fait rire. Pour le reste, presque tout y est et les graphismes portent le récit dans un univers à la frontière entre dessin animé et caricature que j’ai trouvé très seyant. L’ensemble parvient à merveille à mettre le texte d’Orwell à hauteur d’enfant (mais pas que !), conjuguant efficacement mouvement et réflexion, humour et subversion.

Mes moussaillons de dix et douze ans ont donc été captivés par cette lecture qui les a beaucoup interrogés : pourquoi les animaux qui viennent de se débarrasser du joug des hommes acceptent-ils celui des leurs ? Quand l’expérience a-t-elle vrillé ? Pourquoi les nouvelles élites sont-elles aussi malhonnêtes et tyranniques ? Une lecture prolongée par des échanges familiaux sur l’histoire de l’URSS et d’autres révolutions dévoyées – puisqu’à l’évidence, le propos d’Orwell dépasse la seule critique du régime de Staline pour nous parler de dérives plus générales.

Il faut bien constater que je reste toujours aussi hermétique à l’égard des pages didactiques finales qui semblent récurrentes dans la collection, permettant de vérifier « si on a bien lu » et d’approfondir les thèmes de l’album. D’une manière générale, je préfère rester sur le registre de la « lecture plaisir », y compris bien sûr celles qui viennent élargir notre horizon – mais de grâce sans nous donner l’impression qu’il s’agit de suivre une leçon. Et en l’occurrence, je préfère ne pas savoir ce qu’aurait pensé Orwell, qui combattit Franco lors de la guerre d’Espagne dans les rangs des communistes anti-staliniens du POUM, de la question : « Quel binôme n’est pas communiste ?

– Vladimir Lénine et Mao Zedong
– Fidel Castro et Francisco Franco
– Winston Churchill et Franklin Roosevelt »

Tous les lecteurs de ce blog étant libres et égaux en droits, sentez-vous libre de vous en tenir aux savoureuses 54 pages de BD !

Lu en septembre 2021 – Éditions Jungle, 14,95€

Un commentaire sur “La ferme des animaux, BD adaptée du roman de George Orwell par Maxe L’Hermenier et Thomas Labourot (Jungle, 2021)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :