Une nuit, de Grégoire Solotareff et Julien De Man (L’école des loisirs, 2022)

C’est un « beau livre » comme les éditions de L’École des loisirs savent les faire : clair-obscur fascinant sur la couverture épaisse, dos tissé, beau papier. On tourne la première page et d’emblée, le suspense est au plus haut. On sait que quelque chose d’extraordinaire est sur le point d’arriver, le soir tombe, l’obscurité s’installe, des pas lourds se font entendre dans le grenier…

« J’habite avec mes parents une vieille maison isolée, au-dessus de la mer. Dans ces maisons-là, il se passe parfois des choses extraordinaires. Une nuit, voici ce qu’il est arrivé. »

C’est le cœur battant qu’avec le jeune narrateur, nous avons ouvert la porte qui y mène, nous demandant si nous avions atterri dans un conte (« une nuit » ne sonne-t-il pas un peu comme « il était une fois ? ») ou un thriller.

Les illustrations sont vraiment somptueuses. Chaque page déborde de détails qui ravissent la rétine : une antique clé dans la serrure, des peluches désarmantes d’expressivité, le glaçage des pâtisseries…

Comme dans l’adoré Max et les Maximonstres de Maurice Sendak, cette expédition nocturne est initiatique. Le protagoniste, qui rêve d’écrire, en apprend un rayon sur la fabrique des histoires. Nous avons été captivés de découvrir de quoi elles sont faites.

Certaines symboliques nous ont laissés un peu perplexes (nous nous sommes demandé ce que représentaient certains obstacles rencontrés, je n’en dis pas plus pour ne pas divulgâcher) mais cette histoire très visuelle, presque cinématographique, n’en est pas moins magnifiquement racontée. Les mots et les illustrations jouent chacun leur rôle pour placer ce récit sous tension. Les auteurs savent ralentir le rythme de la narration aux moments les plus tendus, jouer des points de suspension et de jeux de lumière ménageant d’inquiétantes zones d’ombres pour nous faire frissonner, mêler péripéties et leçons de vie jusqu’à un dénouement apaisant.

Une réussite graphique et scénique qui rend joliment hommage aux souvenirs d’enfance et aux pouvoirs de l’imagination !

Sur la fabrique des histoires, n’hésitez pas à découvrir également le splendide album Les idées sont de drôles de bestioles, d’Isabelle Simler.

Lu à voix haute en novembre 2022 – L’école des loisirs, 18€

Un commentaire sur “Une nuit, de Grégoire Solotareff et Julien De Man (L’école des loisirs, 2022)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :