Bloganniversaire : L’île aux trésors a cinq ans !

Ohé du bateau ! L’île aux trésors a cinq ans !

Avec le temps, le blog s’enrichit sur des modes toujours plus variés. Si nous lisons toujours beaucoup à voix haute, les moussaillons grandissent et aiment renouveler les modes de partage. Ils adorent notamment faire découvrir leurs coups de cœur au reste de la famille – je suis évidemment très volontaire, leur papa et leurs deux grands-mères également, donc ils peuvent s’en donner à cœur joie.

Ainsi, la grosse centaine de titres présentés ces derniers mois sur le blog (et depuis l’année dernière sur Instagram) comprend plus de textes longs. Nous nous fions à nos envies, n’hésitant pas à piocher en littérature jeunesse, ado et jeune adulte tout en continuant d’affectionner les albums et les BD. Ces explorations se sont encore diversifiées cette année, d’une part grâce aux bébés nés dans la famille qui me donnent un prétexte pour me replonger dans les albums premier âge, d’autre part au gré de mes lectures en solo. Tour d’horizon des découvertes qui ont marqué cette cinquième année, c’est parti !

Ils ont marqué cette année de lecture…

Notre équipage conserve décidément le goût du voyage : en train (Maydala Express), en avion (La course dans les nuages) ou en bateau (Nous, les enfants de l’archipel), vers le Japon (Momoko), le Chili (Là où se termine la terre), le Groenland (Sermilik) ou les États-Unis (Rascal). En bons corsaires, nous ne craignons pas non plus de mettre le cap vers des mondes fantastiques (Amari et le Bureau des affaires surnaturelles, Skandar et le vol de la Licorne), merveilleux (La fille du phare, Jack & la Grande Aventure du Cochon de Noël, Jefferson, La Clé des Champs) et même dystopiques (Le déclencheur, Émergence 7, Les Nuées) !

Extrait de Maydala Express, de Davide Morosinotto, 2022

Branle-bas de combat ! Plus que jamais, nos lectures ont été engagées : des textes qui dissèquent les déterminismes sociaux (Les Facétieuses, L’honneur de Zakarya) et genrés (Renversante), qui donnent envie de lutter contre les préjugés et d’aller vers les autres (Zephyr, Alabama, Des Sauvages et des Hommes, Girl.Boy.Sea, Blackout à New-York, Les frères Zzli), voire même de se présenter à l’élection présidentielle (Prunille Présidente !). Mais aussi des romans qui donnent le premier rôle à des protagonistes différents ou décalés – mention spéciale pour Annie au milieu et son chromosome en plus, et pour l’inoubliable Césarine des autodafeurs.

Cette année a aussi été celle des séries. La parution du nouveau roman de Philip Pullman m’a donné envie de (re)lire les trois volets de l’incontournable À la croisée des mondes (Les Royaumes du Nord, La tour des anges et Le miroir d’ambre) et les deux premiers volets de La trilogie de la poussière (La Belle Sauvage et La communauté des esprits). Cette œuvre se démarque par un univers bien à elle qui mêle le steampunk à la fantasy et à la mythologie. Un monde qui ressemble à bien des égards à une Angleterre victorienne qui vivrait sous la coupe d’une autorité religieuse, à quelques étrangetés près… Tout cela est très consistant et immersif. Avec beaucoup d’autres, j’ai cédé aux sirènes de l’addictive série-fleuve Blackwater que j’ai dévorée presque d’une seule traite. La saveur du feuilleton a été tout aussi intense avec le troisième et dernier tome de la série Angie, que mon moussaillon et moi avons été bien tristes de refermer.

Ces joyaux attirent l’œil, captivent, ravissent la rétine et l’esprit – je parle évidemment des BD, toujours très populaires sur notre petite île ! Nous avons eu beaucoup de chance dans tous les registres : animalier (Poussin et Renard), fantasy (De cape et de mots, Les contrées salées, Ana et l’Entremonde), historique (La longue marche des dindes), futuriste (Ce que nous sommes) et réaliste (Nowhere Girl, Moi, ce que j’aime, c’est les monstres).

Et puisqu’on parle d’œil, célébrons les couleurs des pages tournées cette année. Petit florilège avec ces extraits de Une nuit, Regarde par la fenêtre, Hanabishi, La Magicienne, Louve et bien sûr Le livre de MA JUNGLE !

Les bébés de la famille aiment déjà tous les livres, l’occasion pour moi de me repencher sur les lectures premier âge. 10 escargots font la course m’a particulièrement plu avec ses images hilarantes (je précise que le succès a été entier aussi avec les enfants plus grands). J’en pince aussi pour la douceur de Petite panthère.

Ma petite crique à moi s’est enrichie elle aussi de titres récents ou plus anciens lus en solo, comme Le cercle fermé de Jonathan Coe ou La trilogie berlinoise de Philip Kerr. Les titres de la rentrée littéraire qui m’ont le plus marquée sont le lumineux Un enfant sans histoire, Le mage du Kremlin qui a fait couler beaucoup d’encre, mais aussi On était des loups, texte beau et sombre sur la paternité, entre drame, nature-writing et conte. J’avais également fait de jolies pioches dans la rentrée littéraire de l’année dernière, notamment (dans des registres très différents) Là où chantent les écrevisses et Le voyant d’Etampes.

Ce tour d’horizon le souligne, cette année de lecture nous a offert des couleurs et du bonheur, des perches tendues à notre conscience et des éclats de rire, de nouveaux horizons à explorer… et évidemment, comme vous l’imaginez, des envies très diverses pour les mois à venir.

Coup de projecteur sur… Little Urban !

En listant nos coups de cœur de l’année, je prends toujours conscience de nos affinités particulières avec certaines maisons d’édition. Cette année, je vous parlerais bien des éditions Little Urban qui créent des livres stimulants et de toute beauté. Ce sont eux qui publient les albums des Frères Fan que nous aimons tant. Leur dernier album, Le nuage de Louise, est un bijou de poésie et de délicatesse (mais lisez aussi Le projet Barnabus et Tombée du ciel, vous m’en direz des nouvelles !). Nous avons aussi fondu de tendresse pour Mina de Matt Forsythe, dont nous avions déjà adoré La feuille d’or. Toujours chez le même éditeur, les livres extraordinaires portent bien leur nom, que ce soit la série Le livre extraordinaire qui propose de très beaux documentaires sur les animaux ou l’histoire, ou Le monde extraordinaire, dédié à des personnalités particulièrement marquantes. Nous avons lu de bout en bout les tomes consacrés à William Shakespeare et Charles Darwin. Well done donc !

Mon premier Montreuil !

Cette année, j’ai aussi bravé le Covid et la grève de la SNCF pour me rendre au Salon de la littérature jeunesse à Montreuil. Cela faisait des années que j’en entendais parler, j’ai été ravie de vivre enfin cet événement incontournable sur place, accompagnée de mes deux parents qui sont aussi mordus que moi. Les éditeurs s’étaient mis en beauté avec des stands tous plus attrayants les uns que les autres, j’ai adoré pouvoir feuilleter leurs livres, discuter avec des auteur.ice.s, des éditeur.ice.s, des attaché.e.s de presse et des libraires engagé.e.s et passionné.e.s. La richesse des formats, des idées et des réflexions qui se cristallise à Montreuil est véritablement régénérante.

J’ai eu la chance de pouvoir assister à deux représentations théâtrales très chouettes qui portaient, chacune à sa façon, un message féministe : Renversante, inspiré par le roman de Florence Hinckel qui était présente, et Mme Flyna d’après Karima El Kharraze. J’ai été très émue d’observer le bonheur des centaines d’élèves présents avec leur classe et de suivre les débats nourris qui ont suivi.

Les tables-rondes organisées avec des auteur.ice.s autour des thématiques déclinées autour du thème choisi cette année, Désirs de mondes, ont encore nourri mes idées de lectures. Je suis repartie avec pour mes moussaillons des exemplaires dédicacés de Spinder, de Simon van der Geest et Alfie de Christopher Bouix. J’ai également acheté Et le ciel se voila de fureur, de Thaï-Marc Le Tanh avec qui j’ai eu le plaisir de bavarder au hasard des rencontres. On en reparlera !

Au-delà de L’île aux trésors…

La lecture n’isole pas mais nous porte bien souvent à la rencontre d’autres lecteur.ice.s. Je suis reconnaissante à la communauté de l’indispensable portail Babelio où je fais régulièrement des trouvailles et de belles rencontres. Les échanges sont toujours vifs et chaleureux À l’ombre du grand arbre ! J’apprécie toujours autant de prolonger le plaisir de lire en débattant avec les arbronautes de lectures communes de l’album Les idées sont de drôles de bestioles,  des romans Renversante et Sous ta peau, le feu, des BD Incroyable, La longue marche des dindes et Nowhere Girl. J’ai récemment eu le plaisir de retrouver Pépita, une ancienne branche de l’arbre, pour un échange très éclairant autour du roman Les longueurs qui vient de recevoir le Prix Vendredi. Nous proposons aussi régulièrement des listes des coups de cœur, des entretiens (voir notamment ceux avec Emilie Chazerand et François Place) et des sections thématiques sur des sujets divers et variés qui résonnent avec l’époque et les préoccupations enfantines. Les dernières avaient trait aux mythologies antiques, à l’humour, aux imagiers, aux maisons ou encore à la sélection du Prix Vendredi. Nous continuons de célébrer les « classiques » de la littérature jeunesse, cette année avec Béatrice Alemagna, François Roca, Kitty Crowther, François Place et Susie Morgenstern. Notre prix littéraire a récompensé nos plus belles lectures dans les catégories album, roman et docu/BD.

Ces billets vous ont intéressé.e.s

Avant de mettre les voiles vers de nouveaux horizons, place au traditionnel palmarès des billets les plus consultés cette année sur le blog ! Pour varier, j’enlève de ce classement les titres comme La rivière à l’envers ou Edison qui y figuraient déjà lors des années précédentes. Comme toujours, vous êtes particulièrement intéressé.e.s par les albums mais une BD (Elles) figure aussi dans le top-12 ainsi que quelques romans dont deux classiques allemands : Momo de Michael Ende et Krabat d’Ottfried Preussler.

Merci !

Avant de clore ce billet-fleuve et de tourner la page de cette sixième année, prenons encore le temps de dire merci à celles et ceux qui, chacun.e à sa manière, nourrissent L’île aux trésors.

Vous, les auteur.ice.s et illustrateur.ice.s, qui parvenez à continuer à nous prendre de court, nous extraire du quotidien par la magie des mots, nous faire rêver et réfléchir encore et toujours. Quel bonheur de pouvoir échanger avec certain.e.s d’entre vous qui prennent le temps de lire mes petits billets, de réagir, voire même de m’envoyer un livre ou un dessin, je n’en reviens toujours pas !

Vous, les éditeur.ice.s qui semblez constamment réinventer ce qu’est l’objet-livre avec une créativité sans limite et qui nous permettez d’en découvrir un grand nombre en service presse.

Vous les lecteur.ice.s qui me rendez visite toujours plus nombreux sur L’île et me parlez des lectures piochées sur place, merci pour tous vos commentaires encourageants !

Vous les arbronautes avec qui les partages amicaux autour des livres comptent tant.

Toi Maman qui as conservé intacte ton âme de jeune lectrice, toujours si partante pour échanger des lectures avec toutes les générations de la famille et si enthousiaste pour faire connaître nos plus belles pages à tous ses enfants.

Toi Papa, mon lecteur le plus fidèle, qui lis chaque ligne et chaque mot publié ici, repères chaque coquille, parles avec tant d’entrain du blog autour de toi.

Et bien sûr vous, les moussaillons de L’île, qui me rendez si heureuse et fière par votre curiosité insatiable, vos goûts qui s’affirment et votre élan lorsqu’il s’agit de partager des pépites livresques.

Que L’île aux trésors reste un lieu de rencontres, d’échanges et de débats : je n’ai pas l’âme d’un Robinson et sans vous, l’envie d’écrire s’épuiserait bien vite. À bientôt donc pour de nouvelles pérégrinations littéraires. Hisse et ho !

5 commentaires sur “Bloganniversaire : L’île aux trésors a cinq ans !

Ajouter un commentaire

  1. Joyeux anniversaire et bravo pour cette jolie rétrospective !
    Effectivement quel goût pour le voyage. Je retiendrai surtout de l’aventure ces belles découvertes d’albums grâce à toi. J’espère que tu continueras longtemps.

    J’aime

  2. Merci beaucoup, Isabelle, pour ce très beau texte qui , comme d’habitude me met encore plus l’eau à la bouche!Dommage de ne pas avoir plus de temps pour lire…Yvan se joint à moi pour vous embrasser très fort et vous souhaiter un Joyeux Noël si nous n’avons pas l’occasion de nous joindre d’ici là.Marie Françoise.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :