En quête d’un grand peut-être. Guide de littérature ado, de Tom et Nathan Lévêque (Éditions du Grand Peut-être, 2020)

Après Tout sur la littérature jeunesse, nous poursuivons cette semaine de bloganniversaire placée sous le signe des littératures adressées à la jeunesse avec un guide plus spécifiquement consacré à la « littérature ado ». Je devrais plutôt dire « le » guide car à ma connaissance, c’est le premier ouvrage de ce type alors que cette littérature ne cesse de prendre de l’ampleur. Tom et Nathan Lévêque ont su identifier cette lacune et contribuer à combler ce vide. Blogueurs depuis leur propre adolescence, puis acteurs du secteur (l’un chez Sarbacane, l’autre chez Babelio), les deux frères nous entraînent sur les sentiers d’une littérature qu’ils préfèrent définir par son « intensité » que par une tranche d’âge dans laquelle elle ne se laisse pas enfermer.

Comment s’est constituée ce qu’on appelle aujourd’hui la littérature ado ? Dans quelles conditions les textes adressés à cette tranche d’âge ont-ils surmonté les intentions éducatives initiales pour aller vers quelque chose de plus rugueux et subversif – de plus littéraire en un mot ? Cette histoire, présentée de façon claire et attrayante, est très intéressante car elle reflète la reconnaissance de l’adolescence et de la jeunesse comme un âge en soi.

J’ai également pris un grand plaisir à suivre les questionnements sur ce qui constitue la littérature ado. Son évolution ne tend-elle pas vers un décloisonnement par rapport à la littérature « générale » ? Si elle est traversée par des questions autour de l’identité et une créativité extraordinaire – peut-être due à sa marginalité, comme le suppose Coline Pierré p. 40 – elle est présentée (de façon convaincante) comme une littérature complète où tous les genres se mêlent. Pour autant, on comprend en lisant Clémentine Beauvais (p. 54-57) l’intérêt d’une littérature clairement adressée aux jeunes – que nombre d’adultes moins jeunes continuent d’aimer lire ! Et on réalise que ce territoire littéraire marqué, donc par une intensité et une créativité hors du commun, a de quoi contribuer à nourrir la littérature générale et de genre…

Dans ce guide, vous trouverez également 100 incontournables désignés par un collectif très large. De quoi amorcer son expédition en littérature ado en terrain sûr pour mieux pouvoir ensuite s’aventurer seul hors de ce sentier. Mes moussaillons et moi en avions lu 51, tout de même, très différents mais tous de chouettes livres. J’ai apprécié de trouver un nombre significatif de titres venus de l’étranger, comme par exemple Cœur d’encre, de Cornelia Funke ou Signé poète X, d’Elizabeth Acevedo. Nous n’allons donc pas nous priver de piocher dans cette sélection, qu’il serait intéressant de compléter un jour par une liste composée par des ados eux-mêmes. Les identités singulières des prix Goncourt « adulte » et « lycéen » montrent que le résultat pourrait être aussi différent qu’intéressant.

Plus subjective, la suite scrute les liens entre littérature ado et société : quels sont les facteurs sociaux qui travaillent cette littérature, prise entre des attentes contradictoires ? Comment les grandes questions comme la famille, la sexualité ou la mort y sont-elles abordées ? Certains sujets sont-ils tabous ou tordus ? Quand je parle de subjectivité (ce n’est pas une critique mais quelque chose que les auteurs assument), c’est notamment en pensant aux thématiques retenues (on aurait pu aussi bien parler de la violence, de la pauvreté, du changement climatique ou des addictions) et à l’engagement du propos (en faveur d’une littérature plus diverse et inclusive, contre l’imposition de prescriptions, etc.). Des débats qui animent les passionné.e.s, notamment sur les réseaux sociaux. Ces pages permettront aux non-initié.e.s de retracer les principaux arguments. Tout en étant sensible à ces thématiques et en me retrouvant globalement dans les valeurs prônées, j’y ai un peu perdu de vue la dimension littéraire, les émotions, le plaisir de lire.

Ce plaisir est, en revanche, palpable et communicatif dans les entretiens réalisés avec les acteurs et actrices de la création et de la prescription. De beaux parcours et impressions qui présentent un monde à la façon d’un kaléidoscope. Mais là encore, quitte à assumer un prisme personnel et subjectif, il me semble qu’il aurait été chouette d’y faire une place à des lecteur.ice.s ados.

Un ouvrage beau et stimulant, dont les pages vibrent de la passion des auteurs et qui ouvre une brèche. Il semble bien parti pour contribuer à faire toute sa place à la littérature ado.

Pour découvrir les titres de littérature ado / jeune adulte sur L’île aux trésors, c’est par ici !

Lu et relu – Éditions du Grand Peut-être, 17,50€

Un commentaire sur “En quête d’un grand peut-être. Guide de littérature ado, de Tom et Nathan Lévêque (Éditions du Grand Peut-être, 2020)

Ajouter un commentaire

Répondre à Ju Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :