Les Royaumes du Nord, de Philip Pullman (Gallimard jeunesse pour la traduction française, 1995)

Lyra Belacqua quitte le milieu protégé de Jordan College à Oxford et découvre à quel point le monde est incertain et dangereux. Hommes de Dieu et chercheurs, au premier rang desquels l’oncle de Lyra, semblent obsédés par la Poussière, une particule observée dans le grand Nord, dont les propriétés font l’objet de troubles expériences. Des ravisseurs d’enfants sévissent et emportent son ami Roger, que Lyra jure de retrouver. Une enquête qui l’entraîne irrésistiblement vers les terres gelées du Svalbard, plongées dans les aurores boréales et une épaisse brume de mystère…

Les Royaumes du Nord est le premier tome d’une trilogie parue à la même époque que Harry Potter qui s’est, elle aussi, imposée comme une œuvre incontournable. Ce roman se démarque par un univers bien à lui qui mêle le steampunk à la fantasy et à la mythologie. Un monde qui ressemble à bien des égards une Angleterre victorienne qui vivrait sous la coupe d’une autorité religieuse, à quelques étrangetés près : les humains sont assortis de daemons animaux qui incarnent leur conscience et veillent sur eux. Et en voyageant vers le Nord, on croise explorateurs, ours en armures, sorcières et redoutables Tartares… Tout cela est très consistant et immersif.

L’intrigue n’est pas en reste, nourrie de péripéties, de révélations et de rebondissements terrifiants. Certaines scènes, comme le spectaculaire combat d’ours, font partie de celles qui nous ont le plus marqués lors de nos lectures à voix haute. Lyra est une protagoniste courageuse et attachante, même si son impulsivité est souvent déroutante. Une héroïne en devenir qui amorce avec ce premier tome un apprentissage éprouvant, mais heureusement ponctué de rencontres extraordinaires. À ses côtés, tour à tour, des gitans pleins de philosophie, un intrépide aéronaute, une amicale sorcière ou un incroyable personnage de roi-ours déchu. En arrière-plan, des réflexions sur l’obscurantisme, les liens entre savoir et pouvoir, l’âme humaine, la doctrine du Péché originel et la transition vers l’âge adulte.

« Elle se retourna. Derrière eux régnaient la souffrance, la mort et la peur ; devant eux s’étendaient le doute, le danger et des mystères insondables. »

Ce premier tome est sombre et envoutant, captivant et inoubliable. Il nous laisse au seuil d’un monde inconnu, aux prises avec des questionnements lancinants : qu’est-ce que la Poussière ? Qu’est-ce qui attend Lyra là où elle se rend ? Et que trament Lors Asriel d’un côté, Madame Coulter de l’autre ? Autant dire qu’il est fortement conseillé d’avoir la suite sous le coude si vous vous lancez dans cette série !

Lus en janvier 2022 – Gallimard Jeunesse, traduction de Jean Esch, 9,50€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :